L’industrie automobile européenne est en train d’être anéantie par les voitures électriques, affirme le CLEPA. Ce n’est plus une impression ou une préoccupation, c’est un fait statistique.

L’industrie automobile européenne est en train d’être anéantie par les voitures électriques, affirme le CLEPA. Ce n’est plus une impression ou une crainte, c’est un fait statistique.

/

Je me demande ce qui peut arriver lorsque l’on pousse toute une industrie pendant des années vers quelque chose que la majeure partie du marché rejette parce que c’est inférieur et plus cher. Si vous devez l’avoir et que vous stimulez la demande au sommet, est-ce que quelqu’un en dehors de l’Europe peut le rendre moins cher ? N’importe quel écolier moyen pourrait en tirer les conséquences, l’UE a échoué.

J’avoue ressentir de temps à autre un grand sentiment d’impuissance lorsque je réalise que, depuis plus d’une décennie, nous mettons en garde les responsables contre les conséquences facilement concevables de leur manipulation du marché de l’automobile. Nous l’avons fait avec une intensité croissante au fur et à mesure que la manipulation s’intensifiait, et pourtant nous nous trouvons aujourd’hui au seuil de la crise économique que les sages ont également mise en garde il y a de nombreuses années. Et comme si cela ne suffisait pas, même cette situation n’est pas suffisante pour que les personnes concernées se bouchent le nez et changent de cap. Au contraire, ils continuent à réprimer ceux qui leur renvoient le miroir de l’absurdité de leurs actions.

C’est simple comme bonjour. Pour qu’une économie fonctionne, il faut un marché opérationnel, qui seul peut assurer une allocation efficace des ressources. Personne ne le laissera jamais fonctionner complètement librement, et il a ses effets négatifs, mais si on le laisse respirer un peu, on ne coupe pas toutes les ficelles qui mènent des consommateurs aux producteurs. Si l’on ne provoque pas ainsi un énorme déséquilibre entre l’offre et la demande, ce n’est pas si mal. Malheureusement, c’est le contraire qui s’est produit.

Le marché de l’automobile a cessé d’être un marché pendant des années lorsque l’UE, en particulier, a commencé à pousser progressivement les constructeurs à proposer une multitude de produits dont personne ne voulait. Cela entraîne logiquement une hausse des coûts, d’une part, et une baisse de l’attrait du produit final, d’autre part. Tant qu’il s’agissait d’une bagatelle, cela n’avait pas d’importance, mais dès que quelqu’un a commencé à imposer directement ou indirectement des voitures électriques, c’en était trop. Le produit est devenu beaucoup plus cher et en même temps – en tant que solution non sollicitée par le marché – beaucoup moins attrayant. C’est le déséquilibre entre l’offre et la demande dans sa forme extrême.

En soi, c’est un point négatif, car le marché sera simplement plus petit, ce qui aura inévitablement un impact sur l’économie, mais ce n’est pas tout le problème. Une partie du problème réside dans le fait que la solution imposée est une solution que les entreprises locales ne semblent pas pouvoir produire efficacement d’un point de vue global. Ainsi, alors qu’avec les voitures à combustion interne, des constructeurs automobiles comme VW étaient le leader mondial que peu de gens bricolaient, regardez ce qu’ils font avec leurs voitures électriques. La gamme ID de VW est une blague, un produit inutile, hors de prix et invendable à la base. Le fait que VW lui-même se batte pour qu’elle soit la seule correcte est une absurdité au carré, mais laissons cela de côté pour aujourd’hui.

Le problème est que dans cette situation, l’industrie automobile locale devient elle-même une espèce en voie de disparition parce que – à moins que vous ne supprimiez le mandat pour les voitures électriques – elle n’a tout simplement rien à offrir sur le plan de la concurrence. D’un côté, c’est ce qu’elle a fait, de nombreux constructeurs automobiles n’auraient même pas pu commencer plus tôt, mais même si elle l’avait fait plus tôt, elle n’aurait de toute façon pas été compétitive, parce que la production de batteries, en particulier, est extrêmement gourmande en énergie. Et nous voyons où nous en sommes avec les prix de l’énergie – principalement, soit dit en passant, à cause de la même politique de l’UE qui impose les VE – dans les factures de CEZ, e.on et d’autres chaque mois.

Il s’agit d’un concours de circonstances mortel, mais lorsque nous avons écrit à ce sujet il y a plus de cinq ans, beaucoup ont dit qu’il s’agissait d’une frayeur, d’une peinture du diable sur le mur. J’aimerais bien que ce soit le cas, vous ne savez pas à quel point nous aimerions avoir tort. Malheureusement, nous nous sommes trompés et aujourd’hui, alors que nous sommes pratiquement sortis d’affaire et que seul un arrêt immédiat de toutes les absurdités « vertes » qui rendent nos vies plus coûteuses et plus difficiles au quotidien pourrait nous sauver, l’Association européenne des fournisseurs de l’automobile (CLEPA) a publié une statistique qui documente tout cela. Et elle indique où nous nous trouvons – nous préférons ne pas l’appeler par son vrai nom.

Les Américains disent : « Play stupid games, get stupid prizes » (Jouez à des jeux stupides, obtenez des prix stupides), ce qui correspond parfaitement à la situation actuelle. Le CLEPA note que l’Europe, à travers le prisme de la balance commerciale automobile, gagnait énormément d’argent il y a encore quelques étés, mais l’excédent s’est réduit ces dernières années et le CLEPA s’attend à ce que tout finisse en déficit l’année prochaine.

Plus précisément, en 2018 encore, le secteur automobile européen affichait un excédent commercial de 26 milliards d’euros, soit 633 milliards de couronnes tchèques, à comparer avec plusieurs déficits budgétaires actuels de l’État tchèque. Mais depuis 2018, l’excédent a été réduit de 60 %, de sorte que cette année, il ne sera plus que de 10 milliards d’euros. Cela continue, mais la chute est si rapide que les importations chinoises en particulier devraient faire passer le bilan en territoire négatif l’année prochaine, selon le CLEPA. L’industrie automobile européenne n’est tout simplement pas compétitive, elle ne suit pas, elle est littéralement en train d’être liquidée sous nos yeux par la pression exercée sur les voitures électriques et tout ce qui va avec. Il y aura des voitures, elles viendront de quelque part, mais l’épine dorsale de l’industrie européenne ne sera pas tout ce qu’il y a autour d’elles.

C’est l’optique de l’Europe. À quoi ressemblera la République tchèque, où ce secteur est extrêmement important et où d’innombrables entreprises importantes, mais pratiquement inconnues du commun des mortels, agissent en tant que fournisseurs des constructeurs automobiles qui produisent de moins en moins ici ? Nous ne voulons pas spéculer, mais vous pouvez voir la tendance par vous-même. Ce n’est pas une impression, ce n’est pas une préoccupation, c’est une statistique – une baisse de 60 % en 5 ans et la prévision d’un passage en territoire négatif d’ici un an. Qu’attend-on pour affronter les problèmes que nous ne voulons pas revivre ?

L'industrie automobile européenne est en train d'être anéantie par les véhicules électriques, affirme le CLEPA. Ce n'est plus une impression ou une préoccupation, c'est un fait statistique - 1 - Skoda Enyaq Coupé 2022 lancement de la production 01L'industrie automobile européenne est en train de se faire laminer par les voitures électriques, affirme le CLEPA. Ce n'est plus une impression ou une préoccupation, c'est un fait statistique - 2 - Skoda Enyaq Coupé 2022 lancement de la production 02
Les entreprises européennes ne peuvent pas être compétitives avec la production de voitures électriques, mais l’UE les pousse à le faire. Si elle veut les tuer, alors c’est un « bon travail », sinon nous ne comprenons vraiment pas où se trouve la tête de qui que ce soit. Photo d’illustration : Skoda Auto

Source : Automobilwoche

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.