La « forteresse verte » néerlandaise n’est plus en mesure de faire face à l’assaut des voitures électriques. La recharge est limitée et aucune solution n’est en vue

La « forteresse verte » néerlandaise n’est plus en mesure de faire face à la déferlante des voitures électriques. La recharge est limitée, pas de solution en vue

/

Déjà ? Déjà. Et selon l’opérateur du réseau, il faudra au moins quelques années avant que des améliorations soient apportées. Et les problèmes ne se limitent pas aux voitures électriques : la construction est également réduite dans la ville. Utrecht est littéralement obsédée par l’écologie, mais n’a pas encore réfléchi à sa mission.

Je ne connais pas de ville similaire en République tchèque. Et s’il y en a une, elle n’a certainement pas ce genre d’importance. Mais dans ma seconde patrie, aux Pays-Bas, vous trouverez un endroit appelé Utrecht, une métropole de plus de 350 000 habitants, où l’on a conclu que demain signifiait quelque chose comme avant-hier. Ils ont donc décidé de jouer la carte verte comme nulle part ailleurs dans le pays, ce qui leur a valu l’approbation de certains. Mais aujourd’hui, ils attirent l’attention du pays tout entier, car le réseau électrique local n’est plus en mesure de répondre à toutes les attentes qu’il suscite. Et ce sont les voitures électriques qui en font les frais.

La chaîne néerlandaise RTL rend compte de la situation dans la ville, en rappelant tout d’abord que l’ensemble des Pays-Bas est confronté à des problèmes de surcharge. Il ne s’agit pas d’un message alarmiste des « opposants au progrès », les problèmes ont été ouvertement admis cette semaine par le ministre néerlandais de l’énergie et du climat, dont le rapport indique que 1,5 million de petits consommateurs pourraient souffrir de problèmes de congestion d’ici 2030. « Les problèmes peuvent aller du vacillement des lumières et du mauvais fonctionnement des équipements ménagers au risque d’interruption de l’approvisionnement ou de déconnexion complète », peut-on lire dans le résumé.

Cela ne semble pas très encourageant, mais à Uterch, surnommée la Forteresse verte par les Néerlandais les plus critiques, même cet avenir est goûté à l’avance. Toute la région a voulu passer à l’énergie « durable » le plus tôt possible, et ne se contente donc pas d’encourager l’utilisation de voitures électriques, mais restreint également les possibilités de cuisiner au gaz ou de se chauffer avec des chaudières qui brûlent n’importe quoi. Cuisiner à l’électricité, se chauffer à l’électricité, conduire à l’électricité… Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

En bref : l’infrastructure n’était pas et n’est toujours pas prête pour un tel projet, de sorte que la demande d’électricité augmente plus rapidement qu’il n’est possible de l’approvisionner. « La demande augmente plus vite que nous ne pouvons construire de capacité », déclare David Peters, directeur technique de l’opérateur de réseau Stedin, à ce sujet. Les opérateurs de réseaux sont désireux de doubler la capacité du réseau, mais il s’agit d’une tâche coûteuse et fastidieuse, explique M. Peters, qui ajoute que la solution ne se présentera que dans plusieurs années.

Entre-temps, la bataille contre la capacité insuffisante du réseau n’a pas commencé hier ; la ville empêche depuis un certain temps la construction de nouveaux projets à forte consommation d’énergie. La création de nouvelles connexions pour les entreprises a été interrompue, sans exception pour les institutions telles que les écoles ou les centres de santé. Logiquement, la construction résidentielle est également menacée – 90 % des nouveaux projets sont rejetés pour cette raison. Et même dans ce cas, la situation ne devrait pas changer avant plusieurs années. Le promoteur Machiel van Duijn voulait construire un nouveau centre de santé avec deux immeubles résidentiels de 240 appartements dans la rue Marco Pololaan à Utrecht. Mais il perd déjà tout espoir de voir ce projet aboutir : sans un approvisionnement sûr en électricité, il ne sert à rien de construire quoi que ce soit.

Mais nous sommes un magazine automobile et nous nous intéressons surtout à l’impact sur « notre » industrie. Et il s’agit des conséquences les plus radicales jamais observées. Alors que la construction n’est affectée par les problèmes qu’à titre préventif, les propriétaires de voitures électriques sont d’ores et déjà limités. Le conseiller municipal d’Utrecht responsable de la région, Lot van Hooijdonk, a confirmé que la ville limiterait la recharge des voitures électriques aux stations de recharge publiques entre 16 heures et 20 heures chaque jour, c’est-à-dire au moment où la consommation d’énergie est la plus élevée et où le réseau peut en supporter le moins. Les stations devraient fournir « beaucoup moins d’électricité », et l’on parle d’une production réduite de moitié ou inférieure à la normale.

M. Van Hooijdonk reconnaît qu’il s’agit d’une mesure gênante, mais il estime que la direction de la mairie n’a pas le choix. Il estime qu’il n’y a plus de temps pour trouver une solution constructive : « À Utrecht, il est impossible de raccorder les gros consommateurs d’électricité depuis quelques années. Et nous sommes proches du moment où les ménages seront également touchés », poursuit le conseiller. La coupure des stations de recharge soulagera un peu le réseau, mais cela ne suffira pas : « Nous devons choisir qui obtient de l’espace sur le réseau et à quel prix. Cette pénurie nous accompagnera pendant des années », conclut-il.

Combien de fois avons-nous été accusés d’alarmisme lorsque nous disons que les réseaux ne sont pas prêts pour le boom de la voiture électrique et que les solutions ne peuvent pas être apportées en un claquement de doigts ? C’est désormais chose faite. Et les VE ne représentent même pas 4 % de toutes les voitures circulant aux Pays-Bas ; plus de 96 % des voitures sont à combustion. Comment tout est-il censé fonctionner avec une multiplication de ces voitures en 6 ou 11 ans ? C’est absolument irréaliste.

La La La
Une voiture comme la Skoda Enyaq sera encore plus difficile à exploiter à Utrecht qu’avant, encore plus difficile qu’ailleurs. Combien de temps faudra-t-il attendre avant d’entendre parler des mêmes problèmes dans d’autres villes ou régions ? Photo : Skoda Auto

Source : RTL Nieuws

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.