L’augmentation considérable des ventes de voitures dans les républiques post-soviétiques montre l’impact réel des sanctions contre la Russie

L’augmentation considérable des ventes de voitures dans les républiques post-soviétiques montre l’impact réel des sanctions contre la Russie

/

Vous avez peut-être entendu parler du Kazakhstan et de la situation du marché automobile dans ce pays, mais qu’en est-il de l’Ouzbékistan ? Auriez-vous pensé que plus de 450 000 voitures y seraient vendues en un an, soit une augmentation de près de 70 % d’une année sur l’autre ? Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce que c’est…

Les sanctions imposées à la Russie après l’invasion de l’Ukraine sont devenues si difficiles à appliquer qu’elles ne sont pas tant un problème pour le Kremlin que pour les constructeurs automobiles « occidentaux » qui ont dû plier bagage et quitter la Russie. Et ce, si l’on ose dire, près de deux ans après l’introduction de restrictions économiques qui n’ont aidé la Russie en rien, mais avec lesquelles elle a manifestement appris à vivre assez bien.

Les constructeurs automobiles européens, asiatiques et américains ont perdu en quelques semaines un marché qui était dominé par Lada, mais en dehors de cette marque, il n’y avait pratiquement pas de concurrence nationale. Volkswagen, Skoda, Hyundai, Kia, Renault, Nissan et Toyota se sont notamment partagé le pays. Mais ils ont dû faire leurs adieux au marché russe après l’invasion, en partie sous la pression des sanctions et en partie en raison d’un principe moral plus élevé. Ils ont rapidement perdu leur part de marché.

Nous avons déjà discuté de l’impact des sanctions, ainsi que du fait que la Russie est devenue en très peu de temps la deuxième patrie des constructeurs automobiles chinois. Cependant, le public n’est pas seulement curieux de ses voitures, c’est pourquoi les importations individuelles de produits interdits sont également en forte hausse. Malheureusement, les Russes ont la tâche relativement facile à cet égard. Par exemple, le Kazakhstan, l’ancienne république post-soviétique, a déclaré l’année dernière qu’il respectait les sanctions, mais ses frontières sont essentiellement ouvertes et les marchandises entrent en Russie par son intermédiaire.

Ce n’est pas le cas de l’Ouzbékistan, où 451 600 voitures neuves ont été vendues l’année dernière. Selon les données d’Avtostat, ce marché a enregistré une hausse de 69 % ( !) en glissement annuel par rapport aux 312 100 immatriculations de l’année dernière, qui ont elles-mêmes été multipliées par 1,5 ( !) par rapport à 2021. Cette dynamique à elle seule en dit long : une telle hausse ne justifierait jamais des ventes purement ouzbèkes. Le Kazakhstan se trouve dans une situation similaire, même si les chiffres sont légèrement inférieurs. L’année dernière, 198 686 voitures ont été vendues dans ce pays, soit 60,2 % de plus que l’année précédente. Le syndicat local de l’automobile ajoute que l’offre n’a jamais été aussi importante, ce qui se traduit notamment par des prix plus bas.

Le leader du Kazakhstan est Hyundai, l’un des constructeurs automobiles pour lesquels la Russie est devenue un pays interdit. En conséquence, ses immatriculations sur le marché libre ont augmenté de 61,9 % pour atteindre 45 807 voitures, tandis que Kia, troisième, a progressé de 76,8 % (mais « seulement » pour atteindre 25 495 voitures). Les Coréens sont rejoints par Chevrolet, qui enregistre 45.807 immatriculations (+33,8%), mais les Chinois ne sont pas en reste, puisque Chery (12.229 unités) devance Toyota (10.756 unités), qui occupe la cinquième place.

L’Ouzbékistan présente essentiellement la même composition du top 5, à la seule différence que le leader dans ce pays est Chevrolet, devant Hyundai, qui occupe la deuxième place. Mais cela est dû, entre autres, au fait que la Cobalt, alias le leader des modèles, est directement produite dans ce pays. De plus, le constructeur américain a apparemment coulé sous la chaudière, ce qui a permis aux immatriculations de la voiture à bas prix d’augmenter de 76,4 %. Mais les Coréens ont également essayé, puisque le Tucson était septième au classement après la première moitié de l’année. À la fin de l’année, il occupait déjà la deuxième place.

Nous pouvons ajouter une prévision pour cette année, qui n’est plus associée à une croissance aussi extrême que les deux dernières années. Cela s’explique notamment par le fait que les concessionnaires ont déjà adapté leur offre. Au cours des derniers mois, ils ont souvent travaillé avec des stocks importants, qu’ils ont ensuite écoulés à l’aide de remises. Les ventes devraient donc augmenter d’environ 10 à 15 %. Par ailleurs, au Kazakhstan, on ne prévoyait de vendre que 150 000 voitures l’année dernière, mais la réalité a été plus élevée.

Tant que la Russie n’est pas entourée d’un mur infranchissable pour une souris, les sanctions peuvent être considérées avec un sourcil froncé – au moins en termes de ventes de voitures neuves, elles ont peu d’effet, et les technologies interdites entrent de toute façon dans le pays. Les technologies interdites entrent de toute façon dans le pays, mais les machines chinoises leur font concurrence dans une bien plus large mesure. Entre-temps, plus les constructeurs automobiles de l’Empire du Milieu sont présents dans le pays, moins ils peuvent produire leurs voitures à bas prix. Ce qui finira inévitablement par toucher Skoda et consorts là où ils ont encore du succès ou peuvent en avoir.

L'explosion des ventes de voitures dans les républiques post-soviétiques montre l'impact réel des sanctions contre la Russie - 1 - Hyundai Tucson 2021 Russia illustrative photo 01L'augmentation considérable des ventes de voitures dans les républiques post-soviétiques montre l'impact réel des sanctions contre la Russie - 2 - Hyundai Tucson 2021 Russia illustratni foto 02L'augmentation considérable des ventes de voitures dans les républiques post-soviétiques montre l'impact réel des sanctions contre la Russie - 3 - Hyundai Tucson 2021 Russia illustratni foto 03
Le Tucson est l’un des leaders en Ouzbékistan et au Kazakhstan. Seul un imbécile pourrait penser qu’une partie de la production vendue à vue dans ces pays ne part pas en Russie ; en Ouzbékistan en particulier, les ventes de voitures neuves ont plus que doublé en deux ans. En Ouzbékistan notamment, les ventes de voitures neuves ont plus que doublé en deux ans : Hyundai

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des éditeurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.