L’intérêt pour les voitures électriques d’occasion est en chute libre. Elles ont perdu un tiers de leur valeur en un an et n’ont pas été vendues depuis longtemps.

L’intérêt pour les voitures électriques d’occasion est en chute libre. Elles ont perdu un tiers de leur valeur en un an et ne se vendent plus depuis longtemps.

/

Je me demande ce qui pourrait se passer si l’on créait un marché relativement important pour les voitures coûteuses généralement non désirées à l’aide d’énormes subventions et d’autres formes de redistribution, et si l’on envoyait ensuite ces voitures sur le marché des voitures d’occasion où elles doivent soudainement se débrouiller toutes seules ? Si quelqu’un ne comprend pas la réponse simple, voici une réponse plus complexe.

Dans ma naïveté optimiste, j’ai longtemps cru, après 1989, que non seulement nous, mais le monde entier, avions clairement vu, au cours des décennies de musées communistes à ciel ouvert, ce que les tentatives de contrôle centralisé de l’économie, les tentatives d’obtenir de meilleurs résultats par une manipulation sans fin du marché, des subventions, des contrôles de prix et d’autres atrocités redistributives, provoquaient en fin de compte. Oui, l’histoire a tendance à se répéter, mais j’avais espéré que je ne vivrais pas assez longtemps pour voir une autre expérience de ce genre. Quelle erreur !

Je n’aurais jamais imaginé qu’à peine 34 ans plus tard, nous nous retrouverions au milieu d’une nouvelle tentative de réglementer l’économie jusqu’à ce que mort s’ensuive. Et qu’elle viendrait de l’Occident que nous admirions tant. Bien sûr, le cadre est différent, l’exécution est différente, mais le principe est très similaire : plus de la moitié du produit intérieur brut de l’UE est désormais redistribuée, ce qui est une caractéristique essentielle des systèmes socialistes. Il ne s’agit pas d’une économie planifiée, j’ai récemment entendu l’expression « capitalisme planifié », c’est ainsi qu’elle est perçue. Et au moins, cela sonne mieux que « fascisme », qui, en termes économiques, reposait également sur l’allocation principalement contrôlée par le politique d’un capital par ailleurs détenu par le privé.

C’est uniquement cette approche de la gestion des affaires économiques qui nous a entraînés dans les débats sur la vente de telle ou telle voiture au coquelicot un jour donné. C’est tout à fait absurde, c’est le genre de chose qui est résolu de manière très efficace par un marché libre dans lequel diverses entités se bousculent avec leurs meilleures idées pour obtenir l’argent des clients. Et c’est la meilleure idée dans sa globalité qui l’emporte, et non un aspect particulier. Non, une technologie a été politiquement choisie ici, les voitures électriques. Et comme la plupart des gens, sans surprise, n’en veulent pas en raison de leur coût, de leur facilité d’utilisation, de leur durabilité (et j’en passe), leurs ventes ont dû être assurées politiquement une fois de plus.

D’où divers mécanismes de redistribution fondés sur des émissions de CO2 clairement fictives (lire fictivement nulles) et une série de programmes de subvention à de nombreux niveaux, notamment au point de vente. Cela a bien sûr fait bouger le marché des véhicules électriques, mais à quel prix ? Le prix est vraiment élevé, et ce n’est pas seulement l’argent qui a été redistribué en vain à tous ceux qui ne veulent pas de ces voitures. Ce sont aussi les acheteurs de ces voitures qui paient au final.

Le problème est que les voitures électriques, même après tous les soutiens artificiels, sont une solution si chère et si mauvaise qu’elles ont du mal à concurrencer les voitures à combustion moins chères et de meilleure qualité, même sur le marché des voitures d’occasion. Et comme il y a déjà moins ou pas de subventions pour elles, elles doivent logiquement être moins chères que les autres. Simsalabim… Il n’est même pas nécessaire d’être magicien pour comprendre que cela entraîne une baisse massive de leur valeur, qui finit bien sûr par retomber sur les épaules de leurs propriétaires.

On l’a dit plus d’une fois, mais c’est de plus en plus vrai, car de plus en plus de VE d’occasion arrivent sur le marché. Logiquement, cela crée une surabondance d’offre artificielle avec une demande de plus en plus faible, ce qui pousse les prix de plus en plus vers le bas. Une nouvelle étude réalisée par iSeeCars montre ce phénomène en pleine lumière, avec des résultats accablants pour les voitures électriques.

Après avoir analysé les ventes de millions de voitures neuves et de voitures d’occasion âgées de 1 à 5 ans, l’entreprise constate que si les prix de toutes les voitures d’occasion de cette catégorie ont baissé de 5,1 % entre l’année dernière et ce mois d’octobre, ce qui correspond en quelque sorte au lent relâchement de la surabondance de vapeur qui s’est accumulée sur ce marché au cours des périodes précédentes, les prix des voitures électriques d’occasion ont chuté de 33,7 %. Il s’agit d’une baisse considérable, de plus d’un tiers, qui est loin d’être compensée par la baisse des prix des voitures hybrides, également mal accueillies par les consommateurs, qui ont baissé de 9,6 %. Exprimé en termes nominaux, le prix moyen des VE d’occasion est passé de 52 821 à 34 994 dollars. En « monnaie tchèque », cela représente 396 000 couronnes tchèques. En moyenne. En une seule année. C’est un chiffre incroyable.

En outre, il n’y a pas que le prix, les VE d’occasion sont également très longs à vendre. Ils sont en attente de clients depuis de loin le plus longtemps de tous les concepts de voitures d’occasion suivis, et ils sont aujourd’hui sur le marché à attendre en vain un acheteur près de 1,5 fois plus longtemps que l’année dernière, ce qui représente également la plus forte augmentation d’une année sur l’autre. En conséquence, il a fallu en moyenne 52,4 jours pour vendre un VE d’occasion en octobre 2023, ce qui indique une baisse significative de l’intérêt. Ou, plutôt, d’une dynamique de la demande pour ces voitures bien en deçà de celle avec laquelle les voitures électriques d’occasion entrent dans l’offre.

Il existe un certain nombre de raisons spécifiques à cet état de fait, mais elles découlent toutes d’un désir d’imposer aux gens une solution généralement non compétitive. Les nouvelles voitures électriques doivent donc devenir moins chères pour attirer les acheteurs, ce qui exerce logiquement une pression sur les prix des voitures d’occasion. Mais les nouvelles voitures électriques restent plus chères que les voitures à combustion comparables. Si l’on ajoute à cela leurs lacunes techniques, notamment en termes d’autonomie et de recharge, les inquiétudes concernant la disponibilité de la recharge et la durée de vie relativement courte de ce qui est essentiellement huit à dix ans de batteries coûteuses, on ne peut pas s’étonner que les clients ne se précipitent pas pour les acheter. « Les voitures électriques ont atteint un seuil de demande du marché qui sera difficile à franchir. Tout, depuis les problèmes économiques jusqu’à la concurrence croissante entre les véhicules électriques, contribue à la tendance à la baisse de l’intérêt », déclare Karl Brauer, analyste en chef chez iSeeCars, à propos de cette évolution.

Les voitures d’occasion dont les prix ont le plus baissé sont sans surprise les Teslas, en particulier les Model 3, S et X. Les voitures électriques attendent également longtemps les acheteurs, en particulier la Kia EV6, la Ford Lightining et la Polestar 2, tandis que les problèmes de vente de la nouvelle Mercedes EQ(S) suggèrent qu’elles ne seront pas demandées à l’avenir et que leur valeur chutera de manière significative.

Ce n’est en rien surprenant, mais c’est douloureux, surtout pour les acheteurs de ces voitures qui perdent des stats par an en échange d’un service peu convaincant. Même après ces baisses, nous ne recommandons pas l’achat d’un véhicule électrique d’occasion – nous avons déjà discuté plus d’une fois de ce qu’il advient de ces véhicules au bout de 8 ans.

L'intérêt pour les VE d'occasion est en chute libre. Elles ont perdu un tiers de leur valeur en un an et sont difficiles à vendre depuis longtemps - 1 - Tesla Model 3 2021 Advisory Kit 01L'intérêt pour les voitures électriques d'occasion est en chute libre. Elles ont perdu un tiers de leur valeur en un an et sont difficiles à vendre depuis longtemps - 2 - Tesla Model 3 2021 Advisory Kit 04L'intérêt pour les voitures électriques d'occasion est en chute libre. Elles ont perdu un tiers de leur valeur en un an, elles sont longues à vendre - 3 - Tesla Model 3 2021 Advisory Kit 16
Posséder une Tesla Model 3 est l’une des plus grandes « escroqueries » économiques imaginables – ses propriétaires ont perdu en moyenne 327 000 livres sterling au cours de la seule année dernière, alors que la voiture n’est pas si chère. Toutefois, il ne s’agit pas d’une anomalie parmi les voitures électriques d’occasion, bien au contraire. Leurs pertes de valeur moyennes sont extrêmes, plus d’un tiers en un an, et totalement incomparables avec les voitures de tout autre concept. Photo : Tesla

Source : iSeeCars

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.