La Chine achète du lithium dans le monde entier, entraînant l’Europe dans une dépendance fatale à son égard

La Chine achète du lithium dans le monde entier, entraînant l’Europe dans une dépendance fatale à ce métal.

/

Ce n’est un secret pour personne que les Chinois sont particulièrement satisfaits du pari de l’Europe sur les voitures électriques. Toutefois, cette évolution n’est ni accidentelle ni naturelle : les Chinois travaillent précisément sur cette question. Pourtant, l’Union européenne ne se gêne pas pour les suivre.

Ces dernières années, l’Union européenne a clairement conclu qu’elle détenait un brevet sur la raison. En conséquence, les vrais experts, par exemple, ne sont invités que sporadiquement aux débats sur l’orientation future de l’industrie automobile, et ils sont généralement peu nombreux. Le Vieux Continent donne l’impression d’être monté à bord d’un train lancé à toute allure par un ingénieur fou qui a choisi un mur de béton comme destination finale. Et si les passagers ne se rebellent pas et ne prennent pas le volant, nous allons au-devant d’un accident comme nous n’en avons jamais vu.

La raison en est la poussée de l’électrification des voitures, qui n’aboutira à rien d’autre qu’à une dépendance de l’Europe vis-à-vis d’autres pays, en particulier de la Chine. Cette dernière possède les sixièmes plus grandes réserves de lithium au monde, après la Bolivie, l’Argentine, le Chili, les États-Unis et l’Australie. Mais dans le reste du monde, elle achète le maximum de ressources disponibles et assure elle-même la quasi-totalité du raffinage de ce métal, dont les voitures électriques ne peuvent se passer. Il s’agit d’une activité extrêmement sale et gourmande en énergie, qui rapporte aux entreprises chinoises en raison de la main-d’œuvre bon marché et de la disponibilité de l’électricité produite à partir du charbon.

À l’heure actuelle, il n’existe pratiquement aucun moyen de remplacer l’Empire du Milieu dans cette chaîne. Bien que les sociétés chiliennes Albermarle et SQM envisagent de créer une entreprise commune de raffinage qui devrait être la plus grande au monde, il faudra encore attendre un certain temps avant qu’elle ne voie le jour. En outre, cela ne résout pas la dépendance de l’Europe à l’égard du reste du monde. Même les régimes gouvernementaux sud-américains ne peuvent être qualifiés de fiables. En outre, l’importation de matériaux par des navires de haute mer sales reste une nécessité.

Les espoirs européens liés au Klínovec tchèque, sous lequel se trouvent les plus grandes réserves de lithium d’Europe, ont également été déçus ces dernières années. Il s’est avéré que la cinvaldite ne contient que 1,5 % du précieux métal, contre 3,7 % pour les minerais de lithium dans le monde. En outre, les méthodes existantes supposent un rendement maximal de 44 %, de sorte que plus de la moitié du lithium serait perdue dans le processus d’extraction et de raffinage. Actuellement, le métal peut être extrait de la cinvaldite à un coût très élevé.

Il est bien sûr possible que les choses changent à l’avenir. La dépendance de l’Europe à l’égard de la Chine reste la seule certitude en matière d’électrification. Le président Xi Jinping peut se féliciter d’avoir accompli la tâche qu’il s’était fixée il y a trois ans. À l’époque, il avait déclaré : « Nous devons accroître la dépendance des chaînes d’approvisionnement internationales à l’égard de la Chine ». En conséquence, les entreprises chinoises ont investi des sommes considérables dans des mines étrangères, notamment au Chili et en Australie, et fixent désormais les règles du jeu.

Quel est le résultat ? « Pour les entreprises allemandes, la dépendance à l’égard de la Chine représente un risque énorme », déclare le professeur Tobias Heidland, directeur du centre de recherche de l’institut d’économie IfW. Il est intéressant de noter que la présidente de la Commission européenne et l’un des architectes du Green Deal, Ursula von der Leyen, n’a rien à redire à cette situation. Elle a indiqué en mars que 97 % du lithium que reçoit l’Europe provient de Chine. Et que sa consommation sera multipliée par 17 d’ici 2050.

A Bruxelles, on a bien conscience que l’Europe est en train de mettre la tête dans le gosier du dragon chinois. Dans un tel moment, il serait logique d’appeler à une plus grande diversité, qu’il s’agisse des ressources ou de la propulsion. En fait, cela ferait exactement ce que nous demandons depuis des années, à savoir cesser de s’accrocher dogmatiquement à une solution technique unique et politiquement déterminée pour la propulsion des voitures. Mais nous ne nous attendons pas à ce que cela se produise dès aujourd’hui ; les hommes politiques semblent se satisfaire du statu quo.

La Chine achète du lithium dans le monde entier et entraîne l'Europe dans une dépendance fatale - 1 - China Hanking mining ilu 01La Chine achète du lithium dans le monde entier, entraînant l'Europe dans une dépendance fatale - 2 - China Hanking mining ilu 02
Les voitures électriques ne peuvent se passer de lithium, ce qui signifie que l’Europe ne peut se passer de la Chine. Depuis des années, elle s’efforce de rendre cette dépendance impossible, mais les responsables politiques européens ne relâchent pas la pression pour que toutes les voitures vendues sur le continent soient électrifiées. Photo d’illustration : China Hanking Holdings Limited

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.