Les conséquences de plusieurs années de promotion des voitures électriques aux Pays-Bas laissent entrevoir ce qui se passera dans le reste de l’Europe sous la surveillance de l’Union européenne.

Les conséquences d’années d’imposition des voitures électriques aux Pays-Bas laissent entrevoir ce qui se passera dans le reste de l’Europe sous la surveillance de l’UE.

/

Ce qui se passe aux Pays-Bas nous rappelle à quel point la manipulation du marché des voitures neuves constitue une énorme ingérence dans le fonctionnement d’une partie très importante de l’économie. On ne dresse pas les gens comme des chiens, ils ne feront pas ce qu’on leur dit. Ils achèteront donc les voitures qu’ils veulent vraiment d’une manière différente, ce qui fausse énormément le marché des voitures d’occasion.

Si les politiciens se contentaient de faire circuler les voitures électriques dans une partie de la population avec l’argent de tous, ce serait toujours aussi inutile et vain sur le principe, mais cela se ferait probablement sans trop de problèmes. Les problèmes que nous connaissons aujourd’hui seraient certainement toujours là, mais à une échelle beaucoup plus réduite. Et le fait de subventionner ces voitures pour quelques pour cent des acheteurs n’aurait pas pesé si lourdement sur les clients des modèles à combustion interne de toutes sortes. Mais les politiciens ne se sont pas contentés de cela et se sont fixé un autre objectif, tout à fait absurde : imposer les voitures électriques à tout le monde, mais à tout le monde, sans distinction. Et interdire tout le reste.

C’est déjà stupide parce que les limites techniques des VE ne leur permettent pas de répondre à la grande majorité des besoins parfaitement légitimes des utilisateurs de voitures de toutes sortes, sans parler des limites économiques, des conséquences pour la production et la distribution d’électricité, et finalement des avantages environnementaux limités d’une telle approche généralisée. Nous n’avons aucune idée de la raison pour laquelle quelqu’un fait cela, cela n’a aucun sens rationnel – c’est dogmatique, idéologique, peu importe. Une telle approche ne peut jamais produire de résultats positifs, il n’est donc pas surprenant qu’elle n’en produise pas.

En Europe, ou dans l’ensemble de l’UE, nous n’avons jusqu’à présent vu que les effets des indices. Nous assistons à des hausses extrêmes des prix des voitures, injustifiées à ce point par autre chose qu’une manipulation du marché, nous voyons des clients se détourner de voitures recherchées en raison de leur indisponibilité, sans que cela soit compensé par une augmentation des ventes d’autres voitures, etc. Mais il ne s’agit encore que d’indications, même si elles ne sont plus négligées. Dans certains pays, ils sont « plus loin » et les Pays-Bas, où je passe une grande partie de ma vie, sont l’un d’entre eux.

Les voitures électriques sont le seul avenir possible pour les politiciens néerlandais (à ne pas confondre avec les gens…) et leur part de marché est très élevée, la plus élevée parmi des marchés aussi importants dans l’UE. C’est donc un succès ? D’une certaine manière, oui, mais il faut se demander à quel prix. Les Néerlandais accordent également des subventions, mais la clé de leurs résultats réside principalement dans le fait qu’ils rendent tout le reste plus cher, que ce soit par le biais de taxes d’enregistrement ou d’exploitation et d’autres frais. Les Néerlandais ont ainsi atteint un pourcentage relativement élevé de l’ensemble des ventes de voitures, mais ils en paient le prix fort. Alors qu’au début de la dernière décennie, le pays vendait encore environ 550 000 voitures neuves, il n’en a vendu que 369 000 l’année dernière, et ce sur un marché quelque peu artificiellement gonflé par la réalisation tardive des livraisons effectuées les années précédentes. En l’espace de dix ans, les ventes ont donc chuté d’un tiers, soit près de 200 000 voitures par an. Nous ne voyons rien de tel nulle part ailleurs dans l’UE.

Les gens ont donc arrêté de conduire ? Faux, ils continuent de rouler, de plus en plus (la densité du trafic atteint un niveau record), mais ils gardent leurs vieilles voitures, si bien que le parc automobile local vieillit rapidement (il est aujourd’hui le plus vieux de tous les pays d’Europe de l’Ouest). S’ils achètent quelque chose, ce sont des voitures d’occasion, mais les voitures électriques ne le sont vraiment pas. Est-ce vraiment ce que nous voulions, est-ce le progrès ? Au lieu d’acheter de nouvelles voitures à combustion interne plus sûres et plus efficaces, les gens perdent le contact avec la réalité actuelle en conservant leurs vieilles voitures, ou bien se modernisent légèrement en achetant des voitures à combustion interne d’occasion, qui deviendront inévitablement de moins en moins nombreuses, de sorte qu’un nombre croissant d’acheteurs passeront dans le premier groupe et « élèveront » leurs voitures « anciennes ». Qu’y a-t-il de positif là-dedans ? Et pourquoi pense-t-on que le reste de l’UE connaîtra une évolution différente sous le poids de restrictions similaires ? Dans les pays plus pauvres, les gens seront beaucoup plus enclins à le faire.

Une analyse du marché des voitures d’occasion de janvier réalisée par Automotive Mediaventions à partir de données provenant des portails de vente Gaspedaal.nl et Autotrack.nl confirme que c’est bien ce qui se passe aux Pays-Bas. Selon cette analyse, le prix moyen des voitures d’occasion proposées aux Pays-Bas est toujours proche de son niveau record, à 23 786 euros, soit environ 594 000 couronnes tchèques. C’est déjà un coup de massue, mais ce qui est piquant, c’est le ciseau qui se creuse entre le prix moyen de l’offre (voir ci-dessus) et le prix limite moyen saisi dans la recherche. Ce dernier s’élève à 16 998 euros, soit un peu moins de 425 000 couronnes. Ainsi, même l’offre de voitures d’occasion se déplace déjà vers un niveau hors de portée pour de plus en plus de personnes, sous le poids des prix artificiellement gonflés des voitures neuves.

Pendant ce temps, les voitures électriques elles-mêmes ne se soucient pas vraiment de cette évolution ; les ventes sont entièrement (et de plus en plus) dominées par les voitures à combustion interne. Les voitures à essence et les voitures hybrides à essence arrivent en tête (80,2 %), suivies par les diesels, ce qui est particulièrement intéressant. Pendant des années, presque personne ne les achetait, même parmi les voitures d’occasion. Elles représentent aujourd’hui 8,5 % du marché (7,2 % l’année dernière), suivies par les voitures électriques avec 7,3 % (7,4 % l’année dernière). L’intérêt se déplace donc même des voitures électriques vers les diesels, dont l’attrait sur le marché des voitures d’occasion était presque nul à un moment donné.

Cette évolution montre à quel point il est difficile de faire monter les gens dans des voitures dont ils ne veulent pas. Et ce que cela provoque en fin de compte. C’est mendier à tout le monde en échange de littéralement rien, en payant de plus en plus pour les mêmes choses ou des choses pires. Investir autant d’argent dans des voitures d’occasion pour au moins conserver une mobilité raisonnable est, en un mot, insensé. Pourtant, les projets de l’UE visant à faire pratiquement la même chose à l’ensemble de l’Europe ne semblent pas vouloir s’arrêter, du moins pour l’instant, mais les élections européennes de cette année pourraient changer la donne.

Les conséquences de plusieurs années d'imposition des voitures électriques aux Pays-Bas laissent entrevoir ce qui se passera dans le reste de l'Europe sous la surveillance de l'UE - 1 - Skoda Enyaq losi test 2021 video 01Les conséquences des années d'imposition des voitures électriques aux Pays-Bas laissent entrevoir ce qui se passera dans le reste de l'Europe sous le regard de l'UE - 2 - Skoda Enyaq losi test 2021 video 02Les conséquences des années d'imposition des voitures électriques aux Pays-Bas laissent entrevoir ce qui se passera dans le reste de l'Europe sous le tact de l'UE - 3 - Skoda Enyaq losi test 2021 video 03
L’idée d’imposer à tous une voiture électrique coûteuse et peu pratique comme la Skoda Enyaq est incroyablement naïve. Pourtant, les politiciens poussent cette idée à travers l’UE, et aux Pays-Bas, ils peuvent déjà en voir les effets futurs. Mais nous doutons qu’ils en tirent des leçons. Photo : Skoda Auto

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.