La fête électrique est définitivement terminée. Finies les boissons à prix réduit, place aux boissons premium.

La fête de l’électricité est définitivement terminée. Fini les versements à prix réduit, place aux boissons premium.

/

L’Allemagne en a fini à 100 % avec les subventions aux entreprises, et les Pays-Bas, le Danemark et l’Autriche serrent aussi progressivement la vis. Mais ils sont encore plus loin en Australie et en Nouvelle-Zélande, où ils ont déjà changé la donne. Pourquoi pense-t-on qu’il devrait en être autrement ailleurs ?

Quand ils attrapent un oiseau, ils lui chantent gentiment, dit-on. C’est vrai pour toutes sortes de choses, et ces mots peuvent s’appliquer aux efforts des politiciens et des fabricants pour remplacer les voitures à combustion par des voitures électriques. Les premiers ont été occupés du matin au soir avec toutes sortes d’aides et de subventions, tandis que les seconds ont accepté, au moins dans un premier temps, de prendre en charge une partie substantielle des coûts de développement. Cela s’explique notamment par le fait qu’ils ont probablement cru naïvement que les prix chuteraient de manière spectaculaire une fois la production lancée en masse. Mais rien de tel ne s’est produit.

Il est sans doute inutile de préciser que la clé du problème réside dans les métaux précieux, dont les batteries ne peuvent se passer aujourd’hui. Cependant, leur extraction était déjà insuffisante il y a quelques années, et avec l’augmentation de la production de voitures électriques, elle est devenue bien inférieure aux besoins des clients. La voiture électrique n’a donc aucune chance de devenir abordable, sans un big bang technologique. Il convient d’ajouter que même si elles ne coûtent pas plus cher que les voitures à combustion interne, elles offrent incomparablement moins de possibilités d’utilisation.

La « révolution électrique » n’a donc pas encore eu lieu, mais les responsables politiques ont apparemment estimé qu’ils avaient suffisamment préparé le terrain pour la propulsion électrique. C’est aussi parce que nous assistons de plus en plus à toutes sortes d’interdictions et de restrictions pour les voitures à combustion interne – à la place du sucre, il y a simplement un fouet. En outre, « l’argent des autres » commence à manquer, de sorte que la tendance est de plus en plus à la réduction ou à la suppression totale des subventions et autres avantages, mais aussi à la « traite active » des propriétaires de voitures électriques.

À cet égard, c’est probablement avec les contreparties que l’on va le plus loin. Le gouvernement de l’État australien de Nouvelle-Galles du Sud a décidé que les subventions de 3 000 AUD (environ 44 100 CZK) pour chaque voiture électrique prendraient fin de manière anticipée, le 1er janvier 2024. Les responsables politiques affirment que cette décision permettra au gouvernement d’économiser 527 millions de dollars australiens (7,745 milliards de couronnes tchèques). Toutefois, environ la moitié de cette somme (260 millions de dollars australiens/3,921 milliards de couronnes tchèques) sera toujours consacrée à l’électromobilité, mais d’une manière légèrement différente : le gouvernement l’utilisera pour améliorer l’infrastructure de recharge.

Cette décision a sans surprise suscité la colère de l’Association des véhicules électriques (EVC), qui la qualifie de « trahison de l’électorat ». La question est bien sûr de savoir qui sont les défenseurs des voitures à batterie. Le gouvernement a lié la subvention aux 25 000 premiers véhicules électriques vendus, quelle que soit la marque. Or, jusqu’à présent, seules 4 125 personnes ont serré la généreuse main politique, ce qui signifie que plus de 20 000 voitures électriques peuvent encore être achetées à un prix très réduit par les Australiens vivant en Nouvelle-Galles du Sud. Mais apparemment, ils ne sont pas très intéressés.

De plus, il ne faut pas s’attendre à ce que les gens se précipitent comme des fous dans les showrooms avec des voitures électriques après l’annonce de la fin de l’aide gouvernementale. L’Australie ne va pas seulement réduire le gaspillage de l’argent public, elle va aussi commencer à « traire » les propriétaires de voitures à batterie. Les politiciens australiens ont conclu à juste titre que s’ils ne paient pas de taxes sur le carburant, ils devront payer pour chaque kilomètre parcouru. En fin de compte, l’achat d’une voiture sera plus cher, mais aussi son utilisation, bien que le montant et la date de la fin de la fête n’aient pas encore été déterminés.

En Nouvelle-Zélande, cependant, ils ont déjà fait un pas de plus, taxant l’utilisation des voitures électriques à partir du 31 mars 2024. La redevance pour chaque kilomètre parcouru sera assez grasse, elle est censée être de 0,076 NZ (1 CZK), pour chaque kilomètre parcouru. Même au prix actuel de l’essence et du diesel, cela reviendra à rouler avec 2,5 litres de carburant pour 100 km de plus. Même cela ne peut pas empêcher l’essor des voitures électriques.

Cela semble encore loin, mais il est presque certain que cette « mode » arrivera aussi en Europe. Après tout, les premiers pas dans cette direction ont déjà été faits : la fin des subventions et autres aides est courante. Par exemple, les Pays-Bas veulent introduire des taxes routières élevées pour les propriétaires de voitures électriques à partir de 2025, en fonction du poids de leur véhicule. Il n’y aura plus de boissons gratuites ou à prix réduit, l’heure est donc aux suppléments.

La fête de l'électricité est définitivement terminée. Finies les boissons à prix réduit, place à la surtaxe - 1 - Nombre de voitures électriques Skoda Enyaq 01 dans l'UE 2030La fête de l'électricité est définitivement terminée. Fini les réductions, place à la surtaxe - 2 - Numéro de la voiture électrique EU 2030 Skoda Enyaq 02La fête de l'électricité est définitivement terminée. Il n'y a plus de réduction, il est temps de boire à prix d'or - 3 - EU 2030 Skoda Enyaq 03 numéro de voiture électriqueLa fête de l'électricité est définitivement terminée. Il n'y a plus de réduction, il est temps de boire à prix d'or - 4 - EU 2030 Skoda Enyaq 04 numéro de voiture électriqueLa fête de l'électricité est définitivement terminée. Il n'y a plus de rabais, il est temps de boire à prix d'or - 5 - EU 2030 Skoda Enyaq 05 numéro de voiture électriqueLa fête de l'électricité est définitivement terminée. Il n'y a plus de réduction, il est temps de boire à prix d'or - 6 - EU 2030 Skoda Enyaq 06 numéro de voiture électrique
La Skoda Enyaq n’est pas encore arrivée en Australie, mais le jeune constructeur automobile peut d’ores et déjà oublier les ventes élevées. Il ne pourra plus compter sur les subventions gouvernementales, mais les automobilistes devront compter sur le soutien des caisses de l’État par le biais des frais kilométriques. Photo : Škoda Auto Škoda Auto

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.