Lamborghini continue de rejeter les voitures électriques. « Elles n’offrent pas de performances constantes et ne répondent pas aux exigences des clients », déclare le directeur de l’entreprise.

Lamborghini continue de rejeter les voitures électriques. « Elles n’offrent pas de performances constantes et ne répondent pas aux exigences des clients », déclare le patron de Lamborghini.

/

Au fond, il ne s’agit que d’énoncer les faits fondamentaux qui établissent les limites techniques et commerciales de l’applicabilité de la propulsion électrique. Mais en parler aujourd’hui est un péché pour beaucoup, alors Francesco Scardaoni a probablement péché.

Nous pouvons le répéter mille fois, mais certaines personnes refusent toujours de l’entendre. Nous n’avons aucun problème avec les voitures électriques en soi, nous soulignons simplement qu’en raison de leurs limites techniques et économiques, elles ne conviennent pas à toutes les utilisations concevables de la voiture, loin de là. C’est tout. Il suffit d’examiner la question de manière rationnelle, de dire que ces voitures conviennent à ceci et ne conviennent pas à cela, et de leur donner un rôle justifié dans une sorte de mélange de solutions de mobilité personnelle et autre. Et il n’y a pas de débat.

Non, certains ont simplement adhéré à l’idée que la voiture électrique est la solution idéale pour tous et pour tout. Et au lieu de défendre cette conviction par un débat ouvert, ils s’en prennent à tous ceux qui osent dire le contraire avec tout ce qu’on peut imaginer, de l’étiquetage et autres dénigrements à la tentative de dévastation de leur vie personnelle ou professionnelle. Je me demande pourquoi ils agissent de la sorte. Est-ce parce qu’ils n’ont pas d’arguments pour renverser ce qui précède ? D’une manière générale, il n’y a jamais de solution technique idéale pour sécuriser quoi que ce soit. Et dans le cas des transports, la voiture électrique en est loin.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que même quelques représentants des grands constructeurs automobiles osent s’élever contre la machinerie actuelle, quoi qu’ils en pensent. Lui aussi prendrait un risque en le faisant. Raison de plus pour apprécier ceux qui le font, qui n’hésitent pas à mettre en avant les faits plutôt que les dogmes et qui nous rappellent que les VE ne sont pas la solution miracle qui sauvera la situation.

C’est le cas de Francesco Scardaoni, responsable de Lamborghini pour la région Asie-Pacifique, à qui l’on a demandé, à l’occasion du lancement de la nouvelle Revuelto hybride en Australie, quand le constructeur italien passerait à l’énergie électrique. Mais ce dernier continue de nier tout cela pour l’instant. Et il a des raisons purement rationnelles de le faire.

La transition vers les VE ne se fera pas tant que ces voitures nécessiteront des compromis en matière de « conduite et de constance de la puissance délivrée ». Le problème, bien sûr, ce sont les batteries, qui sont à la fois trop lourdes et ne durent pas très longtemps, que ce soit en termes de capacité ou en termes d’aptitude à fournir une puissance suffisante à l’entraînement. Nous l’avons déjà constaté à maintes reprises.

« Si vous prenez une voiture électrique pure sur la piste aujourd’hui, ses performances ne sont pas constantes, ce qui signifie que vous faites deux ou trois tours et que la voiture surchauffe ou commence à perdre de la puissance », a déclaré M. Scardaoni. « C’est pourquoi nous ne voulons toujours pas utiliser l’électricité pure dans les voitures de sport. Cela ne répond pas aux exigences de nos clients et Lamborghini, en tant qu’entreprise, est à l’écoute de ce que veulent les clients », a-t-il ajouté.

Comme c’est simple, cher Watson, est-on tenté de dire. C’est toujours la même chose : les voitures électriques ont leurs limites techniques et leurs limites en termes de capacité à attirer une clientèle substantielle. Dans ces conditions, personne de sensé ne peut dire qu’il ne vendra plus rien d’autre dans quelques années. Pourtant, beaucoup le font, et il semble qu’il faille s’appeler Francis et occuper un poste de direction dans une grande entreprise automobile pour pouvoir affirmer cela. C’est pratiquement ce qu’a déclaré Franciscus van Meel, de BMW M, juste avant Francesco Scardaoni.

Si Lamborghini propose une voiture électrique, ce ne sera pas une voiture de sport, mais quelque chose comme un SUV, juste une voiture de tourisme dans le style du concept Lanzador ci-dessous, et pas avant 5 ans au plus tôt. La propulsion électrique peut se justifier, mais il est clair que l’entreprise ne dispose pas pour l’instant d’une solution technique viable pour les modèles traditionnels. Elle attendra donc, selon M. Scardaoni, qui ne veut pas être le premier à proposer des voitures électriques, mais « veut être le meilleur ». Un objectif qui ne peut être atteint avec les limites actuelles de la propulsion électrique.

Lamborghini continue de rejeter les voitures électriques. Lamborghini continue de rejeter les voitures électriques. Lamborghini continue de rejeter les voitures électriques. Lamborghini continue de rejeter les voitures électriques.
Oubliez les voitures de sport électriques de Lamborghini, le constructeur automobile continue de les rejeter en raison de leurs lacunes techniques et économiques. Si une Lamborghini électrique voit le jour, ce sera la version de production du SUV-GT Lanzador que la société a présenté en début d’année. Photo : Lamborghini

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des éditeurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.