Il doit geler en enfer, le ministre allemand veut faire couler les voitures électriques avec des taxes nulles sur les carburants synthétiques.

L’enfer doit être glacial, un ministre allemand veut faire couler les voitures électriques avec zéro taxe sur les carburants synthétiques.

/

Et il ne s’agit pas d’une initiative aléatoire, il s’est assuré à l’avance du soutien de la coalition au pouvoir pour une telle proposition. Si les Allemands baissent ainsi les prix des carburants électriques, qui ne sont déjà pas beaucoup plus élevés dans certains cas, il n’y aura exactement aucune raison d’acheter une voiture électrique.

L’ensemble de la « révolution électrique », si l’on peut appeler ainsi la poussée politiquement imposée mais par ailleurs techniquement et économiquement injustifiable en faveur de la diffusion des voitures électriques, s’est accompagnée dès le départ d’un énorme malentendu. Les opposants impies aux voitures à combustion ne semblent pas réaliser que la source de leurs émissions n’est pas le moteur lui-même, mais seulement le carburant qu’il brûle. Vous construisez un moteur à combustion interne, et il est, et au cours de sa prochaine décennie de vie, il ne produira tranquillement « même pas une émission » – c’est seulement ce que vous brûlez dedans et comment vous le brûlez qui détermine ce qu’il rejette dans l’air.

L’idée d’interdire ces moteurs en raison des émissions ou de la dépendance à l’égard d’une source d’énergie ou d’une autre est donc totalement absurde pour les raisons susmentionnées. Surtout si la meilleure alternative est d’avoir de toutes nouvelles voitures électriques qu’il faut développer, qu’il faut fabriquer, pour lesquelles il faut fabriquer des batteries encore et encore, pour lesquelles il faut créer une toute nouvelle infrastructure, et…. vous n’êtes toujours pas partis. Parce qu’il faut toujours produire de l’électricité pour eux, qui est toujours dominée par le charbon, qui est tout aussi fossile que l’essence et le diesel. Quel genre de solution est-ce là ?

Il est tout simplement impossible d’affirmer que le moteur électrique est plus efficace. C’est vrai, mais c’est comme dire que vous perdez du poids en buvant un Coca Zero avec vos cinq hamburgers. Nous n’allons pas dire que cela ne sert à rien, mais est-ce que cela répond à quelque chose de plus global ? Probablement pas. Il faut prendre en compte l’ensemble du cycle de vie des voitures, le cycle complet du carburant et des autres formes d’énergie qui les alimentent. De ce point de vue, il semble beaucoup plus judicieux de « ravitailler » les voitures à combustion interne avec des carburants qui ne produisent pas d’émissions de CO2 et qui ne se soucient pas d’autres polluants. C’est possible, non pas que ce ne soit pas possible. Cela ne signifiera peut-être pas une réduction de 100 % de quoi que ce soit, mais cela ne signifiera pas non plus, de manière réaliste, le passage aux VE. En outre, le passage à des carburants propres présente l’avantage non négligeable de faire entrer en jeu des voitures existantes qui rouleront encore pendant des décennies. Alors pourquoi se précipiter dans une transition coûteuse et manifestement désespérément inefficace vers la mobilité électrique ?

Il n’y a pas de raison rationnelle, mais la transition est forcée. Pourtant, les carburants synthétiques dont les émissions de CO2 sont plus ou moins nulles et qui sont utilisés dans des voitures dont les émissions sont quasi nulles sont une solution qui existe, mais les hommes politiques lui ont tourné le dos. Enfin, jusqu’à présent, ils lui ont tourné le dos.

Nous ne savons pas pourquoi, mais il n’y a aucune raison de rejeter cette voie. Bien qu’elle ne soit pas non plus une panacée, elle peut constituer un élément important d’un ensemble efficace de solutions réalisables. Pendant longtemps, il a semblé qu’il allait mourir de la volonté des politiciens, mais l’espoir s’était déjà levé pour les carburants synthétiques lorsque l’UE a commencé à considérer les voitures à combustion remplies de carburants neutres en CO2 comme l’équivalent des voitures électriques. Il leur appartient désormais de les produire efficacement, ce qui suppose d’éliminer leur charge fiscale artificielle sur un marché important. Et, étonnamment, c’est exactement ce qui est en train de se passer.

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) rapporte que le ministre allemand des Transports, Christian Lindner, du FDP, relativement libre d’esprit, présentera dans le courant de l’année un projet de loi visant à supprimer totalement les taxes sur les e-carburants basées sur leurs émissions de CO2 (puisqu’elles sont nulles) et à réduire la charge fiscale restante par le biais de la TVA, etc. Selon la FAZ, ce projet est à un stade avancé : « Le ministère fédéral des finances présentera un projet de loi correspondant dans le courant de l’automne », a déclaré le bureau de M. Lindner.

L’objectif de cette proposition est d’accorder aux carburants synthétiques des avantages fiscaux qui leur permettront de ne pas être moins bien perçus que les voitures électriques. Il s’agit là d’une véritable révolution qui pourrait faire sombrer toute la révolution électrique avant même que le premier coup de feu ne soit tiré depuis l’Aurora. Les carburants fossiles sont appelés à devenir de plus en plus chers en Allemagne en raison des taxes sur le CO2, tandis que les carburants synthétiques prendraient la direction opposée. Par exemple, le diesel HVO, dont nous avons parlé récemment, n’est déjà que 10 à 15 centimes d’euro (2,42 à 3,63 CZK) par litre plus cher que le diesel normal en Allemagne. Avec une taxation nettement plus faible, il sera soudain si rentable que l’achat d’une voiture électrique n’aura plus de sens.

Cela peut sembler un cri au vent, mais M. Lindner prépare cette proposition sur la base d’un accord conclu par la coalition au pouvoir à la fin du mois de mars. À l’époque, les partis au pouvoir avaient convenu de taxer les carburants en fonction de leur impact sur l’environnement, et non de leur type. Plus précisément, ils se sont prononcés en faveur d’une révision de la directive européenne sur la taxation de l’énergie afin de réduire la taxation des « biocarburants renouvelables et avancés et des biocarburants électroniques ». C’est exactement ce qui est en passe de devenir une réalité, mais nous nous demandons si cela se produira vraiment. Et peut-être que Christian Lindner ne tombera pas par la fenêtre…

L'enfer doit geler, un ministre allemand veut faire couler les voitures électriques avec des taxes nulles sur les carburants synthétiques - 1 - Christian Lindner FDP 01
Christian Lindner reste l’un des rares hommes politiques allemands à vouloir résoudre les problèmes et à ne pas se contenter de défendre dogmatiquement telle ou telle chose. C’est l’une des raisons pour lesquelles, bien qu’il n’ait rien contre les voitures électriques, il se bat aujourd’hui pour l’égalité d’accès à celles-ci et aux carburants synthétiques. Photo : FDP Pressestelle

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.