Les hypersportives de Bugatti et Porsche ont affronté Red Bull, championne de F1, une fois dans une débâcle totale, la deuxième fois dans une débâcle moins importante.

Les hypersportives Bugatti et Porsche ont rencontré le champion de F1 Red Bull, une fois une débâcle complète, la deuxième fois pas tant que ça.

/

C’est une comparaison vraiment inhabituelle qui vaut la peine d’être regardée rien que pour les participants. Mais ne vous attendez pas à grand-chose dans le cas de la désormais iconique Bugatti Veyron, apparemment trahie par les économies de bouts de chandelle.

Les activités de Carwow sur YouTube n’ont probablement pas besoin d’être présentées – depuis que Mat Watson les a reprises, elles sont peut-être plus connues que ce que Carwow fait pour vivre. Les avis sur les voitures neuves ou d’occasion ont tendance à passer au second plan, mais les diverses compétitions de sprinteurs auxquelles Mat se surpasse attirent beaucoup d’attention.

De plus en plus récemment, ils ont présenté des machines liées d’une manière ou d’une autre à Red Bull, et en particulier à « leur » (la relation est plus compliquée ; Dietrich Mateschitz, qui possède moins de la moitié de Red Bull, en était propriétaire à 100 %) équipe de Formule 1. Cette dernière, bien qu’officiellement autrichienne, est basée à Milton Keynes, au Royaume-Uni. Mat présente ensuite une course spéciale après l’autre, la plus séduisante étant la vue des ef-ones du championnat. Les modèles actuels ne peuvent toujours pas être utilisés en dehors des circuits supervisés par la FIA, ce qui serait considéré comme des essais illégaux, mais les machines de l’époque des plus grands succès de Sebastian Vettel peuvent être déployées.

Les points forts des monoblocs de F1 se situent bien évidemment ailleurs que dans le sprint départ arrêté, mais la Red Bull RB7 a déjà réalisé un temps de 9,2 secondes au quart de mille, la nouvelle version RB8 étant toujours à trois dixièmes. C’est peut-être pour cette raison que Mat l’a placée sur la ligne de départ aux côtés de la Porsche 918 Spyder et de la Bugatti Veyron. Le pilote d’essai de l’écurie britannico-autrichienne, Liam Lawson, a manifestement déjà maîtrisé les départs en trombe sans faire patiner les roues, et il a donc ramené le temps de la Red Bull RB8 à 9,1 secondes.

Comme nous l’avons déjà mentionné, on ne s’attend pas vraiment à une accélération fulgurante à partir d’un arrêt des monoplaces de F1, mais il s’agit de voitures à propulsion arrière, alors que la Porsche 918 Spyder est propulsée par ses deux essieux. C’est ce qui l’a opposée à la RB8 et elle a eu le dessus au début de chaque course. Au fil du temps, la légèreté et la puissance des groupes électrogènes ont commencé à tirer sur la corde la plus longue, mais ce ne fut pas une débâcle totale pour Porsche.

La Bugatti Veyron, qui a également participé au concours, a connu une situation pire encore. Lentement, la seule chose positive à son sujet est qu’elle vieillit avec beaucoup de grâce. Du point de vue du design, elle est peut-être même plus séduisante aujourd’hui qu’à ses débuts, il y a près de 20 ans. Mais ses performances de conduite étaient un fiasco, car le fait de mettre les gaz à fond activait toujours le mode d’urgence. Apparemment, un défaut dans le légendaire poids d’air du groupe VW était à l’origine de tout cela.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour GVE London, qui a prêté la voiture pour la comparaison, bien que son représentant se vante que la Veyron était en parfait état la nuit précédant le test. En effet, il semblerait que ce soit le cas, mais les techniciens n’ont pas procédé à des accélérations franches. Ce qui est en fait un avertissement pour ceux qui s’intéressent aux hypersportives d’occasion : une balade en ville ne suffira pas…

Les hypersportives de Bugatti et Porsche ont rencontré le champion de F1 de Red Bull, une fois une débâcle totale, la seconde fois pas tant que ça - 1 - Porsche 918 Spyder photo d'illustration 01Bugatti et les hypersportives Porsche ont rencontré le champion de F1 Red Bull, une fois c'était une débâcle totale, la deuxième fois pas tant que ça - 2 - Porsche 918 Spyder photo d'illustration 02Bugatti et Porsche ont rencontré Red Bull, championne de F1, une fois c'était la débâcle, la deuxième fois moins - 3 - Porsche 918 Spyder photo d'illustration 03
La 918 Spyder vaut aujourd’hui environ 37 millions de couronnes. Pour cette somme, vous obtenez 887 chevaux, ce qui vous permet de parcourir le quart de mille en 10 secondes. Ce n’est pas loin de l’ef-one, une voiture presque contemporaine. Photo : Porsche

Source : carwow@YouTube

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.