BMW s’adresse également aux Tchèques. Ils ne s’arrêteront pas aux moteurs à combustion interne, ils disent qu’ils ont encore de beaux jours devant eux.

BMW va à la rencontre des Tchèques. Ils n’en ont pas fini avec les moteurs à combustion interne, ils disent qu’ils ont encore de beaux jours devant eux.

/

Beaucoup seront surpris d’apprendre que le constructeur automobile qui, comme peu d’autres, est obsédé par l’écologisation de son offre depuis des années est, après tout, celui qui a le plus résisté à l’électrification forcée. Mais c’est ainsi.

Il est très difficile de comprendre le raisonnement de certains constructeurs automobiles aujourd’hui. D’une part, ils disent souvent des choses différentes et font des choses différentes, mais surtout, ils changent facilement d’avis sur certaines choses et demandent de nouvelles commandes. Par exemple, Volkswagen a été célèbre pendant des années pour avoir fait de son mieux pour satisfaire les souhaits de ses clients et a fabriqué un break cinq cylindres silencieux avec transmission intégrale et changement de vitesses manuel lorsque quelques pour mille de ses clients l’appréciaient. Il poussait à l’efficacité maximale et à la haute qualité, aujourd’hui ? Aujourd’hui, il est obsédé par la chimère électrique, ne se soucie pas des souhaits des clients, fait volte-face en matière de qualité au nom de la réduction des coûts et remplace l’efficacité réelle par une efficacité de papier.

BMW est également en train de vivre un grand bouleversement. Jusqu’au début de ce siècle, la société était obsédée par la production de voitures satisfaisantes pour le conducteur, capables de faire face à une utilisation intensive avec une efficacité extrême. Et elles étaient de très, très haute qualité. Tout le reste était laissé de côté : le design était discret, la gamme s’articulait autour des éléments susmentionnés et l’emploi de mots tels que « turbo » et « automatique » dans le contexte des modèles sportifs vous vaudrait d’être fusillé par un tribunal. Puis BMW a opté pour un design controversé, ce qui est allé de pair avec l’élargissement de la gamme, l’abaissement de la qualité et le délaissement de la clientèle traditionnelle. Cette évolution s’est accompagnée d’une écologisation considérable de la marque : soudain, le constructeur n’était plus étranger à des slogans tels que Freude am Sparen (la joie d’économiser, c’est-à-dire le carburant), il envoyait tranquillement des boosters hydrauliques aux chiens pour une économie de carburant sur le papier, les automatiques et les turbos devenaient la norme, il se vantait des arrêts de démarrage et d’autres absurdités.

On s’attendrait à ce qu’une telle marque soit la première à annoncer une grande révolution électrique en octobre et à abandonner le reste de sa clientèle traditionnelle. En revanche, Mercedes, par exemple, qui a insisté pendant des années sur les huit cylindres, sans jamais s’abaisser aux trois cylindres, etc. Faux. Mercedes a fait un virage à 180 degrés et BMW s’est retrouvé coincé quelque part au milieu et a dit qu’il n’irait pas plus loin. Qu’elle ne pouvait pas ignorer ses clients et qu’elle continuerait à leur vendre ce qu’ils voulaient. L’électricité ? Pourquoi pas. Mais tuer les diesels ? Pourquoi diable ?

Elle reste dans cette position sympathique – les voitures électriques, peu importe comment on les vend, mais pas au détriment de leurs alternatives – comme l’a souligné Oliver Zipse, le patron de l’entreprise, lors de la présentation de ses résultats économiques du deuxième trimestre. Ces derniers sont positifs malgré la hausse des ventes de VE, mais M. Zipse sait mieux que quiconque ce qui nourrit l’entreprise. Et il n’a pas l’intention de se couper une branche.

« Il est encore trop tôt », a déclaré M. Zipse aux investisseurs lorsqu’on lui a demandé s’il prévoyait de passer à des voitures entièrement électriques à un moment donné. Peut-être que son rival Audi ne veut pas introduire quoi que ce soit d’autre à partir de 2026, ce qui semble tout à fait insensé. Le PDG de BMW ne prévoit rien de tel dans un avenir beaucoup plus lointain, estimant que les moteurs à essence et diesel ont encore de beaux jours devant eux. Selon lui, les moteurs à combustion plus propre peuvent au contraire contribuer à réduire les émissions mondiales de CO2. Il estime en outre qu’il est judicieux de combiner différentes sources d’énergie, car les pays et les régions du monde se développent à des rythmes différents.

Pour Zipse, l’idéal est donc de combiner voitures électriques, voitures hybrides, voitures à combustion et voitures à hydrogène, en les mélangeant en fonction de ce qui marche et de l’endroit où l’on se trouve. C’est à la fois simple et extraordinaire. Zipse doit faire le bonheur des Tchèques qui ne sont toujours pas intéressés par les voitures électriques. BMW a vendu 3 490 voitures en République tchèque cette année, avec une nette domination des diesels (51,3 % des ventes), alors que les voitures électriques sont pratiquement insignifiantes avec 5,1 % des ventes. Parier sur la seule électricité dans de telles régions est suicidaire, mais de nombreux constructeurs automobiles veulent le faire. BMW, étonnamment, ne le fait heureusement pas.

BMW va également à la rencontre des Tchèques. 1 - BMW M5 CS 2021 première série 01BMW part à la rencontre des Tchèques. 2 - BMW M5 CS 2021 première série 03BMW se met en quatre pour rencontrer les Tchèques. 3 - BMW M5 CS 2021 première série 05BMW part à la rencontre des Tchèques. 4 - BMW M5 CS 2021 première série 27BMW se met aussi à l'heure tchèque. 5 - BMW M5 CS 2021 première série 29BMW se met en quatre pour rencontrer les Tchèques. 6 - BMW M5 CS 2021 première série 31
Les perles à essence pure comme la BMW M5 CS ne reviendront probablement pas, mais BMW restera fidèle aux V8 à essence. Pourquoi ? Parce qu’en ne proposant que des voitures électriques, elle ne ferait que pleurer sur les bénéfices dans de nombreux pays. Photo : BMW

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.