Au Royaume-Uni, les citoyens ont commencé à détruire massivement les caméras qui filtrent les vieilles voitures, imitant ainsi l’action des Tchèques.

Des citoyens britanniques ont commencé à détruire en grand nombre des caméras qui verbalisent les vieilles voitures, imitant ainsi l’ancienne action des Tchèques.

/

Si les hommes politiques commencent à penser que les gens vont tout aimer et que tout ce qui est promulgué est automatiquement juste, ils rencontreront tôt ou tard une résistance similaire. La résistance actuelle au Royaume-Uni est très importante.

En 2015, alors qu’il était maire de Londres, l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson a eu une idée qui lui a valu le surnom de « Red Boris » (Boris le rouge). Parmi de nombreuses autres mesures restrictives, il a ajouté ce que l’on appelle des ULEZ, des zones à très faibles émissions qui autorisent uniquement les voitures modernes équipées de systèmes antipollution avancés à circuler dans certaines parties de la ville.

De manière conciliante, nous pouvons imaginer des endroits où une telle mesure a du sens, mais du point de vue des concentrations de polluants atmosphériques, ces zones se sont avérées à maintes reprises absolument inutiles. Malheureusement, les émissions ne connaissent pas les limites de ces zones, et les fumées émises par les voitures ici et là sont tellement insignifiantes en termes de concentrations globales que leur limitation n’a pas eu et n’aura pas d’effet tangible.

Mais c’est comme pour les limitations de vitesse avec ce genre d’idées – si une nouvelle limitation de vitesse ne donne rien, nous ne la supprimons pas parce qu’elle est contre-productive, nous proposons une autre limitation qui n’a pas encore fait ses preuves, n’est-ce pas ? Les ULEZ de Londres continuent donc d’être étendues en dépit des preuves factuelles apportées jusqu’à présent, et le successeur de Johnson, Sadiq Kahn, a déjà étendu la taille de l’ULEZ à 236 miles carrés. Le 29 août de cette année, elle devrait encore s’agrandir, et les efforts déployés pour l’empêcher par le biais des tribunaux ont échoué. L’oreille a donc été arrachée.

Un groupe de personnes appelé les Blade Runners s’est formé en Grande-Bretagne. Ils ont perdu tout respect pour les routes légales et ont commencé à détruire, enlever ou mettre hors service les caméras qui surveillent le mouvement des voitures dans la ville et envoient des amendes aux conducteurs qui pénètrent dans les ULEZ. Ainsi, un réseau de milliers (sic) de caméras scanne désormais les plaques d’immatriculation de chaque voiture, les compare avec le registre et examine leur classe d’émission. Si le véhicule n’est pas conforme, le système envoie automatiquement au propriétaire une amende de 12,50 livres sterling (environ 353 euros). Cela ressemble un peu à un péage qui fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à l’exception de Noël. C’est avec ces caméras que les Blade Runners ont un plan précis : les éliminer toutes en une seule fois.

« Nous n’en voulons pas. C’est une façon d’essayer de limiter nos mouvements. Qu’ils aillent se faire voir. Nous n’avons rien fait pour mériter cela », a déclaré un membre anonyme des Blade Runners au quotidien britannique Daily Mail. Et il ne s’agit pas que de mots : un certain nombre de vidéos circulent déjà sur le net, comme celle qui est jointe ci-dessous, dans laquelle l’un des membres des Blade Runners dévisse simplement la caméra à l’aide d’un tournevis électrique. Mais les méthodes varient : certaines caméras sont détruites à l’aide d’un marteau, d’autres sont repeintes, d’autres encore sont débranchées.

Les informations sur le nombre de caméras désactivées, enlevées ou endommagées varient selon les personnes interrogées. La mairie de Londres affirme avoir enregistré 43 cas de vandalisme liés à ces caméras jusqu’au mois de mars de cette année. Mais les activités des Blade Runners remontent surtout à ces derniers mois et, selon les Robin des Bois autoproclamés, le nombre d’établissements détruits est bien plus important. Un membre du groupe, qui a parlé au Daily Mail, affirme avoir personnellement détruit 34 caméras, et l’ensemble du groupe en aurait détruit des centaines. Selon les estimations officielles, les Blade Runners seraient plus d’une centaine à opérer dans tout Londres. Il s’agit donc d’une résistance massive qu’il ne sera pas facile d’arrêter si elle bénéficie d’un plus grand soutien de la part de l’opinion publique.

« Nous allons faire tomber toutes les caméras, quoi qu’il arrive », a poursuivi le membre anonyme des Blade Runners. « Tout ce que nous faisons, c’est pour nos propres libertés. C’est la partie émergée de l’iceberg. Nous ne vivons pas dans une démocratie. Nous nous battrons pour nos libertés avec tout ce que nous avons », a-t-il ajouté, selon le Daily Mail. Bien entendu, ce genre d’action est illégal, et Londres avertit ces combattants et ces vandales en une seule personne qu’ils risquent jusqu’à quatre ans de prison s’ils sont pris. Jusqu’à présent, cela ne semble pas les avoir arrêtés.

Pour notre part, nous ajouterons que cet événement rappelle les activités d’un groupe tchèque appelé Crum Patch Team qui, en 2008, a commencé à détruire des radars stationnaires tchèques à l’aide d’une pioche. La motivation était alors la même : les radars fixes exploités par des entreprises privées ont commencé à proliférer en République tchèque afin d’obtenir un rendement financier élevé, et non pour contribuer à la sécurité routière dans tous les sens du terme. Des images de radars dans lesquels une pioche avait été plantée ont rapidement fait le tour non seulement de la République tchèque, mais aussi du monde entier. Les responsables politiques tchèques ont finalement été contraints d’empêcher cette pratique. De nombreux radars similaires ont ensuite disparu dans le pays, car il n’était plus possible de les exploiter dans un endroit où le rendement était suffisamment élevé et ce n’était pas intéressant d’un point de vue économique pour leurs exploitants. Voyons si les Britanniques parviennent à un résultat similaire – à moins que Londres n’adopte une approche plus rationnelle des ULEZ, les Blade Runners veulent détruire tous ces milliers de caméras dans les rues de la ville.

Au Royaume-Uni, les gens ont commencé à détruire en grand nombre les caméras qui verbalisent les vieilles voitures, imitant ainsi l'action des Tchèques - 1 - Gatso traffic camera 01
Les caméras collectant les « péages » pour les voitures anciennes entrant dans certains quartiers de Londres sont systématiquement vandalisées par un groupe appelé « Blade Runners ». Ils affirment qu’ils les détruiront toutes si Londres ne repense pas son approche du système. Photo : Gatso, documents de presse

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.