Seuls 5,7 % des propriétaires de voitures à combustion interne passent de l’essence ou du diesel à l’électricité. Et ce chiffre n’augmente que très lentement.

Seuls 5,7 % des propriétaires de voitures à combustion interne passent de l’essence ou du diesel à l’électricité. Et leur nombre n’augmente que très lentement

/

De plus en plus de voitures électriques sont vendues et le taux de croissance de leurs ventes n’est pas négligeable malgré son déclin. Mais qui achète ces voitures ? Ce ne sont pas vraiment les propriétaires de voitures à combustion interne en grand nombre.

Le magazine britannique Auto Express est l’un des rares grands magazines de pays massivement favorables aux voitures électriques à oser adopter une position critique à l’égard de ce type de voiture. En particulier, l’un des fondateurs du magazine, Mike Rutherford, aujourd’hui chroniqueur principal, y va régulièrement de ses commentaires cinglants, dont le dernier en date a été publié cette semaine. Selon lui, les voitures électriques risquent de finir comme Betamax, le concurrent contemporain de Sony pour le format vidéo VHS, qui est tombé dans l’oubli.

Laissons de côté pour l’instant la question de savoir si nous sommes d’accord avec Mike sur ce point ou en général (nous ne le sommes souvent pas, il a des points de vue légèrement différents sur la question après tout), ce qui importe aujourd’hui, c’est que ses colonnes reçoivent beaucoup d’attention de la part des lecteurs. Même les Britanniques ne sont pas aussi branchés sur l’électromobilité que certains voudraient nous le faire croire, et les commentaires sur ses articles résument souvent les problèmes de manière plus succincte que Mike lui-même.

Cette fois-ci, un Britannique ordinaire a fait une remarque pertinente : « Les voitures électriques à batterie sont une technologie terriblement inférieure aux voitures à combustion interne actuelles à presque tous les égards et, comme vous le soulignez, elles coûtent 60 % de plus à l’achat. De plus, leur valeur résiduelle sera épouvantable en raison de préoccupations très légitimes concernant la durée de vie de la batterie. C’est pourquoi la grande majorité des ventes de VE sont actuellement destinées au marché des flottes, où les conducteurs sont soudoyés par d’énormes avantages fiscaux. Mais la plupart d’entre nous sont arrivés à la conclusion que ces véhicules sont morts ET achèteront à nouveau une voiture à combustion ou une voiture hybride (inutile), ou conserveront les voitures à combustion qu’ils ont déjà », a-t-il déclaré. Et nous ne pouvons vraiment pas trouver de meilleur moyen de résumer la situation en quelques phrases.

C’est exactement ce que montre une nouvelle étude de S&P Global Mobility, qui s’étonne du peu de propriétaires de voitures à combustion interne qui passent à l’électrique. Et la lenteur avec laquelle ce nombre augmente malgré l’arrivée massive de nouveaux modèles électriques sur le marché. Pourtant, en examinant les données relatives aux ventes de l’année dernière, entre janvier et octobre, elle a constaté que seuls 5,7 % des propriétaires de voitures à essence ou diesel étaient passés à l’électrique d’ici à octobre 2023. Un an plus tôt, ce chiffre n’était inférieur que de 1,1 point de pourcentage : 4,6 % des propriétaires de voitures à combustion avaient acheté une nouvelle voiture électrique. Avec une telle dynamique, il n’y a aucune chance que les voitures électriques se frayent un chemin dans tous les foyers dans les quelques années que les politiciens et les constructeurs automobiles se sont fixées.

Alors, qui achète des voitures électriques ? Soit il s’agit de clients de flottes, de personnes qui n’ont jamais conduit de voiture ou dont c’est la première voiture depuis longtemps, soit il s’agit de personnes qui achèteront un véhicule électrique pour accompagner leur voiture à combustion interne existante. S&P n’entre pas dans les détails à ce sujet, mais la raison mentionnée la dernière fois serait cohérente avec les conclusions d’autres études. Peu de gens vont simplement prendre leur voiture à combustion interne et la remplacer par un VE parce qu’elle n’est pas utilisable de manière comparable. En outre, c’est considérablement plus cher, comme le souligne également S&P – malgré les affirmations sur les avantages à long terme des voitures électriques, ces voitures sont 22,6 % plus chères pour leurs propriétaires, en termes de fonctionnement, que les modèles à combustion. Ce n’est même pas tentant.

Par conséquent, la grande, la très grande majorité des gens achèteront à nouveau une voiture à combustion, ou conserveront la voiture à combustion qu’ils possèdent déjà, comme le souligne l’auteur de l’article d’Auto Express. Quelques personnes seront tentées par des subventions ou des régimes fiscaux et achèteront une voiture électrique ou passeront à une voiture électrique, et de plus en plus de personnes passent même aux hybrides qui, selon les données de S&P, affichent une croissance des ventes beaucoup plus importante (9,9 % des propriétaires de voitures à combustion interne sont passés à ces véhicules cette année, contre 6,1 % l’année dernière). Et, comme le souligne à nouveau à juste titre la personne citée, une voiture hybride peut généralement être qualifiée d' »inutile » car elle ne résout pratiquement rien et n’est pas facile à utiliser. Toutefois, selon S&P, il est au moins marginalement (moins de 1 %) moins cher en termes de fonctionnement qu’une voiture à combustion interne comparable. Nous serions toutefois surpris que ce soit également le cas pour les véhicules à moteur diesel…

Mais il s’agit là d’un débat secondaire, la conclusion essentielle étant résumée par S&P elle-même dans son étude : « La transformation de l’industrie automobile vers le tout électrique pourrait ne pas être aussi rapide que l’espèrent les partisans des VE. Pourquoi ? Selon ce lecteur, parce que « les voitures électriques à batterie sont une technologie terriblement inférieure aux voitures à combustion interne actuelles à presque tous les égards, (…) elles coûtent 60 % plus cher à l’achat, (…) elles auront des valeurs résiduelles épouvantables en raison de préoccupations très légitimes concernant la durée de vie de la batterie, et (…) la plupart de leurs ventes sont destinées au marché des flottes où les conducteurs sont soudoyés par d’énormes avantages fiscaux », pour résumer l’histoire. C’est aussi simple que cela, et les constructeurs automobiles devraient enfin commencer à le comprendre s’ils veulent survivre en bonne santé à l’ère actuelle.

Seuls 5,7 % des propriétaires de voitures à combustion interne passent de l'essence ou du diesel à l'électricité. Et ce chiffre augmente très lentement - 1 - Voitures Transition essence HEV EV SnP tab01Seuls 5,7 % des propriétaires de voitures à combustion interne passent de l'essence ou du diesel à l'électricité. Et ce chiffre n'augmente que très lentement - 2 - Cars drives switching to petrol HEV EV SnP tab02
Si si peu de personnes passent de la voiture à combustion interne à la voiture électrique, et que ce nombre augmente si lentement, comment peut-on s’assurer que tout le monde achètera des voitures électriques dans quelques années ? Graphic by S&P Global Mobility, press materials/location Autoforum.cz, Data source.

Sources : S&P Global Mobility, Auto Express

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de l’équipe éditoriale ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de manière similaire par des tiers.