La voiture européenne de l’année pourrait être décernée pour la première fois à la Chine, une reddition symbolique de l’industrie automobile locale.

La voiture européenne de l’année pourrait être une voiture chinoise pour la première fois, un abandon symbolique de l’industrie automobile locale.

/

Il est clair qu’une sorte d’autodestruction en Europe a frappé de plein fouet l’industrie automobile locale, en particulier aux dépens des entreprises chinoises. Si l’une d’entre elles devait dominer le scrutin local sur la voiture de l’année, ce serait assez révélateur. Et cela pourrait arriver, puisque BYD et la société chinoise Volvo figurent toutes deux dans les sept premières places.

Seul un aveugle pourrait ne pas voir aujourd’hui que les prochaines actions de l’UE sapent le tabouret de l’industrie automobile locale, qui s’est retrouvée dans un nœud coulant imaginaire à cause de cette même UE. L’association des équipementiers automobiles le dit déjà et, selon ses chiffres, le secteur automobile européen accusera un déficit commercial pour la première fois l’année prochaine. Ce déficit est dû à la fois à la baisse des exportations et à l’augmentation des importations. Dans les deux sens, les Chinois commencent à tirer sur la longue corde et il serait symbolique qu’ils remportent pour la première fois le prix de la voiture européenne de l’année (COTY) à ce moment précis. Et c’est exactement ce qui pourrait arriver.

La semaine dernière, les 28 candidats au titre ont été annoncés pour la première fois, dont cinq voitures chinoises (BYD Atto 3, BYD Han, BYD Doplhin, BYD Seat et Nio ET7), ou sept, car la Smart est désormais l’apanage de l’Empire du Milieu, et le Volvo EX30 n’échappe pas à la règle. Nous n’évoquerons même pas individuellement leurs rivales européennes, américaines ou japonaises, puisque le jury de 59 journalistes a déjà procédé au second tour.

Nous disposons donc maintenant d’une liste des sept finalistes qui feront l’objet de tests supplémentaires. Le vainqueur sera ensuite désigné et annoncé le 26 février prochain, lors de l’ouverture du salon de l’automobile de Genève. Parmi les marques chinoises mentionnées ci-dessus, seule la BYD Seal a une chance, face à la nouvelle BMW Série 5, la Kia EV9, la Peugeot 3008/e-3008, la Renault Scénic, la Toyota C-HR et la Volvo EX30. Comme nous l’avons laissé entendre plus haut, le dernier finaliste est également originaire de l’Empire du Milieu, et il est basé sur la même plateforme SEA développée en collaboration avec le constructeur automobile Geely que la même Smart s’est vue attribuer.

L’identité du vainqueur est, bien entendu, incertaine pour le moment. Cependant, BYD a une bonne chance, car la Seal est une voiture décente pour un prix relativement bas. Sur le marché allemand, elle est proposée à partir de 44 900 euros (environ 1 094 000 couronnes tchèques), soit environ 100 000 couronnes de plus que la Volkswagen ID.3. Mais la voiture électrique de cette dernière mesure 4 262 mm de long, alors que la Seal est un colosse de 4,8 mètres. Dans son cas, vous pouvez compter sur une autonomie revendiquée de 570 km, une accélération à 60 mph en 5,9 secondes et une vitesse de pointe de 180 km/h. L’ID.3, quant à lui, affiche 435 km, 7,4 secondes et 160 km/h.

Le représentant électrique de VW a des dimensions similaires à celles du Volvo EX30, qui est associé à une autonomie de 475 km, un sprint de 5,7 secondes et une vitesse de pointe de 180 km/h. Dans cette configuration, il est également disponible à partir de £869.900, battant le BYD sur plusieurs paramètres. En outre, elle a le bon « pedigree », de sorte qu’en finale, la Seal pourrait facilement l’emporter. Toutefois, le simple fait que cinq voitures chinoises figurent dans le classement COTY prouve à quel point les constructeurs de l’Empire du Milieu se sont améliorés ces dernières années et à quel point nous devrions les prendre au sérieux. De plus, BYD vend ses voitures avec un bénéfice, ce dont la grande majorité des constructeurs de véhicules électriques ne rêvent même pas.

Liste des finalistes pour la Voiture européenne de l’année 2024 (COTY)

BMW Série 5
Joint BYD
Kia EV9
Peugeot 3008/e-3008
Renault Scenic
Toyota C-HR
Volvo EX30

La voiture européenne de l'année pourrait être attribuée pour la première fois à la Chine, une reddition symbolique de l'industrie automobile locale - 1 - BYD Seal 2023 photo d'illustration 01La voiture européenne de l'année pourrait être une voiture chinoise pour la première fois, ce qui constituerait un abandon symbolique de l'industrie automobile locale - 2 - BYD Seal 2023 illustration photo 02La voiture européenne de l'année pourrait être une voiture chinoise pour la première fois, ce serait une capitulation symbolique de l'industrie automobile locale - 3 - BYD Seal 2023 illustrative photo 03
La voiture chinoise BYD Seal pourrait devenir la voiture européenne de l’année 2024, les cartes ont été bien distribuées grâce à son prix avantageux. Mais même si quelqu’un d’autre remporte le titre au final, le fait que cinq voitures chinoises figuraient parmi les candidats initiaux montre à quel point l’Union européenne est en train de détruire la compétitivité de l’industrie automobile du vieux continent au profit d’entreprises chinoises souvent peu connues. Photo : BYD

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.