L’illusion des avantages des voitures électriques est en train de se dissiper, il était naïf de s’attendre à autre chose.

L’illusion de la rentabilité des voitures électriques se dissipe définitivement, il était naïf de s’attendre à autre chose.

/

Les voitures électriques posent des problèmes en termes de prix d’achat et d’utilisation quotidienne, mais beaucoup de choses pouvaient être pardonnées jusqu’à ce que leur fonctionnement devienne au moins moins cher grâce à l’électricité non soumise à une taxe d’accise. Cela ne fonctionne plus non plus, l’Australie a introduit une taxe similaire et continue de l’augmenter.

Les voitures électriques ont leurs partisans et leurs détracteurs, pour diverses raisons. Certains sont gênés par le fait qu’elles ne sont pas aussi respectueuses de l’environnement qu’elles le prétendent, même au moment de leur fabrication, sans parler de leur fonctionnement ultérieur. D’autres n’aiment pas qu’on les impose à tout le monde, même si ce n’est pas une unification mais une variété de groupes motopropulseurs qui seront efficaces dans tous les sens du terme. Et bien sûr, il y a les difficultés d’une dynamique ou d’une autonomie durable, le réapprovisionnement souvent très compliqué en énergie, ou la courte durée de vie des batteries coûteuses et les baisses extrêmes de valeur qui en résultent.

Mais il y a aussi des avantages qui vont du fonctionnement silencieux, agréable pour l’équipage et l’environnement, aux émissions locales minimales, à la possibilité, bien que lente, de reconstituer l’énergie domestique, à l’accélération élevée et presque instantanée, à la possibilité de récupérer une partie de l’énergie autrement bloquée par le freinage, et à un certain nombre d’avantages découlant d’un contrôle plus facile du fonctionnement d’un moteur électrique ou même de plusieurs moteurs. Dès que l’on fabriquera une voiture équipée de quatre moteurs électriques contrôlant chaque roue séparément, l’efficacité du transfert de puissance sur la route ou les possibilités d’influencer le comportement de la voiture dans les virages atteindront un tout autre niveau.

Mais indépendamment de ces débats, jusqu’à récemment, les partisans et les opposants s’accordaient sur un point : les voitures électriques sont plus rentables à exploiter. Ce n’est pas une question de coûts d’entretien, ce mythe a été maintes fois démenti et il est clairement démontré que malgré la nécessité d’un entretien moindre de l’ensemble du groupe motopropulseur, ce sont les voitures électriques qui coûtent nettement plus cher à entretenir, elles consomment également plus de freins, de pneus… Mais il y a aussi le carburant, ou plutôt le « carburant », qui, même s’il n’est plus bon marché en raison des prix élevés de l’électricité, n’en reste pas moins que l’essence et le diesel, en particulier en Europe, sont grevés d’une fiscalité extrême qui les rend artificiellement plus chers. Ce n’est pas le cas de l’électricité, malgré les diverses subventions accordées à l’énergie solaire, etc.

Ainsi, une voiture électrique peut être chère à l’achat, la vie avec elle peut être compliquée, et la revendre après quelques années peut rapporter beaucoup moins, mais en attendant on peut au moins parier sur une exploitation plus rentable grâce à une électricité moins chère et moins taxée ? Cependant, si son prix n’est pas à nouveau arraché à la chaîne, au moins avec une charge lente à la maison, cela peut fonctionner. Mais la réponse honnête est non. Et s’attendre à quelque chose de différent à long terme était et reste naïf.

Bien que les hommes politiques semblent aujourd’hui distribuer en souriant l’argent des autres pour les voitures électriques et qu’ils soient heureux de voir les voitures favorisées prospérer, cette situation n’est pas viable. L’industrie automobile est une énorme source de revenus pour le budget national et lorsque les voitures électriques commenceront à signifier davantage, elles devront également devenir une source, et non un consommateur, d’argent redistribué.

La dernière mesure prise par le gouvernement de l’État australien de Victoria, qui a jusqu’à présent soutenu l’achat de voitures électriques à hauteur de 3 000 dollars (environ 43 000 couronnes tchèques) par voiture, en est la meilleure preuve. Cette aide prendra fin le 30 juin, mais ce n’est pas tout. Les politiciens australiens n’ont apparemment pas supporté le fait que les personnes qui achètent ces voitures ne paient pas de droits d’accise sur l’essence ou le diesel, et ils ont donc introduit une nouvelle taxe – une sorte de taxe sur l’utilisation des routes. Appelons-la, à tort, une taxe routière pour les particuliers de 2,6 cents (0,37) par km parcouru pour les voitures électriques et de 2,1 cents (0,31) par km parcouru par une voiture hybride rechargeable. Et comme ils ne trouvaient pas cela suffisant, ils vont « saler » un peu plus ces redevances parallèlement à la fin des subventions. Les redevances seront donc respectivement de 2,8 et 2,3 centimes, soit environ 0,40 et 0,33 CZK par km.

Il est peut-être difficile d’imaginer ce que cela signifie, mais avec une autonomie australienne moyenne de 15 000 km par an, un propriétaire de VE devra payer 420 dollars de plus, soit un peu plus de 6 000 dollars canadiens. C’est essentiellement la même chose que ce qu’un propriétaire de voiture conventionnelle doit payer en droits d’accise (en fonction de la consommation, bien sûr), et c’est comparable à la situation en Europe. Dans l’UE, le droit d’accise minimum est de 0,359 euros par litre de carburant. Si l’on s’en tient à ce chiffre, on obtient environ 8,5 CZK par litre de carburant ici, pour un kilométrage de 15 000 km par an et une consommation de 6,0 litres aux 100 km, ce qui fait environ 7 650 CZK par an, soit un montant similaire.

Ce qui est encore plus piquant, c’est la charge, certes plus faible, mais tout de même perceptible, qui pèse sur les véhicules hybrides rechargeables, dont les propriétaires sont ainsi indirectement contraints de rouler principalement à l’électricité, puisque s’ils roulent à l’essence, ils paieront des taxes sur celle-ci et sur cette nouvelle taxe de circulation pour chaque kilomètre parcouru. Les autres automobilistes ne sont pas concernés. Les propriétaires devront déclarer chaque année le kilométrage de leur voiture aux autorités et s’ils trichent dans leur déclaration, ils risquent de voir leur voiture retirée de la circulation.

Sans surprise, les propriétaires de voitures électriques qui ont été attirés par les subventions susmentionnées protestent, car la taxe est appelée à augmenter chaque année. Mais… à quoi pouvaient-ils s’attendre ? Il suffit de faire preuve de bon sens pour se rendre compte que la fiscalité liée à l’exploitation des voitures électriques devra être, à peu de chose près, la même que celle liée aux voitures classiques à essence et diesel, puisque l’État ne commencera pas vraiment à économiser de l’argent grâce au boom des voitures électriques. Après tout, quand et où cela a-t-il commencé pour la dernière fois ?

Malgré les avantages existants, il faut acheter des voitures plus chères, qui ne vont pas aussi loin, qui ne sont pas faciles à recharger et qui perdent inévitablement de leur valeur au bout de quelques années. Et d’un point de vue opérationnel, elles ne coûteront pas moins cher, car tous les avantages fiscaux artificiels existants seront un jour perdus, comme en Australie.

L'illusion de la rentabilité des VE se dissipe définitivement, s'attendre à autre chose était naïf - 1 - EU 2030 EV count Skoda Enyaq 01L'illusion de la rentabilité des voitures électriques se dissipe définitivement, s'attendre à autre chose était naïf - 2 - EU 2030 Skoda Enyaq 02L'illusion de la rentabilité des voitures électriques se dissipe définitivement, s'attendre à autre chose était naïf - 3 - EU 2030 Skoda Enyaq 03 numéro de la voiture électriqueL'illusion de la rentabilité des voitures électriques se dissipe définitivement, s'attendre à autre chose était naïf - 4 - EU 2030 numéro de voiture électrique Skoda Enyaq 04L'illusion de la rentabilité des voitures électriques se dissipe définitivement, s'attendre à autre chose était naïf - 5 - EU 2030 electric car number Skoda Enyaq 05L'illusion de la rentabilité des voitures électriques se dissipe définitivement, s'attendre à autre chose était naïf - 6 - EU 2030 electric car number Skoda Enyaq 06
Une telle Skoda Enyaq coûte aujourd’hui à partir de 1,24 million de CZK avec une batterie de 62 kWh difficile à utiliser et l’hypothèse d’une énorme perte de valeur dans un horizon de quelques années. Dans ce pays, on peut encore se consoler avec le « ravitaillement », non grevé par les droits d’accise, mais l’exemple de l’Australie montre qu’il s’agit d’une situation très temporaire. Photo d’illustration : Škoda Auto

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.