Ford a fait un virage à 180 degrés, souhaitant soudain être le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne.

Ford a fait un virage à 180 degrés, voulant soudainement être le dernier constructeur à continuer de vendre de gros moteurs à combustion interne.

/

Rappelez-vous, il y a trois ans, lorsque Ford déclarait qu’à cette date, il se dirigeait vers la disparition de tout moteur à combustion interne pur d’ici à 2026. Aujourd’hui, il affirme qu’il vendra même tranquillement des unités à huit cylindres jusqu’à la fin du monde, c’est ce qu’on appelle un revirement. Mais après les problèmes récents, ce n’est pas étonnant.

En retard, mais toujours, dit-on. C’est tout à fait vrai pour Ford, qui mise pratiquement tout sur l’électricité en 2021. Et depuis, il parle de la propulsion électrique avec un tel enthousiasme que beaucoup doivent en conclure qu’il l’a inventée lui-même et qu’il ne vend plus rien d’autre depuis longtemps. Inutile d’ajouter que la réalité est tout autre. Blue propose et vend des voitures électriques et, l’année dernière, elle est devenue le deuxième constructeur outre-mer, derrière Tesla, avec 72 000 voitures vendues avec ce type de groupe motopropulseur. Mais à côté de ses plus de 1,92 million de ventes de voitures à combustion interne, il s’agit d’une goutte d’eau dans l’océan. Et un crachat coûteux dans l’étang, car le constructeur automobile a toujours enregistré des pertes massives sur ces voitures.

L’entreprise a donc commencé à tempérer son enthousiasme d’antan et, l’année dernière, elle a abandonné ses projets jusqu’en 2026. Ford a dû admettre, bon gré mal gré, que son pari sur des solutions proposées par des politiciens plutôt que par des clients était insensé dès le départ. Mais ce revirement est surtout confirmé par les récents propos du patron de la marque, Jim Farley, qui fait soudain l’éloge de la Mustang à huit cylindres. Un peu à l’opposé des modèles électriques.

En effet, le PDG de l’Ovale bleu a déclaré à ses collègues de Motor1, au début de la saison de course de cette année, que le moteur V8 est la seule raison pour laquelle la Mustang courra sur six continents, lentement, tous les week-ends. Plus important encore, les voitures de route seront privilégiées car ce que Ford apprend sur les circuits, il a l’intention de le transférer sur les routes publiques. « C’est un transfert à l’ancienne. Notre développement a lieu sur les circuits, et vous pourrez acheter les produits finaux chez Ford », explique-t-il. De plus, cela signifie que la marque peut maintenir le V8 en vie plus longtemps que la concurrence.

« La Mustang fêtera bientôt son 60e anniversaire. Beaucoup de nos rivales ont disparu entre-temps », a déclaré M. Farley, en faisant référence aux Dodge Charger et Challenger et à la Chevrolet Camaro. Dans le cas de ces rivales, la fin des versions à huit cylindres a déjà été annoncée. Et comme il ne faut jamais dire jamais, seule la première voiture mentionnée devrait revenir pour l’instant, et « seulement » avec un moteur V6. Pour de nombreux amateurs de voitures, cela équivaut à se rendre à un combat armé avec un petit couteau dans la poche.

« Ces voitures sont allées et venues. Nous ne ferons jamais cela. La Mustang a toujours existé, mais elle a évolué au fil du temps. C’est ainsi que nous avons maintenant l’EcoBoost, ainsi que la version Dark Horse. Et nous ne cessons d’investir. Si nous devons être le dernier constructeur de la planète à proposer une voiture de sport à huit cylindres, qu’il en soit ainsi », a ajouté M. Farley.

Ses propos contrastent fortement avec ce qu’il a affirmé ces dernières années, mais qui, dans son esprit, serait surpris ? Nous avons dit à maintes reprises que les projets visant à mettre fin aux voitures à combustion interne sont là pour durer. Et si Farley lui-même ne les change pas, quelqu’un d’autre le fera. En ne proposant que des groupes motopropulseurs électriques, un constructeur automobile comme Ford ne peut tout simplement pas survivre aujourd’hui, ni en 2026, ni en 2030, tout cela dépasse les limites de la réalité technique et économique.

Ford a fait un virage à 180 degrés, voulant soudain être tranquillement le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne - 1 - Ford Mustang 2022 first kit 06Ford a fait un virage à 180 degrés, voulant soudain être tranquillement le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne - 2 - Ford Mustang 2022 first kit 11Ford a fait un 180, soudainement il veut être tranquillement le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne - 3 - Ford Mustang 2022 first kit 39
La Ford Mustang de septième génération est équipée d’un moteur V8 de série … Photo : Ford

Ford a fait un virage à 180 degrés, voulant soudain être tranquillement le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne - 4 - Ford Mustang 2022 première série de 22Ford a fait un 180, soudain il veut être tranquillement le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne - 5 - Ford Mustang 2022 first kit 24Ford a fait un 180, soudainement il veut être tranquillement le dernier constructeur à continuer à vendre de gros moteurs à combustion interne - 6 - Ford Mustang 2022 first kit 26
…même dans la fameuse version Dark Horse. Rien n’est censé changer à ce sujet, même avec les éventuelles générations suivantes. En d’autres termes, à moins que quelqu’un n’arnaque Ford, le constructeur ne finira jamais par avoir lui-même des moteurs V8. Photo : Ford

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.