Les Allemands poursuivent l’UE pour une astuce qui donne l’impression que les voitures électriques n’émettent pas de gaz d’échappement.

Les Allemands poursuivent l’UE pour un tour de passe-passe qui donne l’impression que les voitures électriques ne produisent pas d’émissions, un succès qui pourrait avoir des implications considérables

/

L’incroyable avenir des voitures électriques repose aujourd’hui sur l’idée qu’il s’agit de véhicules parfaitement propres, sans émissions de CO2. Mais c’est un non-sens que les Allemands d’eFuels veulent maintenant corriger. Ils n’ont aucune chance et peuvent changer le cours de l’histoire.

Il y a encore une dizaine d’années, les responsables politiques européens s’empressaient de soutenir les moteurs diesel. Ils sont intrinsèquement plus efficaces, donc plus économes en carburant. Et comme cela est directement proportionnel aux émissions de CO2, le soutien était là. Mais lorsque l’on a appris que les moteurs diesel de Volkswagen n’étaient pas aussi propres qu’ils le prétendaient, les hommes politiques en ont profité pour changer leur fusil d’épaule. Ainsi, à l’instar du constructeur automobile, ils ont commencé à associer leur avenir à un groupe motopropulseur entièrement électrique dont les émissions de CO2 sont qualifiées de nulles.

Une telle affirmation est, en un mot, un mensonge. Les émissions des voitures électriques ne peuvent être considérées comme nulles que si elles sont mesurées dans l’espace situé derrière la voiture. Mais c’est un non-sens, car toute l’électricité nécessaire pour les faire fonctionner produit des émissions de CO2. Et lorsqu’il s’agit de charbon, le bilan d’exploitation d’une voiture électrique est facilement plus mauvais que celui d’une voiture à combustion. Sans parler du bilan global, car le coût énergétique de la production de ces voitures est énorme, en particulier celui associé à la production de leurs batteries.

Donc, si l’UE veut vraiment améliorer les choses, il ne sert à rien de se mentir à elle-même. Or, c’est exactement ce qu’elle fait lorsqu’elle considère que les émissions des VE sont nulles quoi qu’il arrive. Il s’agit simplement d’une manœuvre d’éviction, d’un stratagème visant à donner aux VE un avenir radieux qu’ils n’auraient pas pu gagner. Mais lorsque vous dites que vous fixez une limite d’émissions de CO2 pour les voitures vendues à 95 g de CO2 par km, que vous qualifiez les voitures électriques de 0 g de CO2 par km et que vous imposez une amende de 95 euros, soit environ 2 324 couronnes tchèques, pour chaque gramme dépassant la limite pour chaque voiture vendue, il s’agit d’un tunnel qui fait passer en force les voitures à combustion vers les voitures électriques. Et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui, au détriment de tout le reste.

Il est fascinant de constater que cette astuce, ce mensonge flagrant, est toujours toléré par l’UE, mais les Allemands sont à bout de patience. C’est pourquoi l’entreprise locale eFuel GmbH, dirigée par Lorenz Kien, qui souhaite des conditions de concurrence équitables pour tous les types de propulsion, a décidé d’intenter une action en justice contre l’UE pour changer la situation. Elle cherche donc à obtenir de la Cour européenne de justice un verdict qui pourrait avoir des conséquences considérables sur l’orientation future du vieux continent. « Avec notre action en justice, nous voulons parvenir à une protection du climat plus rapide et plus efficace. En effet, si l’on ne s’appuie que sur une seule technologie et si l’on laisse l’industrie ignorer les carburants synthétiques, la protection du climat ne sera pas aussi rapide qu’elle pourrait l’être à l’échelle mondiale », explique M. Kiene.

Le chef d’eFuels souligne ensuite le double standard appliqué par l’UE, même dans ses circonstances tordues. Alors que dans le cas des voitures électriques, le fait qu’aucune émission de CO2 ne soit directement générée par le fonctionnement de la voiture suffit pour obtenir le label « zéro émission », pour les carburants synthétiques (qui feront de même), ce n’est soudain plus suffisant. Dans leur cas, Bruxelles s’intéressera à l’ensemble du processus de production, y compris le transport. C’est absurde, non ? Dans la même optique, les émissions des voitures électriques seraient énormes.

« Avec les voitures électriques, les émissions liées à la production d’électricité ou même à la construction de l’infrastructure nécessaire sont complètement ignorées. C’est cette approche inégale que nous avons décidé de combattre », ajoute M. Kiene. Cependant, une fois que l’UE aura ôté ses lunettes vertes, elle n’aura soudain plus aucune chance de rendre son protégé, l’électromobilité, viable. Même si la production de batteries était délocalisée en Europe, où le bouquet énergétique est moins favorable aux combustibles fossiles, nous serions toujours sur la même trajectoire d’émissions globales pour les voitures de milieu de gamme. Le coût des nouvelles voitures serait simplement beaucoup moins élevé. Elles redeviendraient plus abordables, ce qui entraînerait un rajeunissement des flottes nationales. Et donc, logiquement, un boom des voitures plus efficaces.

Kiene souligne également que la production de carburants synthétiques peut en effet être pratiquement exempte d’émissions si l’on utilise de l’électricité éolienne et solaire, c’est-à-dire des sources renouvelables, au cours du processus. Il est intéressant de noter qu’il y a deux poids, deux mesures dans ce domaine également. En effet, alors que les partisans de l’électromobilité ne cessent d’affirmer qu’il sera possible d’alimenter plus d’un milliard de voitures à batterie grâce au vent et au soleil, ils ignorent totalement que la même quantité suffirait à produire des quanta de carburants synthétiques plus facilement stockables et déplaçables. Pourtant, la possibilité de stocker et de transporter une source d’énergie est également un facteur essentiel de son utilisation efficace.

Si l’UE veut obtenir des améliorations réelles et pas seulement théoriques, elle doit oublier l’hystérie et adopter une approche pragmatique. Elle n’est manifestement pas en mesure de le faire elle-même ; si un tribunal lui ouvrait les yeux, cela ne ferait pas de mal. Après tout, toute l’illusion sur l’avenir des voitures électriques pourrait bientôt s’évaporer dès lors que nous cesserons de prétendre qu’elles ne se soucient pas de produire des émissions de CO2. Et c’est exactement ce que Kiene veut réaliser.

Les Allemands poursuivent l'UE pour une astuce qui fait croire que les voitures électriques ne produisent pas d'émissions, un succès qui pourrait avoir des implications considérables - 1 - Skoda Enyaq Coupe UK spec 2023 official 01Les Allemands poursuivent l'UE pour un tour de passe-passe qui donne l'impression que les voitures électriques ne produisent pas d'émissions, un succès qui pourrait avoir des implications considérables - 2 - Skoda Enyaq Coupé UK spec 2023 official 02Les Allemands poursuivent l'UE pour un tour de passe-passe qui donne l'impression que les voitures électriques ne produisent pas d'émissions, un succès qui pourrait avoir des implications considérables - 3 - Skoda Enyaq Coupé UK spec 2023 official 03
Les hommes politiques affirment aujourd’hui que rouler en voiture électrique signifie zéro émission de CO2, ce qui est un mensonge gros comme une tour. Leur bilan réel est toujours différent de zéro et, selon les conditions, les voitures alimentées par des carburants synthétiques peuvent facilement s’en sortir mieux. Photo : Skoda Auto

Les Allemands poursuivent l'UE pour une astuce qui donne l'impression que les voitures électriques n'émettent pas de gaz à effet de serre. Le succès pourrait avoir des implications considérables - 4 - Porsche prépare la première photo de l'e-fuel 2021Les Allemands poursuivent l'UE pour un tour de passe-passe qui donne l'impression que les voitures électriques ne produisent pas d'émissions, le succès pourrait avoir des conséquences considérables - 5 - Porsche Haru Oni Punta Arena eFuel 01
Porsche est peut-être le plus grand promoteur de l’e-carburant parmi les constructeurs. Cependant, BMW, Mazda et Toyota apportent également des contributions significatives, et des entreprises comme Aramco, Repson et Exxon Mobile cherchent également à lancer une production à grande échelle. Mais avant d’en arriver là, il faut que les règles du jeu soient les mêmes pour tous. Photo : Porsche

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.