Le nouveau réseau de chargeurs prétendument rapides des « superalliances » est une plaisanterie à côté des stations-service, il ne résout rien du tout.

Le nouveau réseau de chargeurs prétendument rapides de la « superalliance des fabricants » est une blague à côté des stations-service, il ne résout rien du tout

/

Seule l’ignorance de la physique de base peut permettre à quelqu’un d’admirer les paramètres annoncés du nouveau réseau de stations de recharge de la soi-disant super-alliance de sept constructeurs comme quelque chose de révolutionnaire. Ce n’est qu’une mauvaise blague.

Nous pouvons le décrire avec différents mots dans différents articles, mais l’essence du problème est finalement simple. Tant que les voitures électriques n’offriront pas au moins ce que les voitures à combustion interne offrent, et à des prix comparables en termes de propriété à long terme, il n’y a pas lieu de discuter de quoi que ce soit en profondeur. A ce moment-là, elles n’ont aucune chance de s’imposer sur le marché, sauf à le faire plier, ce qui reviendra un jour ou l’autre hanter les promoteurs de ces mécanismes sous une forme ou une autre.

C’est frapper à une porte fermée que d’essayer de nier cet axiome. Et les voitures électriques ne font vraiment pas le poids face aux voitures à combustion interne, notamment à cause des limites de leurs batteries. Elles sont trop lourdes, trop chères, trop difficiles à utiliser et leur durée de vie est trop courte. Cette combinaison de caractéristiques les relègue clairement au second plan.

Nous laisserons de côté aujourd’hui le poids, le prix et la durée de vie ou le coût de possession à long terme pour ne nous intéresser qu’à la facilité d’utilisation. Cette dernière est particulièrement triviale en raison de la faible capacité des batteries ou de leur faible densité énergétique. Il n’y a rien à faire à ce sujet, car si l’on voulait remplacer ne serait-ce qu’un réservoir de 55 litres de diesel, il faudrait environ 215 kWh de batteries, qui seraient si grandes et si lourdes qu’il serait impossible d’en équiper une voiture adéquate. La capacité des batteries ne suffira donc pas, alors qu’en est-il d’une recharge plus rapide ? C’est ce que beaucoup essaient de faire, mais le dernier signe de la réussite supposée d’une alliance nouvellement formée par sept constructeurs automobiles dans ce domaine montre à quel point nous sommes loin d’une situation qui correspondrait simplement aux capacités actuelles des voitures à combustion interne.

Il faut en effet rappeler que la densité énergétique de l’essence et surtout du diesel est énorme et que les possibilités de transport sont presque illimitées. Les combustibles fossiles n’ont pas acquis leur importance par hasard ; ce sont ces propriétés qui ont mis tout le reste dans leur poche. Même une station-service de village primitive avec un seul stand, capable de mettre 55 litres de diesel dans le réservoir en 3 minutes, est dans la poche de tous les meilleurs chargeurs du monde.

Si nous partons du principe qu’une voiture diesel fonctionne avec un rendement de 40 % et que nous supposons avec optimisme qu’une voiture électrique peut accueillir et utiliser l’énergie rechargée avec un rendement de 100 %, alors – en faisant un rapide calcul – remplir un réservoir de 55 litres de diesel en 3 minutes équivaut à charger des batteries (215kWh) avec une puissance de près de 4,3 MW. Quatre mégawatts entiers.

L’alliance des constructeurs automobiles BMW, GM, Hyundai, Mercedes-Benz, Honda et Stellantis vient d’annoncer qu’elle utiliserait une puissance maximale de 400 kW dans son nouveau réseau de chargeurs. Il s’agit de presque un onzième de la puissance de cette station de village, et il faut dire qu’il n’y a absolument aucun problème pour remplir le diesel à une vitesse deux fois plus élevée, ce qui nous amène soudain à 8,6 MW. Les constructeurs prévoient maintenant une recharge de 400kW, qui n’existe même pas, comme la grande affaire, et se battent la poitrine en disant qu’ils vont battre Tesla de 50kW. Ils auraient pu tout aussi bien ajouter qu’ils seront à 3900 kW derrière la station-service du village…

Et ce n’est pas tout, le problème est aussi que les stations-service n’ont pas besoin d’avoir un seul distributeur, 8 ou 12 distributeurs, c’est presque normal. Elles peuvent fonctionner toutes en même temps et faire le plein de 12 voitures en 3 minutes avec 51,5 MW d’énergie. Ils peuvent aussi en avoir 24 et le faire en 1,5 minute, soit une puissance de 206 MW… Pour une telle chose, dans le cas de l’électricité, il faudrait l’une des grandes centrales thermiques peu profondes, qui se classent facilement parmi les 10, voire les 15, premières du pays. Et nous parlons toujours d’une station de pompage.

L’inutilité de la propulsion électrique dans ce domaine est tout simplement infinie, comme l’a récemment calculé un expert allemand. De plus, il convient d’ajouter que même après avoir attendu des dizaines de minutes, on n’obtient jamais l’équivalent de ce réservoir de 55 litres, mais plutôt un tiers, voire un peu plus. Il est vraiment ridicule de jouer avec une puissance de recharge de 400 kW et, plus encore, de la vanter comme quelque chose d’extraordinaire du point de vue d’un journaliste à l’esprit critique. C’est juste une bonne preuve du manque de compétitivité des VE d’aujourd’hui. Et cela ne changera pas facilement, car l’illusion d’un gros chargeur fonctionnant à des dizaines de MW de puissance est totalement inaccessible dans un avenir proche, sans parler des batteries capables de contenir une telle quantité d’énergie assez rapidement.

Le nouveau réseau de chargeurs prétendument rapides des Le nouveau réseau de chargeurs prétendument rapides des Le nouveau réseau de chargeurs prétendument rapides
Mercedes fait également partie de l’alliance qui donne vie à ces chargeurs « révolutionnaires » de 400 kWh. Même pour ses modèles électriques comme la EQE, cela ne résout rien. Photo : Mercedes-Benz

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.