Le constructeur automobile a confirmé que la Mercedes A n’aurait pas de successeur, même si elle se vend mieux que toutes ses voitures électriques réunies.

La Mercedes A n’aura pas de successeur, a confirmé le constructeur, même si elle se vend mieux que toutes ses voitures électriques réunies.

/

Le cirque Mercedes rouvre ses portes et vous propose aujourd’hui une nouvelle série de numéros amusants. Vous n’avez pas besoin de payer un droit d’entrée, nous vous divertissons gratuitement, mais à la fin de chaque représentation, vous aurez un petit goût amer dans la bouche.

Parmi les constructeurs automobiles européens d’aujourd’hui qui produisent un nombre significatif de voitures, on ne trouve essentiellement que trois types d’entreprises : tout d’abord, celles qui poursuivent dogmatiquement l’avenir électrique non sollicité du marché avec un sourire aux lèvres et en poussant de grands cris, puis celles qui font de même en silence, et enfin celles qui s’opposent extérieurement à une telle ligne de conduite mais la suivent quand même dans une mesure plus ou moins grande. Aucune grande entreprise automobile n’ose non seulement dire mais aussi agir sur le fait que l’empereur électrique né à Bruxelles est aussi nu qu’il n’y paraît à première vue. Et il périra au premier grand hiver. Seuls les petits producteurs osent se montrer ouverts, mais cela ne changera rien.

Comment cela a pu se produire, comment toute l’intelligence économique et technique des entreprises et des personnes travaillant dans ce domaine a pu être si efficacement piétinée, cela dépasse notre entendement. Au cours de ma vie professionnelle, j’ai connu des dizaines d’ingénieurs de grands constructeurs automobiles, dont 9 sur 10 vous diront en substance ce que nous vous disons tous les jours, à savoir qu’un passage aussi massif à l’électrification des voitures est imprudent, stupide et voué à l’échec. Mais dans leurs propres entreprises (sauf exception), ils se taisent et continuent à développer exactement ce qu’ils considèrent eux-mêmes comme tel.

C’est un inconscient collectif fascinant qui fera un jour l’objet de livres, mais pour l’instant il ne fait qu’aider à écrire les histoires de nos vies, ce qui ne les rend pas meilleures. Mais je peux encore comprendre que quelqu’un ne risque pas sa propre carrière en résistant ; après tout, qui, parmi les Tchèques et les Slovaques, a fait cela pendant les décennies de communisme en Tchécoslovaquie ? Cependant, même à l’époque, toute personne raisonnable devait savoir qu’il s’agissait d’un système voué à l’échec, et pourtant la grande majorité des gens ont suivi le mouvement. Ce que j’ai du mal à comprendre, en revanche, c’est le véritable « hooliganisme » auquel certaines entreprises automobiles ont été conduites. Et avec des œillères, ils vont tout droit jusqu’à ce qu’ils se heurtent à un mur.

L’exemple le plus flagrant de cette approche est probablement celui de Mercedes, qui a décidé d’ignorer totalement les informations sur ce que ses clients achètent et pourquoi, et qui s’est engagé dans la voie de l’électrification à 100 % de tout, quoi qu’il arrive. Il n’y a plus besoin d’argumenter, parce qu’il n’y a plus de débat, c’est comme ça et au revoir. L’entreprise est tellement imprégnée de cette approche qu’il est pratiquement impossible de débattre avec qui que ce soit, même avec le concessionnaire tchèque, qui doit constater dans ses propres ventes qu’il ne peut même pas espérer séduire la majorité des acheteurs actuels avec un portefeuille purement électrique. Aujourd’hui encore, près de 61 % d’entre eux achètent des moteurs diesel, et ils sont certainement très curieux des voitures électriques…

En bref, tout doit être victime de l’électrification, et c’est ainsi que la Classe A a fini sous la guillotine. Pourquoi ? Parce qu’elle ne peut pas être électrifiée d’une manière qui la rende raisonnablement commercialisable. C’est une voiture trop bon marché pour permettre à Mercedes de dégager des marges solides grâce à l’énergie électrique et à un prix raisonnable, et elle s’arrêtera donc simplement au moment où l’entreprise décidera de ne plus prolonger la durée de vie de la génération actuelle.

C’est une décision incroyablement absurde car il s’agit d’une voiture très populaire. En tant que voiture à hayon et berline, elle a déjà atteint plus de 50 000 clients rien qu’en Europe cette année, soit plus que tous les modèles électriques personnels de la marque réunis. En effet, selon les données de JATO Dynamics, les Mercedes EQA, EQB, EQC, EQE et EQS ne totalisent pas autant de ventes qu’une seule classe, même au niveau mondial. En outre, la Classe A est le deuxième modèle à étoile à trois branches le plus vendu après la Classe C, et ce, de justesse. Et même les SUV GLA et GLB combinés ne dépassent que légèrement la Classe A seule. Pourtant, c’est la Classe A qui fait faillite.

Nous ne croirons pas une seconde que Mercedes n’a pas réalisé d’énormes bénéfices sur cette voiture aujourd’hui. La voiture est vendue à partir de 873 620 euros, ce qui correspond à une primitive 1.3 turbo 136 ch à traction avant – si les Allemands ne peuvent pas faire un tas d’argent avec ça, je ne sais pas ce qu’ils veulent faire. Mais même ce prix n’équivaut pas à l’électrification, et Mercedes ne veut dogmatiquement qu’une seule voiture. Ils ne continueront donc certainement pas à vendre la voiture à combustion interne, ils l’étrangleront, la jetteront et iront de l’avant dans la grande voie de l’électricité, sans faire un pas en arrière.

Il y avait déjà des spéculations à ce sujet, mais c’est maintenant une décision officiellement confirmée. Seules la berline et la familiale CLA resteront en vente dans le même segment, ainsi que les SUV susmentionnés. Pendant ce temps, la CLA se vend nettement moins bien que la Classe A, mais Mercedes voit apparemment un moyen de vendre la plus élégante d’entre elles à un prix plus élevé, et la dote donc d’un groupe motopropulseur électrique. C’est un véritable cirque, mais un cirque dans lequel on ne se divertit que jusqu’à ce qu’on se rende compte à quel point le divertissement est bon marché. Et même le fait de jouer gratuitement n’enlève rien à l’amertume. Les actions de Mercedes sont tout simplement irrationnelles, politiquement motivées et méprisantes pour les clients. On ne peut même pas les applaudir pour le plaisir.

La Mercedes A n'aura pas de successeur, confirme le constructeur, même si elle se vend mieux que tous ses VE réunis - 1 - Mercedes A fin 2023 confirmée 01La Mercedes A finira sans successeur, confirme le constructeur, même si elle se vend mieux que tous ses VE confondus - 2 - Mercedes A fin 2023 confirmée 02La Mercedes A ne connaîtra pas de successeur, confirme le constructeur, même si elle se vend mieux que toutes ses voitures électriques réunies - 3 - Mercedes A fin 2023 confirmée 03La Mercedes A ne connaîtra pas de successeur, confirme le constructeur, même si elle se vend mieux que toutes ses voitures électriques réunies - 4 - Mercedes A fin 2023 confirmée 04La Mercedes A ne connaîtra pas de successeur, confirme le constructeur, même si elle se vend mieux que tous ses VE confondus - 5 - Mercedes A fin 2023 confirmée 05La Mercedes A ne connaîtra pas de successeur, confirme le constructeur, même si elle se vend mieux que tous ses VE confondus - 6 - Mercedes A fin 2023 confirmée 06
La Classe A de Mercedes touche à sa fin en tant que berline et bicorps, alors qu’elle est le best-seller mondial de la marque, égalée (et facilement dépassée) seulement par la Classe C. Les voitures électriques de la marque, comme celle-ci, sont plus vendues que toutes les autres combinées. Alors pourquoi cela s’arrête-t-il ? Parce qu’il s’agit probablement d’une explication comparable à celle que Mercedes vous donnera pour n’importe laquelle de ses décisions incompréhensibles d’aujourd’hui. Photo : Mercedes-Benz

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.