La branche électrique de Volvo est en difficulté et licencie massivement. Elle devrait être retirée de la cote avant qu’elle ne s’effondre, estime un analyste.

La branche électrique de Volvo est en difficulté et licencie massivement. Elle devrait être retirée de la cote avant de s’effondrer, selon un analyste.

/

« Le constructeur automobile, autrefois ambitieux, a perdu 84 % de sa valeur, n’a augmenté ses ventes que de 6 % l’année dernière et n’a pas du tout atteint ses objectifs de vente », déclare l’analyste Bernstein. Les sociétés mères devraient donc le réintégrer dans leurs structures avant qu’il ne devienne un gâchis encore plus grand.

Polestar signifie Polaris ou l’étoile polaire, l’étoile la plus brillante de la constellation de la Petite Ourse. C’est une chose sympathique à dire, et la sympathie a été suscitée par la désignation même lorsqu’elle représentait une société distincte qui modifiait les Volvo de route et préparait les spéciales de course de la marque. Cette sympathie s’est également manifestée lorsque l’entreprise a été intégrée dans les structures de Volvo comme les divisions M et AMG de BMW et de Mercedes. Mais Volvo a commencé à prendre le virage vert et la division sportive n’était plus adaptée.

Le constructeur automobile, sous la tutelle du géant Geely, en a donc fait une marque à part entière, produisant d’abord principalement, puis exclusivement, des voitures électriques. Et pour ne rien arranger, il en a fait par la suite une société distincte, négociable en bourse en tant qu’entité distincte. Le voyage de la sympathie à l’oubli, du héros au zéro, a ainsi commencé. Il semble aujourd’hui prêt à s’achever, même si deux ans se sont écoulés depuis l’indépendance formelle de Polestar.

Comme le rapporte Reuters, Polestar admet déjà officiellement ses difficultés, ayant annoncé le licenciement de quelque 450 personnes, soit près d’un sixième de ses effectifs. L’entreprise invoque des « conditions de marché difficiles », ce qui peut difficilement se traduire autrement que par un échec sur le marché des voitures électriques.

Les signes avant-coureurs étaient déjà présents l’année dernière lorsque Polestar a révisé ses prévisions pour les années à venir, affirmant qu’elle ne sortirait pas d’un flux de trésorerie négatif avant 2025. Pour ce faire, l’entreprise doit réduire ses activités, car les ventes du constructeur automobile ne se portent pas bien. Comme le rappelle Bloomberg pour changer, l’entreprise prévoyait de vendre 80 000 voitures électriques l’année dernière, mais n’en a livré que 54 600 et n’a enregistré qu’une croissance des ventes de 6 % d’une année sur l’autre. « Dans le cadre du nouveau plan d’entreprise, nous devons ajuster la taille de notre entreprise et de nos activités. Cela implique une réduction des dépenses externes et, malheureusement, de nos effectifs », a déclaré vendredi un porte-parole de Polestar.

Mais les experts estiment que cela ne suffira pas. Daniel Roeska, analyste chez Bernstein, a déclaré que Polestar n’allait nulle part en raison de son incapacité à s’aligner sur les politiques de prix agressives de Tesla, BYD et d’autres rivaux. Ainsi, Roeska estime que l’accord de la société mère Volvo avec Geely obligera l’entreprise à se retirer de la cote avant qu’elle ne s’effondre complètement, car elle n’a nulle part où aller après des ventes peu convaincantes et une chute de 84 % de la valeur de l’action. « Nous aimons la stratégie innovante centrée sur les actifs, nous aimons les voitures, mais nous ne pensons pas que la société devrait être une entité séparée », a déclaré M. Roeska à ce sujet.

Il manque actuellement à la société 1,3 milliard de dollars (près de 30 milliards de couronnes), qui seront ajoutés par la société mère plutôt que par n’importe qui d’autre en même temps que sa reprise de possession – aujourd’hui, soit dit en passant, elle détient toujours 88 % de la société. Seul l’avenir nous dira si cela se produira réellement ; en tout état de cause, l’évolution de la situation autour de Polestar est une autre manifestation claire du dégrisement des rêves électriques, en l’occurrence des rêves très naïfs.

La branche électrique de Volvo est en difficulté et licencie à tour de bras. Elle devrait être retirée de la cote avant qu'elle ne s'effondre, selon un analyste - 1 - Polestar 2 2020 nove foto 01La branche électrique de Volvo est en difficulté et licencie à tour de bras. Elle devrait être retirée de la bourse avant de s'effondrer, selon un analyste - 2 - Polestar 2 2020 nove foto 02La branche électrique de Volvo est en difficulté et licencie à tour de bras. Elle devrait être retirée de la bourse avant de s'effondrer, selon un analyste - 3 - Polestar 2 2020 nove foto 03
Les Polestar n’ont pas l’air inintéressantes, mais la main sur le cœur, quelles sont les chances de succès d’une marque pratiquement inconnue qui ne propose que des voitures électriques coûteuses ? Surtout en tant qu’entité distincte ? La réponse est maintenant mieux connue par Polestar elle-même. Photo : Polestar

Sources.

Tous les articles d’Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.