Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d’une société appelée Horse, qui pourrait être son cheval de Troie.

Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d’une société appelée Horse, il pourrait s’agir de son cheval de Troie.

/

Danaum fatale munus ! célèbre maxime de Sénèque, lentement reprise par les Français, qui ont tragiquement donné naissance à une nouvelle entreprise appelée Horse. Connaissant toutes les circonstances, il aurait pu s’appeler sans réserve Cheval de Troie.

La guerre de Troie est un conflit entouré de légendes, qui débute par l’enlèvement d’Hélène, épouse du roi Ménélas de Sparte. Suite à cela, les Grecs entrèrent en guerre avec les Troyens, ce qui dura dix longues années. À la fin de celle-ci, les assiégeants de la ville d’Asie Mineure, fatigués, recourent, sur la suggestion d’Ulysse, à un stratagème qui leur assure la victoire dans ce long conflit. Ils abandonnent donc la côte, ne laissant en guise de cadeau qu’un grand cheval de bois. Les Troyens traînent alors la statue dans la ville, sans se douter qu’à l’intérieur se cache une bande de guerriers qui sera à l’origine de leur destruction.

Laissons les vieux mythes et légendes grecs derrière nous et passons à 2021, lorsque les premières rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles Renault allait se débarrasser de la division qui développait et produisait le moteur à combustion. Un an plus tard, la spéculation s’est concrétisée. Les Français ont décidé de travailler avec la marque chinoise Geely, avec laquelle ils ont créé une nouvelle coentreprise appelée Horse. Chaque partie détient une participation de 50 % dans la coentreprise, et Renault a transféré tout ce qui concerne les moteurs à combustion interne à l’entreprise, y compris les usines où ils sont produits.

En conséquence, la coentreprise pourrait être rebaptisée Troyan Horse, ou le cheval de Troie décrit ci-dessus. Renault symbolise alors cette ville assiégée dont les défenseurs ont été tentés par le cadeau grec. Et ils ont payé le prix fort. Ce qui veut dire que le seul à se réjouir du final, c’est Geely. Même si, à l’instar de l’Odyssée, ce constructeur automobile a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de connaître un succès incontestable. Le héros grec n’est rentré chez lui que dix ans après la chute de Troie.

Pour tout expliquer, cette fois sans recourir à la mythologie, il faut décortiquer la joint venture. Comme nous l’avons dit, Renault a transféré à la coentreprise tout ce qui concerne le moteur à combustion interne. Il s’agit d’usines en Argentine, au Brésil, au Chili, au Portugal, en Roumanie, en Espagne et en Turquie. Toutes ces usines peuvent désormais être utilisées par les Chinois pour leur expansion en Amérique du Sud et en Europe. Jusqu’à présent, leur attaque n’a pas eu le succès escompté, en raison de l’absence d’entreprises locales.

Renault n’a jamais caché qu’il souhaitait vendre ses parts à l’avenir. En effet, les Français veulent se concentrer exclusivement sur leur autre division, Ampére, qui se consacre à l’électrification. Tous les droits liés au moteur à combustion passeraient donc aux Chinois, qui se retrouveraient alors littéralement sur la brèche. En effet, il a été confirmé qu’un troisième partenaire, la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, devrait entrer dans le capital à hauteur de 20 %.

Aramco prévoit d’investir massivement dans les carburants synthétiques qui permettront de maintenir les moteurs à combustion interne en vie pendant longtemps. Les Chinois en seront toutefois les principaux bénéficiaires, raison pour laquelle le pays n’a pas encore annoncé de date précise pour le passage à la mobilité purement électrique. Et à la lumière des nouvelles informations, ce n’est pas pour demain. Il s’agira plutôt de communiqués de presse annonçant la libération du cheval de Troie chinois derrière les murs européens, c’est-à-dire la vente de moteurs utilisant des carburants synthétiques déjà approuvés. La boucle sera ainsi bouclée

Il ne nous reste plus qu’à ajouter une perle qui rend tout ce qui précède encore plus probable. Alors que les Français ont effectivement transféré tout ce qui concerne la combustion interne à la nouvelle coentreprise, Geely n’a pas cédé à Horse les droits sur son moteur DHE de 1,5 litre, qui est actuellement le plus efficace au monde avec un rendement thermique de 43,32 %. Peut-être que seuls les aveugles ne peuvent plus voir dans quelle direction les choses se dirigent.

Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d'une société appelée Horse, qui pourrait être son cheval de Troie - 1 - Renault-Geely Horse 2023 première photo 01Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d'une société appelée Horse, cela pourrait être son cheval de Troie - 2 - Renault-Geely Horse 2023 première photo 02Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d'une société appelée Horse, c'est peut-être son cheval de Troie - 3 - Renault-Geely Horse 2023 première photo 03Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d'une société appelée Horse, c'est peut-être son cheval de Troie - 4 - Renault-Geely Horse 2023 première photo 04Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d'une société appelée Horse, il pourrait s'agir de son cheval de Troie - 5 - Renault-Geely Horse 2023 première photo 05Renault a abandonné tous les moteurs à combustion interne au profit d'une société appelée Horse, qui pourrait être son cheval de Troie - 6 - Renault-Geely Horse 2023 première photo 06
La division Horse présente déjà une série de matériel promotionnel, ainsi que de nouveaux vêtements d’entreprise, par exemple. En attendant, on se demande comment les Français vont réagir lorsqu’ils n’auront d’autre choix que de payer pour que des unités qui leur appartenaient puissent continuer à faire la nique à tout le monde. Photo : Renault/Horse

Renault/Horse, Auto Evolution

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.