L’UE l’a prouvé, après 12 ans de terreur, les nouvelles voitures ont toujours les mêmes émissions de CO2, en réalité elles seront facilement plus élevées.

L’UE l’a prouvé, après 12 ans de terreur, les nouvelles voitures ont toujours les mêmes émissions de CO2, en réalité elles seront facilement plus élevées.

/

Au cours des 12 dernières années, la forme des nouvelles voitures a subi de nombreux dommages, au nom de la lutte pour la réduction des émissions de CO2. Le résultat ? Zéro, nada, zéro, zéro. Et ce n’est qu’une vision optimiste des choses, comme l’a constaté l’UE elle-même.

De héros à zéro est la façon dont les anglophones aiment décrire le processus par lequel quelque chose ou quelqu’un de très admiré et de bien se transforme en quelque chose de problématique. Les nouvelles voitures sont passées par un processus similaire « dans le cadre de la loi » au cours des 15 dernières années environ. Il ne s’agit pas d’une affirmation exagérée ou infondée, nous sommes là depuis le début. Des machines conçues de manière rationnelle et adaptées à des clients spécifiques sont devenues de plus en plus souvent des voitures construites en fonction de réglementations définies politiquement. L’objectif : réduire au minimum les émissions de CO2.

C’est à cette période précise que l’on doit la fin presque complète des moteurs atmosphériques, la minimisation du volume de presque tous les groupes motopropulseurs, l’abandon des rapports de vitesse optimisés pour une meilleure dynamique, des choses stupides comme les systèmes start-stop, la direction assistée électrique, l’imposition des automatismes, l’hybridation absurde, l’essor des propulsions électriques et une foule d’autres choses problématiques. Bien sûr, les constructeurs automobiles ont essayé de continuer à satisfaire les clients dans des limites de plus en plus étroites, mais l’espace est progressivement devenu si petit qu’il est presque inexistant. Et les nouvelles voitures aliènent désespérément leurs acheteurs.

On pourrait penser que l’objectif susmentionné est noble et qu’il est logique de sacrifier beaucoup pour l’atteindre. On peut peut-être en débattre, mais seulement si la description y conduit réellement. Mais rien de tel ne s’est produit ; il ne s’agissait souvent que d’absurdités destinées à une consommation standardisée, qui – et c’est là l’aspect le plus piquant – ne sont finalement même pas prises en compte dans l’optique de ces normes. Et encore moins dans l’optique de ce qui a été effectivement réalisé.

Nous ne disons pas que rien n’a été fait, que rien n’a changé pour le mieux, mais le tableau d’ensemble n’est qu’un et il n’est pas réjouissant. Après tout, il n’est pas nécessaire d’avoir un doctorat en physique et de faire des études approfondies pour savoir que trois éléments déterminent la consommation d’énergie d’une voiture donnée : La quantité d’énergie nécessaire pour déplacer sa masse, la quantité d’énergie nécessaire pour vaincre sa traînée aérodynamique et l’efficacité avec laquelle vous pouvez produire cette énergie. Et si, en l’espace de deux décennies, vous fabriquez des voitures deux fois plus lourdes, deux fois plus grandes, deux fois plus puissantes, et qu’au bout du compte vous augmentez l’efficacité du moteur lui-même de 3 ou 5 % et réduisez le coefficient de traînée aérodynamique de 10 % ( !) (les chiffres ne sont qu’illustratifs, bien sûr, ne nous croyez pas sur parole), même tous les faux-semblants permis par le downsizing, le start-stop, l’hybridation et l’électrification ne peuvent cacher le fait que cela ne mène pas au succès.

Tout juge sait cela depuis longtemps, tout le monde. Mais l’Union européenne, instigatrice de ces changements, n’a fait auditer ses résultats par la Cour des comptes européenne qu’après tout ce temps, comme le rapporte l’AP. Elle a constaté que « la plupart des voitures particulières de l’Union européenne émettent toujours la même quantité de dioxyde de carbone qu’il y a 12 ans ». Voilà qui appelle une photo du capitaine Picard, la tête entre les mains.

Mais la stupidité du groupe ne s’arrête pas là. Selon lui, l’UE doit « passer à la vitesse supérieure » pour se rapprocher d’un parc automobile à zéro émission – comment faire autrement qu’avec l’électricité, puisque seuls les véhicules électriques ont « contribué à la réduction des émissions moyennes de CO2 sur la route que nous avons constatée ces dernières années ». Quelqu’un a-t-il dit aux auditeurs qu’il s’agissait d’un mensonge, car les « véhicules électriques à zéro émission » ne sont pas nuls, ils sont simplement transférés ailleurs, de sorte qu’en réalité les émissions ont probablement augmenté, mais certaines d’entre elles ont été masquées avec plus de succès que d’autres ? Ou bien quelqu’un connaît-il un pays où l’on produit de l’électricité à partir de rien avec zéro émission de CO2 ? Cela n’existe pas et n’existera jamais.

Pourtant, l’UE a la réalité dans son assiette, exactement comme ci-dessus, elle le dit elle-même : « Les progrès technologiques en termes d’efficacité des moteurs sont contrebalancés par un poids plus élevé des véhicules (environ +10% en moyenne) et des moteurs plus puissants (+25% en moyenne). » Une telle déclaration dans une tête dotée d’un cerveau en état de marche implique une conclusion telle que « les voitures doivent être plus petites et plus légères pour être plus efficaces sur le plan énergétique ». Mais la conclusion de l’UE est à l’opposé : elle veut des voitures électriques, qui sont les voitures les plus lourdes de tous les temps, généralement de gros SUV. Le Capitaine Picard a encore frappé, il s’agit vraiment d’un chœur d’humoristes, ne nous en voulez pas.

L'UE l'a prouvé, après 12 ans de terreur, les nouvelles voitures ont toujours les mêmes émissions de CO2, en réalité elles seront facilement plus élevées - 1 - Skoda Octavia RS 2020 essence diesel 15L'UE l'a prouvé, après 12 ans de terreur, les nouvelles voitures ont toujours les mêmes émissions de CO2, en réalité elles seront facilement plus élevées - 2 - Skoda Octavia RS 2020 petrol diesel 18L'UE l'a prouvé, après 12 ans de terreur, les nouvelles voitures ont toujours les mêmes émissions de CO2, en réalité elles seront facilement plus élevées - 3 - Skoda Octavia RS 2020 petrol diesel 20
L’hypocrisie qui consiste à utiliser des pseudo-solutions comme les hybrides rechargeables lourds n’a rien donné, alors l’UE va « passer à la vitesse supérieure » et promouvoir davantage de voitures électriques lourdes, ce qui ne fait qu’accentuer l’hypocrisie. C’est brillant. Photo : Skoda Auto

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.