La « Ferrari légale » la moins chère coûte aujourd’hui des centaines de milliers de couronnes tchèques. Elles n’ont été fabriquées qu’à 1 199 exemplaires, avec style et panache.

La « Ferrari légale » la moins chère coûte aujourd’hui des centaines de milliers de couronnes tchèques. Seules 1 199 d’entre elles ont été fabriquées, avec style et panache.

/

On pourrait penser qu’il est possible de faire une Ferrari avec n’importe quoi, il suffit de coller l’insigne approprié sur une Felicia. Mais dans ce cas, vous pouvez vous attendre à un procès de la part du constructeur automobile, qui ne laissera même pas le cas le plus trivial d’utilisation abusive du logo être porté à son attention. Il existe également une voie juridique relativement peu coûteuse par l’intermédiaire de la société mère Fiat, et vous obtiendrez en outre une voiture plutôt « cool ».

En tant qu’amateurs conservateurs, nous ne sommes pas de ceux qui seraient franchement impressionnés par une Ferrari moderne. Bien qu’elles soient toujours résolument tournées vers la vitesse, avec la plupart du temps des moteurs suralimentés ou même hybrides sous le capot et des sélecteurs de transmission exclusivement automatiques dans l’habitacle, elles manquent un peu de leur charme d’antan. Le rugissement des huit ou douze cylindres se perd dans les « maisons escargots » des turbocompresseurs, la légèreté et le caractère direct se perdent avec les transmissions électrifiées, et le fait de ne pas pouvoir faire fonctionner toute la magie avec ses mains et ses pieds n’est tout simplement plus le cas aujourd’hui.

Pourtant, les Ferrari restent une icône et un désir impossible à réaliser pour de nombreux passionnés. Il s’agit sans doute de la marque automobile la plus célèbre et la plus vénérée au monde, une marque que tout le monde aimerait arborer sur sa voiture. Malheureusement – du moins d’un certain point de vue – les Italiens en sont parfaitement conscients et luttent contre toute utilisation de leurs marques, parfois jusqu’à l’absurde. Il suffit qu’une utilisation non autorisée soit portée à la connaissance de l’entreprise pour qu’un procès soit intenté. Et peu importe qui vous êtes.

Il y a quelque temps, nous avons relaté une affaire dans laquelle Ferrari a même poursuivi son propre client très connu pour 8 millions de couronnes parce qu’il avait pris des photos Instagram de ses propres voitures et que le constructeur automobile estimait qu’il contribuait à promouvoir ses propres produits. Et ce n’était qu’un cas parmi tant d’autres. Il n’est donc pas étonnant que les gens aient peur d’apposer les logos de la marque sur des répliques personnalisées de ses voitures, car une fois qu’elles ont été envoyées à la vente et que Ferrari l’a remarqué, elle peut intenter avec succès une action en justice pour réclamer de l’argent au motif que l’utilisation non autorisée de l’insigne de la marque a fait augmenter le prix de la voiture.

Faire fabriquer un autocollant quelque part et le faire apposer sur sa voiture n’est donc pas exactement un moyen judicieux d’avoir une « Ferrari » relativement bon marché, mais il y en a un. Le résultat n’est pas la possession d’une vraie Ferrari, mais il faut bien commencer quelque part. Et vous aurez une voiture intéressante. Au tournant de la décennie précédente, Abarth, une filiale de Fiat, à l’époque propriétaire à près de 100 % de Ferrari, a donné naissance à une voiture qui porte légalement le célèbre logo à plusieurs endroits, et que l’on trouve même sans aucune fioriture ou note à l’extérieur ou à l’intérieur. Et aujourd’hui, on peut encore l’acheter d’occasion.

Il n’a été fabriqué qu’à 1 199 exemplaires, ce qui le rend relativement rare, mais nous en voyons quelques-uns en vente en Europe, et celui illustré ci-dessous est l’un d’eux. Elle a la bonne peinture rouge et n’est pas franchement bon marché, puisqu’elle s’affiche à 31 999 euros après 67 100 miles, soit une belle somme de 777 000 euros. Mais c’est un leurre, étant donné qu’il s’agit d’une « Ferrari légale » et que son prix d’origine est le double de ce qu’il aurait fallu pour en acheter une nouvelle. Enfin, la voiture elle-même n’est pas inintéressante – le moteur 1.4 turbo de 180 ch avec un cinq cents modifié s’entraîne agréablement et, pour un temps au moins, vous donne l’impression d’être à bord d’une Ferrari. D’accord, c’est un petit moment, mais il faut bien commencer quelque part.

Si même 777k est trop pour vous, il existe une autre spéciale similaire qui est mise en vente de temps en temps, la Fiat 500 Ferrari Dealers Limited Edition, qui a été créée en seulement 200 exemplaires pour les concessionnaires officiels de Ferrari. Il s’agit d’une 500 plus ordinaire avec des moteurs normaux, mais elle porte également la bonne peinture rouge et les bons logos jaunes. Et elle coûte environ la moitié du prix. Nous ne nous engagerions pas dans cette voie, c’est du pur spectacle, mais l’Abarth 600 Ferrari… Ne dites pas qu’elle ne vous tente pas.

La La La La La La La La La La La La La La
L’Abarth 695 Tributo Ferrari était une Fiat 500 comiquement chère à l’époque, mais aujourd’hui elle peut aussi être considérée comme un moyen relativement peu coûteux d’obtenir une voiture utilisant légalement le logo Ferrari. Il existe une voiture moins chère, mais elle est marginale et ne vaut pas la peine d’être mentionnée. Photo : Auto Center Maisental, publiée avec l’autorisation de l’auteur

Source : Centre Auto Maisental@Mobile.de

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des éditeurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.