L’essai de la concurrente chinoise bon marché de la Skoda Octavia montre enfin ce que l’on peut attendre de ces voitures.

L’essai de l’Octavia, la rivale chinoise bon marché de Skoda, montre enfin ce que l’on peut attendre de ces voitures.

/

Nous parlons souvent des rivales chinoises de la Skoda Octavia, mais à quoi ressemblent-elles vraiment ? Ils ne sont généralement pas disponibles dans les pays de l’UE, mais ils le sont en Russie. Et c’est là qu’ils ont tenté quelque chose de nouveau sous la forme de l’Omoda S5.

Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine à la fin du mois de février de l’année dernière, de nombreuses entreprises qui n’avaient rien à voir avec l’agression en ont ressenti les effets. Bien que les usines de Skoda n’aient pas été bombardées, les pertes humaines ont été économiques. La Russie était le deuxième plus grand marché pour la marque après l’effondrement de la Chine, avec plus de 90 000 nouvelles voitures vendues en 2021. Mais avec l’introduction des sanctions, elle a dû officiellement suspendre ses activités. Et chaque jour qui passe, il devient de plus en plus évident qu’elle devra quitter la Russie et qu’elle n’y reviendra pas tout de suite.

Telle est la réalité aujourd’hui, et tandis que les Mlada Boleslav se lamentent et se demandent combien de voitures ils pourraient vendre au Vietnam, qui est censé être un remplacement sûr, les Russes ne se plaignent pas tant que ça. Au lieu de l’Octavia, ils peuvent choisir parmi une série d’alternatives, dont la compacte chinoise Omoda S5. Celle-ci est connue dans son pays sous le nom de Chery Arrizo 5 Plus et se vend à partir de 69.990 yuans, soit environ 218.000 couronnes. Et comme le prix le plus élevé est d’environ 290 000 couronnes tchèques, il n’est pas étonnant que l’Arrizo ait été vendue 69 fois plus que l’Octavia au cours du seul mois d’avril.

Sur le marché russe, bien sûr, on ne s’attend pas à une telle domination, ne serait-ce que parce qu’une voiture portant le logo Omoda commence à 2 159 900 RUB (environ 573 000 CZK). Toutefois, même si les Russes optent pour la version entièrement équipée, ils ne laisseront pas plus de 2 469 900 RUB (environ 655 000 CZK) chez les concessionnaires. L’Octavia entre dans le pays malgré les sanctions, mais de manière non officielle et pour un prix beaucoup plus élevé. Ainsi, bien qu’elle offre souvent plus sous le capot, l’intérêt n’est pas aussi élevé qu’auparavant. Cela s’explique en partie par le fait qu’il s’agit de voitures européennes avec un défaut.

L’Omoda est proposée avec un quatre cylindres de 1,5 litre, disponible en version atmosphérique ou turbocompressée. Cependant, quel que soit le choix du client, les deux voitures peuvent consommer de l’essence à faible indice d’octane, que l’on trouve dans la plupart des stations-service russes. En revanche, l’Octavia nécessite du gaz naturel 95, un carburant moins facilement disponible dans le pays. Les concessionnaires Skoda n’ont donc une chance de s’imposer que dans les grandes villes. En revanche, rien ne s’oppose aux Chinois. Sauf pour eux-mêmes.

Les collègues de la section automobile du magazine Mail.ru ont déjà testé la voiture et relèvent certaines irrégularités dans le châssis. La version turbo se distingue de la version atmosphérique non seulement par l’utilisation de roues plus grandes et de pneus au profil plus bas, mais aussi par des ressorts arrière plus rigides. Cela a toutefois pour effet de faire « tomber » un peu la voiture sur la roue extérieure dans les virages. Cependant, Omoda dispose de trois centres de développement et le bureau russe a déjà promis de résoudre le problème à la satisfaction du public. Des changements sont donc attendus d’ici la fin de l’année.

Ils seront bien sûr les bienvenus, car les réglages de châssis de mauvaise qualité nuisent inutilement à la réputation de la voiture et réduisent en fait les bénéfices des concessionnaires. Pour le turbo, il faut payer 90 000 roubles (23 900 CZK) de plus. Vous pouvez alors compter sur 147 ch au lieu de 113 et donc sur une accélération (9,7 s contre 13,2 s) et une vitesse de pointe (193 contre 180 km/h) bien meilleures. La consommation réelle est cependant la même pour les deux variantes, notamment parce qu’avec la version turbo, il n’est pas nécessaire d’appuyer constamment sur la pédale d’accélérateur jusqu’au plancher.

La réponse de la direction est excellente, tout comme la capacité du châssis à absorber les plus grosses bosses. À cet égard, bien sûr, la variante atmosphérique, qui utilise des roues de 16 pouces et des pneus à profil plus élevé au lieu de 17, déchire. Il est intéressant de noter que cette version est également mieux équipée. Le bureau russe essaie donc clairement de pousser les acheteurs vers le niveau Ultra, qui offre tout ce qu’il faut, c’est-à-dire le confort et la dynamique. Et elle est moins chère que la Skoda.

Pour ces raisons, le concessionnaire russe espère entrer dans le top 5 des marques sur le marché russe d’ici la fin de l’année. Actuellement, Omoja se classe au septième rang. Si l’on considère que la version S5 GT, qui associe 197 chevaux à un look encore plus agressif, est sur le point d’arriver, les chances de succès sont bonnes. Le départ forcé de Skoda ne devrait donc plus vraiment déranger personne en Russie, contrairement à ce qui se passe en République tchèque.

L'essai de l'Octavia, la rivale chinoise bon marché de Skoda, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 1 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 01L'essai de l'Octavia, la rivale chinoise bon marché de Skoda, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 2 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 02L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 3 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 03L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 4 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 04L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 5 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 05L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 6 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 06L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 7 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 07L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 8 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 08L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 9 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 09L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 10 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 10L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 11 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 11L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 12 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 12L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 13 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 13L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 14 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 14L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 15 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 15L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 16 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 16L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 17 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 17L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 18 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 18L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 19 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 19L'essai de la Skoda Octavia, rivale chinoise bon marché, montre enfin ce que l'on peut attendre de ces voitures - 20 - Omoda S5 test Russia oficialni nove 20
L’Omoda S5 n’a pas l’air mal en point, et elle est disponible à un bon prix. Nous ne serions donc pas surpris que les Russes ne se souviennent bientôt plus de la Skoda Octavia. Photo : Chery/Omoda

Source : Auto Mail.ru

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.