Les voitures électriques souffrent d’un autre problème méconnu : l' »aspiration vampirique » nuit considérablement à leur efficacité.

Les voitures électriques sont confrontées à un autre problème négligé, l' »aspiration vampire » réduit considérablement leur efficacité.

/

Quand on regarde le moteur électrique lui-même et sa capacité à transformer l’électricité en mouvement, on peut penser qu’il s’agit d’une machine très efficace. Mais dès que l’on examine l’ensemble du tableau, les voitures électriques apparaissent sous un jour bien différent. Il s’agit là d’un autre problème négligé.

La myopie, c’est l’attitude principale dont vous avez besoin pour commencer à voir les voitures électriques comme quelque chose d’extraordinaire. Si vous avez de l’électricité d’un côté et le désir de faire bouger quelque chose de l’autre, vous pouvez difficilement trouver un moyen plus efficace qu’un moteur électrique. Il a un rendement très élevé, facilement supérieur à 90 %, ce qui est le principal argument des défenseurs de la voiture électrique – un moteur à combustion interne peut à peine atteindre la moitié de ce rendement.

Alors finito basta ? À courte vue, oui, à grande échelle, non. Pour combiner les deux, il faut produire de l’électricité d’une manière ou d’une autre, la transférer, la transformer et la stocker dans quelque chose. Si vous commencez par brûler du charbon, vous vous trouvez au tout début du même cycle de Carnot qu’un moteur à combustion interne. Mais même si ce n’est pas le cas, il y a des pertes au niveau de la transmission, de la transformation et surtout de la recharge, sans compter l’inefficacité de la fabrication et de la durée de vie de batteries lourdes et très coûteuses. Tout cela ? Pas possible, Jose, diraient les Américains. Les problèmes qui ne sont pas apparents à première vue ne font qu’apparaître de plus en plus.

Le dernier est vraiment remarquable, mais en fait logique. Et donc prévisible. Encore une fois, dans son cas, la comparaison avec les voitures à combustion interne soulève la question : Quelle quantité d’énergie une voiture à combustion interne consomme-t-elle si elle est à l’arrêt ? La réponse est simple : pratiquement aucune. Même les voitures très modernes, connectées en permanence à l’internet, dotées de caméras embarquées surveillant l’environnement de la voiture, d’alarmes perfectionnées, etc., se contentent de l’énergie d’une batterie plus ou moins ordinaire, qu’elles rechargent en roulant en récupérant l’énergie cinétique grâce à un alternateur ; BMW, par exemple, le fait depuis plus d’une dizaine d’années. Rien donc, et surtout pas du diesel ou de l’essence.

C’est plus compliqué avec les voitures électriques, car elles sont d’une part encore plus électroniques, mais elles ont aussi besoin d’énergie pour se tempérer, notamment les batteries. Elles se refroidissent donc lorsqu’il fait chaud et se réchauffent lorsqu’il fait froid. Tout cela n’est pas gratuit, pas plus que les nombreuses autres fonctions qu’une voiture peut assurer en utilisant la batterie principale. Et même si ce n’est pas toujours important, ce n’est jamais rien. Et parfois, c’est beaucoup.

C’est le cas des voitures Rivian, dont on a déjà constaté l’an dernier qu’elles consommaient tellement d’électricité à l’arrêt que le terme « vampire drain » – vampire suceur ou vampire déchargeur, si vous préférez – a été inventé pour désigner ce phénomène. Il s’agit simplement de quelque chose qui aspire le jus de la voiture (probablement l’un des éléments susmentionnés) et dont les propriétaires ne savent même pas ce que c’est. La consommation d’électricité lorsque la voiture ne parcourt pas un mètre est si élevée que la voiture perd des dizaines de pour cent de sa capacité totale en une semaine. Des passionnés ont calculé qu’avec 50 000 Rivians en service, 93 500 kWh d’énergie sont gaspillés de cette manière chaque jour, sans qu’aucune de ces voitures ne roule. Soit 93,5 MWh ! L’équivalent d’environ 24 000 litres de diesel dans les réservoirs des voitures diesel chaque jour. Une quantité incroyable pour un constructeur aussi marginal.

Même de telles pertes doivent être attribuées aux voitures électriques, et l’on peut constater que, tout compte fait, les voitures à combustion interne sont loin d’être si mal loties en termes d’efficacité qu’elles mériteraient d’être rayées de la carte. Mais non, qu’est-ce qui ne plaît pas, les voitures électriques sont géniales. Au diable la physique et les « haters » payés par le lobby pétrolier, on se contente aujourd’hui de la « barbarie électrique »…

Les voitures électriques souffrent d'un autre problème méconnu, l'Les voitures électriques souffrent d'un autre problème négligé, Les voitures électriques souffrent d'un autre problème négligé, Les voitures électriques souffrent d'un autre problème négligé, Les voitures électriques souffrent d'un autre problème négligé, Les voitures électriques souffrent d'un autre problème négligé, l'
Les Rivian sont des machines incroyablement efficaces, consommant l’équivalent d’environ 24 000 litres de diesel par jour rien qu’en restant immobiles. N’est-ce pas formidable ? Photo : Rivian

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.