La grande déception de Škoda est devenue son plus grand succès en République tchèque. Et dans les bazars, la Scala offre bien plus qu’une nouvelle voiture.

La grande déception de Skoda est devenue son plus grand succès en République tchèque. Et dans les bazars, la Scala offre encore plus qu’une nouvelle voiture.

/

Cette voiture a longtemps eu l’impression d’être un poids lourd hors cible, avec des ventes qui peinent à se redresser après des chiffres misérables. Mais certaines qualités ne s’apprécient qu’avec le temps, et la Scala, qui est peut-être le dernier Goliath typique, marque soudain des points. On peut l’acheter moins cher dans les magasins d’occasion, même dans les meilleures versions, qui ne sont plus commercialisées.

La Skoda Scala est encore considérée par certains comme une nouveauté, mais ses ventes ont commencé il y a plus de quatre ans. Le fait qu’elle n’ait pas connu un grand succès n’est pas seulement dû aux « années rapides du coronavirus », mais aussi au fait qu’elle n’a pas répondu aux attentes du constructeur automobile de Mladá Boleslav pendant longtemps. L’entreprise espérait qu’avec ce modèle, les ventes atteindraient des niveaux que la Rapid précédente n’avait jamais atteints. Toutefois, si l’on examine les ventes en Europe, on constate que la réalité a longtemps été inverse : jusqu’en 2022, la Scala a toujours trouvé beaucoup moins d’acheteurs que la Rapid. Ce n’est que cette année qu’elle commence à s’en rapprocher.

Quel sens cela a-t-il, après toutes ces années ? Normalement, aucun, mais si vous regardez les listes de prix de Skoda, vous le comprendrez rapidement. La Scala est fondamentalement la seule voiture vraiment polyvalente, largement utilisable et tranquillement familiale de la marque qui puisse être achetée à un prix autre que « non-chrétien ». La vôtre peut être achetée à partir de £460k, et pour moins cher dans les modèles d’action. Et les Tchèques sont à l’écoute – ils ont déjà acheté près de 10 000 Scal cette année, et ses ventes ont augmenté de plus de 57 % d’une année sur l’autre, soit la plus forte hausse de toutes les Skoda (la protégée Enyaq a augmenté – à titre de comparaison – de 10 %). En Europe, la croissance de 42 % d’une année sur l’autre est similaire ; même ce chiffre est inégalé parmi les modèles Skoda.

Le modèle négligé devient donc soudainement une proposition attrayante dans les bazars également, où il offre essentiellement plus pour moins. Compte tenu de l’ancienneté du modèle, il faut s’attendre à des prix généralement plus élevés, même s’ils restent intéressants par rapport aux prix demandés pour les véhicules neufs. Les versions équipées d’un trois cylindres de 95 ch et d’un équipement Active de base sont disponibles à partir d’environ 220 000 euros avec un kilométrage très élevé, les modèles mieux équipés et mieux conservés exigeant un supplément. Pour les voitures ayant parcouru jusqu’à 100 000 km, il faut compter environ 300 000 CZK. À partir de 350 000 CZK, on peut également choisir des modèles prometteurs avec un faible kilométrage, un équipement plus poussé et des moteurs quatre cylindres décents.

Le moteur diesel, qui n’est plus vendu, peut impressionner par son efficacité extrême combinée à des performances dynamiques tout à fait convenables. Nous avons fait l’expérience d’une Scala 1.6 TDI et nous nous émerveillons régulièrement de l’économie de carburant qu’elle est capable de réaliser. Une conduite réglementaire tranquille peut être effectuée avec un petit effort avec 3 à 3,5 litres de diesel aux 100 km, vous n’avez même pas besoin de lutter beaucoup pour 4 litres et conduire avec 5 litres aux 100 km signifie déjà une conduite relativement dynamique. C’est l’une des voitures les plus économes en carburant de l’histoire, ce qui n’est pas difficile à apprécier de nos jours.

La Scala vaut-elle donc l’investissement d’environ 350 à 400 000 euros si l’on veut un véhicule vraiment cool ? L’expérience avec un seul diesel d’occasion est très positive, et d’autres informations basées sur les données du TÜV allemand ne sont pas non plus alarmantes. Il y a des problèmes fréquents avec le système start-stop et le démarrage en général, ce qui est une raison de plus pour refuser cette absurdité. Les problèmes se situent plutôt au niveau de l’électronique embarquée, en particulier du système multimédia, qui peut même ne plus afficher l’image de la caméra de recul. Mais un redémarrage brutal (en maintenant les boutons off et on) permet généralement d’y remédier.

Il n’est pas rare non plus de rencontrer des problèmes avec la boîte de vitesses automatique, qui n’est pas assez réactive à basse vitesse et qui est lente et glissante à froid. C’est une bonne idée de vérifier sa manifestation, ainsi que de s’assurer que la DSG a subi une vidange régulière après quatre ans ou 65 000 miles. Cette opération ne fait pas partie des contrôles d’entretien prescrits, il s’agit simplement d’une recommandation. Cependant, ceux qui ne la respectent pas risquent une défaillance de la boîte de vitesses.

Il n’y a pas d’autres problèmes graves connus sur la Scala, après tout il s’agit d’une voiture relativement simple qui s’appuie sur une technologie éprouvée plutôt qu’hyper-moderne. Cependant, bien qu’elle soit commercialisée depuis moins de quatre ans, la Scala a déjà fait l’objet de deux rappels. Le premier concernait le système d’appel d’urgence automatique, le second la connectivité. Le multimédia, l’une des rares commodités modernes de cette voiture, est son point faible.

Les autres caractéristiques de la voiture sont plutôt positives. La Scala a un châssis relativement souple, de sorte que même les bosses les plus importantes ne vous pénètrent pas de manière désagréable pendant la conduite, mais en même temps la voiture n’a aucun problème avec une conduite plus dynamique. Même à des vitesses avoisinant les 200 km/h, elle se comporte avec aplomb, même en termes de bruit. L’espace intérieur, que ce soit pour l’équipage ou les bagages, est également un point très positif. Le fait que la puissance du groupe motopropulseur plafonne à 150 ch n’est pas non plus un problème, même le diesel de 115 ch fonctionne de manière très respectable. Une Scala d’occasion semble donc être un bon achat, bien meilleur qu’une voiture neuve vendue des dizaines de pour cent plus cher. Nous ne sommes pas surpris de sa popularité soudaine.

La grande déception de Skoda est devenue son plus grand succès en République tchèque. Et dans les bazars, la Scala offre encore plus qu'une nouvelle voiture - 1 - Skoda Scala ojeta pros zapory 2022 01La grande déception de Skoda est devenue son plus grand succès en République tchèque. Et dans les bazars, la Scala offre encore plus qu'une nouvelle voiture - 2 - Skoda Scala ojeta klady zapory 2022 02La grande déception de Skoda est devenue son plus grand succès en République tchèque. Et dans les bazars, la Scala offre encore plus qu'une nouvelle voiture - 3 - Skoda Scala ojeta klady zapory 2022 03
La Skoda Scala ne plaît pas aux clients en tant que voiture neuve, mais peut l’être en tant que voiture d’occasion. La version 1,6 TDI, aujourd’hui abandonnée, a son charme. Le moteur, qui se manifeste doucement, impressionne par son efficacité, même après 4 litres de diesel aux 100 km, il tourne comme un rien. Photo : Škoda Auto

TÜV, SDA, JATO Dynamics, Autoforum

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.