Il n’y a pas que l’hiver. Les batteries des voitures électriques sont également détruites par la chaleur, comme le montrent des données réelles, et elles disparaissent beaucoup plus tôt.

Il n’y a pas que le froid. Les batteries des voitures électriques sont également détruites par la chaleur, comme le montrent des données réelles, et disparaissent beaucoup plus tôt.

/

Une nouvelle étude nous rappelle à quel point la vie avec les voitures électriques est compliquée. Et ce qu’il faut faire, ou ne pas faire, pour éviter leur dévastation rapide. Il s’agit d’un facteur parmi d’autres.

Qu’est-ce qui fait qu’un produit est vraiment bon ? C’est une question très vaste, mais nous osons y répondre de manière très précise : qu’il vous serve au mieux sans que vous ayez à le servir et sans que vous ayez à vous adapter à lui de manière significative. C’est le cas de pratiquement tout, du mixeur manuel au téléphone portable. Après tout, à quoi sert un mixeur qui mixe bien mais qui est si compliqué à laver que vous y passez une heure ? Ou à quoi sert un téléphone portable doté de nombreuses fonctions intéressantes, mais dont l’utilisation est si compliquée que vous passez des semaines dessus sans jamais parvenir à l’apprivoiser ?

En principe, ce sont les mêmes limites qui rendent la vie avec une voiture électrique si misérable. Avec une voiture à combustion interne, nous avons tous fini par accepter comme norme de la laisser à l’extérieur de notre maison, de ne nous inquiéter de rien, de monter tranquillement dans la voiture après deux semaines d’inertie, de la démarrer et d’y aller. Vous ne vous souciez pas de la quantité d’essence que vous avez consommée pendant qu’elle était à l’arrêt, vous ne vous souciez pas de la quantité restante dans le réservoir, vous ne vous souciez pas de l’effet à long terme que l’immobilisation a eu sur la durée de vie de son moteur. Peu importe : l’essence ne va nulle part, et si elle ne va nulle part, vous pouvez faire l’appoint en deux minutes. Et l’effet de ce repos sur la durée de vie à long terme de la voiture ? Il est pratiquement nul, voire positif dans le garage. Rien de tout cela ne s’applique à une voiture électrique.

Dans le cas d’une telle voiture, vous en devenez l’esclave, c’est comme un mixeur que vous devez laver pendant une heure, ou un téléphone portable avec lequel vous n’arrivez jamais à vous entendre. Quelques semaines d’immobilisation épuisent la voiture, il faut une planification complexe pour la recharger, et si vous ne la traitez pas « exactement selon le calendrier du réseau », elle se brisera sous vos mains dans sa partie la plus précieuse. On ne peut pas « simplement charger et simplement décharger » une batterie, car la charger à plus de 80 % est mauvais pour elle, et la décharger à moins de 25 % est également mauvais pour elle. Vous ne pouvez pas non plus la charger à n’importe quelle vitesse et, comme il s’avère maintenant, vous devez encore examiner la température à laquelle vous l’exposez. Il est bien connu que le froid extrême est mauvais pour la batterie, mais plus de chaleur est également mauvais pour elle. Il s’agit de construire lentement sa propre maison avec l’air conditionné, le chauffage, la « bonne » charge, etc. En un mot, c’est « un problème ». C’est exactement l’impression que vous laissera le fait de vivre avec une voiture électrique « sur étagère » pendant un certain temps.

Ce dernier aspect est confirmé par une nouvelle étude de Recurrent, qui confirme une expérience déjà connue dans le monde des téléphones portables, à savoir que le soleil et les batteries ne font pas bon ménage. Ce n’est pas évident, les batteries des téléphones ont une capacité très faible (par exemple, l’iPhone 14 Plus compte sur 16,7 Wh, dans les voitures électriques on parle de dizaines de kWh), de plus, les batteries des téléphones portables sont relativement primitives, alors que celles des voitures sont tempérées par la gestion thermique des batteries. Pourtant, le résultat est similaire.

Selon Recurrent, des températures plus élevées entraînent néanmoins des réactions électrochimiques à l’intérieur des batteries qui accélèrent leur dégradation. Des bandes de température individuelles ont été examinées, dans lesquelles des scores spécifiques ont été attribués aux paquets. La valeur numérique correspond alors au pourcentage de la capacité d’origine. Comme d’habitude, l’entreprise a inclus plus de douze mille cinq cents voitures Tesla dans l’étude. Il ne s’agit plus d’un nombre insignifiant et les résultats sont insignifiants pour eux. Alors que les propriétaires de voitures électriques vivant dans des régions des États-Unis au climat plus doux et aux fluctuations de température moins marquées (en gros, un peu plus au sud que la République tchèque) peuvent s’attendre à conserver 95 % de leur capacité initiale après deux ans, les personnes vivant à peu près au niveau du sud de l’Italie n’en sont qu’à 92 %.

Cela ne semble pas être une grande différence, mais si l’on considère qu’une batterie cesse d’être parfaitement utilisable entre 70 et 80 % de sa capacité (une fourchette à laquelle la garantie du fabricant est généralement liée), alors trois points de pourcentage de différence (et 60 % de plus pour un meilleur état), c’est abyssal. De plus, cela se produit très rapidement, comme nous l’avons déjà indiqué – les Teslas examinées datent de 2020 et les données obtenues se rapportent à 2022. Nous ne parlons donc que de deux ans de fonctionnement, étant donné la durée de vie d’environ huit ans de la batterie, il s’agit d’une chute importante.

Recurrent ajoute que la durée de vie peut être prolongée, par exemple, en garant la voiture dans un garage ou au moins à l’ombre. Mais tout le monde n’a pas ces possibilités. Le conseil sur l’or, mais dans un sens sarcastique, est ensuite la recommandation de laisser la batterie à seulement la moitié de sa capacité, ce qui nous ramène encore une fois au début de cet article. Tout cela ne fait que confirmer la mauvaise utilisation des voitures électriques et les mots mentionnés dans l’introduction – c’est un produit médiocre dont l’utilisation à court et à long terme doit faire l’objet d’une trop grande attention. Tant que cela ne changera pas, elle aura du mal à s’imposer, quel que soit le montant des subventions ou des autres efforts déployés pour modifier la perception de la réalité.

Il n'y a pas que le froid. Les batteries des voitures électriques sont également détruites par la chaleur, comme le montrent des données réelles, puis disparaissent beaucoup plus tôt - 1 - Recurrent Battery Degradation Study 01 (Étude sur la dégradation récurrente des batteries)Il n'y a pas que l'hiver. Les batteries des véhicules électriques sont également détruites par la chaleur, comme le montrent des données réelles, et elles disparaissent beaucoup plus tôt - 2 - Étude 02 sur la dégradation récurrente des batteries
La chaleur nuit aux batteries autant que le froid, et l’impact d’un climat plus chaud sur la durée de vie des batteries est manifestement très important. Photo : Recurrent, matériel de presse

Source : Recurrent

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des éditeurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.