La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, et la moitié des gens n’envisagent même plus d’acheter une voiture électrique.

La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, la moitié des gens n’envisagent même plus d’acheter une voiture électrique.

/

Si quelqu’un pense aujourd’hui que la « révolution électrique » bat son plein et qu’il s’agit de savoir « quand » et non « si » elle s’achèvera, il peut considérer cela comme une grande prise de conscience. De plus, si l’on exclut les propriétaires de Tesla, souvent obsessionnels, le bilan est bien pire.

Nous disons depuis des années que le passage de toutes les voitures à l’électricité serait un changement si important qu’il aurait du mal à se produire même si nous disposions d’un produit supérieur sans compromis sous la forme de voitures électriques qui éclipsent les voitures à combustion interne dans tous les domaines significatifs. Mais nous n’avons rien de tel ici – les VE sont une alternative très compromise, à certains égards meilleure et à d’autres moins bonne, qui est significativement plus chère et qui échoue complètement dans des aspects clés de la facilité d’utilisation en comparaison directe. Dans ces conditions, il est impossible d’envisager de faire passer tout le monde à ces voitures d’ici quelques années.

Si, dans une telle situation, vous vous lancez dans une bataille politique avec la réalité technique et économique en pensant que vous pouvez surmonter les faits avec des réglementations, des interdictions, une redistribution et un marketing mensonger plein de promesses irréalisables, vous aboutirez logiquement exactement à la situation dans laquelle se trouvent les voitures électriques aujourd’hui. De nombreuses personnes les rejetteront ex ante en tant qu’objet d’imposition suspect. Et une proportion significative de ceux qui les achèteront sous la pression de toutes ces prétentions sortiront de l’expérience déçus et sans aucun intérêt à continuer.

Nous en entendons parler depuis des années et, tout récemment, nous vous avons présenté les résultats de deux études qui ont conclu que la plupart des propriétaires actuels de VE ne voudront plus de ces voitures et que même les VE dont les propriétaires sont les plus fidèles sont abandonnés par près d’un tiers des acheteurs au profit de voitures à combustion interne. Pour les autres, la situation ne fait qu’empirer. Aujourd’hui, nous disposons d’une autre étude similaire de S&P Global, et bien qu’elle tente de voir le verre à moitié plein, elle n’aboutit pas à des conclusions positives pour les voitures électriques.

La logique de base est simple : pour que les VE s’imposent rapidement, il faudrait qu’elles commencent à séduire une nette majorité du public presque immédiatement et qu’elles la conservent. Or, ce n’est pas le cas. Par exemple, dans ce pays, ils atteignent 2,76 % des acheteurs cette année, aux États-Unis, 7,9 % des acheteurs, en Allemagne, 14,1 % des acheteurs après la fin des subventions des entreprises, etc. Compte tenu de tout ce qui est fait pour les voitures électriques, de toutes les routes qui sont pavées pour elles, de l’énorme redistribution à tous les niveaux imaginables en leur faveur, c’est la misère avec la rareté, la grande majorité des gens continuent à ne pas les acheter. Et ceux qui les achètent ne leur restent pas fidèles de toute façon.

Les données citées ci-dessus indiquent généralement que les entreprises perdent plus de clients qu’elles n’en gagnent, mais S&P Global est finalement plus optimiste. Dans son étude, elle indique qu’environ la moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront donc une voiture à combustion interne la prochaine fois, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’ils remplaceront leur véhicule électrique par une voiture à combustion interne. Dans certains cas, cela signifie également qu’ils ont deux voitures et qu’ils remplacent celle à combustion interne, ou qu’ils gardent la voiture électrique et la complètent par une voiture à combustion interne. Cela peut être un fait, mais c’est aussi un trait d’humour.

Certes, tout le monde n’enfreint pas la règle en achetant une voiture à combustion plutôt qu’une voiture électrique, mais cela signifie-t-il vraiment quelque chose ? Si la moitié des propriétaires de voitures électriques admettent par la présente qu’une telle voiture ne peut pas répondre à tous leurs besoins en tant que véhicule unique, et qu’ils ajoutent une voiture à combustion ou améliorent la « partie à combustion de leur flotte », dans quelle mesure cela est-il positif pour l’ensemble de la « révolution électrique » ? Je me demande ce que cela dit de la polyvalence de ces voitures et de leur capacité à remplacer les voitures à essence et à moteur diesel. Il n’est peut-être pas nécessaire de donner des réponses spécifiques à ces questions.

De plus, S&P affirme que si l’on retire du bilan global les propriétaires de Tesla, souvent obsessionnels (dont environ trois quarts prévoient d’acheter une voiture électrique la prochaine fois), on arrive à nouveau à la conclusion que la plupart des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois. En outre, pour certaines grandes marques, notamment BMW, l’engouement pour ce type de voiture a même diminué au cours des dernières années. Comment est-il possible d’imposer les voitures électriques à tout le monde dans cette situation ? La grande majorité des gens ne les achètent pas du tout, et parmi la minorité qui le fait, une proportion importante – à part Tesla, plus de la moitié – optera à nouveau pour une voiture à combustion la prochaine fois. Cela ne plaide pas en faveur d’un passage rapide à l’électricité, loin s’en faut.

Et ce n’est pas tout. S&P arrive à une autre conclusion remarquable, en notant que si 81 % des consommateurs envisageaient au moins théoriquement d’acheter une voiture électrique en 2021, ils ne sont plus que 52 % cette année, les 48 % restants n’envisageant pas du tout l’achat d’une voiture électrique. Une fois de plus, environ la moitié des gens n’envisagent même pas d’acheter une VE, et la baisse de l’intérêt potentiel est probablement due à une plus grande sensibilisation (exactement ce que certains pensaient qui aiderait les VE). Les gens sont maintenant même capables de nommer correctement les principales raisons pour lesquelles ils ne sont pas intéressés par les VE – le prix, l’autonomie et l’infrastructure, s’étonnent-ils.

C’est une démonstration fascinante de la difficulté qu’il y a à saouler les gens, car les VE, dans toute leur complexité, ne représentent tout simplement pas une meilleure solution. Et pourtant, ils valent beaucoup plus dans l’optique à court et à long terme. Les réactions aux données publiées sur les médias sociaux sont pour la plupart conformes à ce que l’étude suggère – il y a un noyau dur de défenseurs des VE que nous connaissons et qui se battent avec acharnement pour leur suprématie. Et puis il y a les gens rationnels qui, tôt ou tard, se rendent compte que l’achat d’une telle voiture n’est pas une bonne chose pour eux.

De notre point de vue, c’est l’une de ces personnes qui a le mieux résumé la situation : « Ce qui m’énerve vraiment, ce sont les partisans inconditionnels des voitures électriques. Ils mourraient pour ces voitures électriques, quoi qu’il arrive. Pourtant, je ne comprends toujours pas ce que les voitures électriques font pour les convaincre. Quel est leur véritable avantage, à part quelques avantages techniques ? Vous ne préservez pas l’environnement, vous attendez qu’elles se rechargent, parcourir de longues distances est pénible, la qualité de construction n’est pas celle des voitures à combustion interne, l’entretien est pénible, elles sont chères à l’état neuf, elles perdent rapidement de la valeur… Je pourrais continuer ainsi pendant longtemps. Rien dans le monde d’aujourd’hui ne vaut le fait de pouvoir faire le plein en quelques minutes sans avoir à se préoccuper de quoi que ce soit », déclare-t-il.

Il est vraiment difficile d’envisager le bon sens autrement. Les voitures électriques auront un long chemin à parcourir avant de s’imposer aux yeux de ceux qui n’en veulent pas parce qu’ils en veulent tout simplement.

La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, la moitié des gens n'envisagent même plus d'acheter une voiture électrique - 1 - BMW iX3 2021 facelift first set 06La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, la moitié des gens n'envisagent même plus d'acheter une voiture électrique - 2 - BMW iX3 2021 facelift first set 07La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, la moitié des gens n'envisagent même plus d'acheter une voiture électrique - 3 - BMW iX3 2021 facelift first set 12La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, la moitié des gens n'envisagent même plus d'acheter une voiture électrique - 4 - BMW iX3 2021 facelift first set 19La moitié des propriétaires de voitures électriques achèteront une voiture à combustion la prochaine fois, la moitié des gens n'envisagent même plus d'acheter une voiture électrique - 5 - BMW iX3 2021 facelift first set 20
Les voitures électriques ne peuvent pas conserver la faveur de la majorité de leur clientèle à moins d’être des Teslas. BMW est même en train de perdre cette faveur au fil du temps. Dans ces conditions, comment imposer la voiture électrique à tout le monde dans quelques années ? Photo : BMW

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.