Nous vivons une époque absurde : une minuscule Toyota Yaris à trois cylindres coûte jusqu’à 2,75 millions de couronnes tchèques en France en raison de la taxation des voitures à moteur à combustion interne.

Nous vivons une époque absurde, une petite Toyota Yaris à trois cylindres coûte jusqu’à 2,75 millions de CZK en France en raison de la taxation des voitures à combustion interne.

/

Comment ouvrir la voie aux voitures électriques ? En les subventionnant ? Cela coûte de l’argent et tôt ou tard, cela deviendra intenable. Un pays qui a un vrai fief sait qu’il vaut mieux rendre artificiellement plus chers les véhicules à combustion interne. Et la France est allée très, très loin dans cette voie.

On peut penser ce que l’on veut de la voiture électrique, on peut l’aimer ou la détester, souhaiter son essor ou son déclin. Mais il y a une chose dont il est inutile de débattre : pour une personne normale, investir dans ce type de véhicule n’a pratiquement aucun sens. Malgré les nombreuses subventions directes et indirectes à la production, en termes de praticité, elles offrent une voiture nettement moins bonne à un prix nettement plus élevé qu’une voiture conventionnelle.

Bien sûr, il y a aussi des avantages, mais des choses comme un fonctionnement plus silencieux semblent complètement insignifiantes par rapport au fait que vous obtenez une voiture beaucoup plus lourde qui consomme logiquement plus d’énergie en se propulsant. L’autonomie est limitée et ne peut pas être rétablie rapidement. Et comme une épée de Damoclès, il y a le risque d’une durée de vie limitée de batteries très coûteuses, dont la fin peut faire de votre voiture une maison de jardin ou un jouet de dynamite après seulement quelques années, parce que le reste de la voiture sans les batteries ne vaut que quelques pièces détachées.

D’un point de vue économique et pour l’utilisateur, le choix d’une telle voiture n’a aucun sens, même si l’électricité était moins chère que l’essence et le diesel, ce qui n’est plus le cas depuis quelques années, même si l’essence et le diesel sont artificiellement renchéris par des taxes qui ne sont pas imposées à l’électricité. Les arguments écologiques sont également à courte vue lorsqu’ils dépendent fortement du mix énergétique, et même en Allemagne, une voiture électrique ne justifiera pas à long terme son existence aux côtés du diesel. Sans parler des petits secrets des métaux précieux, qui sont nécessaires notamment pour les batteries – plus personne ne calcule avec ces métaux.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que l’intérêt naturel pour les voitures électriques reste minime : 85 % des Allemands les rejettent, même à l’époque où les subventions étaient élevées, et les Néerlandais sont encore plus catégoriques. Les ventes ne font donc que stagner au fil du temps, car les personnes qui en achètent une par intérêt personnel – généralement comme xième voiture-jouet, par passion pour l’électromobilité ou autre – ne font que diminuer au fil du temps. Cela pourrait se terminer ainsi, mais alors, surtout en Europe, les politiciens ne décideront peut-être pas d’imposer les voitures électriques à tout le monde. Peu importe ce que vous voulez, il vous suffit d’acheter une voiture électrique, que vous l’aimiez ou non, qu’elle soit économique ou non, qu’elle soit respectueuse de l’environnement ou non. Elle sera à vous, un point c’est tout.

Une telle chose est intrinsèquement stupide, mais la question de savoir comment faire quelque chose de ce genre dans la situation actuelle me vient à l’esprit. Bien sûr, on peut favoriser les voitures électriques, mais c’est un luxe tellement cher qu’on ne peut pas les subventionner longtemps, aucun pays n’a l’argent pour cela – même la riche Allemagne n’en a plus. Il existe donc depuis longtemps une redistribution indirecte de l’argent en arrière-plan, les voitures à moteur à combustion interne étant frappées d’amendes pour les émissions de CO2 supérieures à une limite qui lèche le doigt, ce qui les rend invisiblement plus chères pour nous, les consommateurs, au niveau européen. Et les voitures électriques sont favorisées au même niveau de la même manière, alors que leurs émissions sont censées être nulles et ont même été prises en compte dans les ventes à plusieurs reprises sur une longue période.

Cela signifie déjà que, par exemple, une voiture avec des émissions de 150 g CO2/km (6,4 litres d’essence aux 100 km, qu’est-ce que c’est ?) est maintenant frappée d’une amende de 5.225 euros (environ 132.000 euros, parce que 55 x 95 euros pour le dépassement de la limite de 95 g/km), tandis qu’une voiture électrique est artificiellement avantagée de 18.050 euros (environ 456.000 euros, parce que 190 x 95 euros pour 0 gramme en dessous de la limite de 95 g/km). En effet, si vous vendez une voiture électrique, vous évitez exactement cette amende. Ces calculs sont approximatifs et théoriques, mais ils suffisent à donner une idée de la redistribution massive qui s’opère sur la toile de fond des prix des voitures neuves qui nous sont visibles.

En fait, personne ne sait combien coûte réellement une voiture électrique aujourd’hui, car il y a déjà tellement d’aides non standard liées à leur production et à leur vente qu’il est impossible de le calculer. Mais cela ne suffit pas. Les voitures électriques sont toujours beaucoup plus chères et beaucoup plus difficiles à utiliser, de sorte qu’elles ne peuvent pas être vendues en masse. Comment s’en sortir ? Envoyer un cheval mort au salami ? C’est pas vrai ! Le cheval a toujours été monté. Et ce serait pour éviter qu’il ne rouille à nouveau.

La France a déjà montré l’exemple en imposant aux voitures conventionnelles des amendes locales de plus en plus élevées liées spécifiquement au CO2. Comme le soulignent mes collègues de Cardisiac, ces mesures sont tout à fait extrêmes et complètement déconnectées de la réalité. C’est ainsi que la Yaris GR de Toyota, toujours minuscule, toujours à trois cylindres et toujours relativement bon marché, se voit infliger de telles amendes à cause de son moteur à combustion 1,5 turbo que son prix fait pleurer et rire à la fois.

Qu’on ne s’y trompe pas, cette voiture n’est pas un mangeur d’herbe sur le bord de la route avec ce moteur – elle consomme 8,2 litres d’essence dans la version à boîte manuelle, 9 avec la boîte automatique. C’est l’équivalent de 190 ou 210 g de CO2 par km, et les amendes françaises sont fixées de manière si insensée qu’elles s’appliquent gramme par gramme (sic !) sur une échelle allant jusqu’à 193 g/km seulement. En d’autres termes, même une voiture aussi petite et relativement économe en carburant se voit infliger la quatrième amende la plus élevée possible dans ces versions. Et ce sont des « bats », 45 990 euros dans le premier cas et 60 000 euros dans le second. Oh la la, vous comprenez ? 14 010 euros de différence d’amende entre 190 et 193 grammes – celui qui a eu cette idée doit regarder Psycho tous les jours.

Ajoutez à cela le prix des voitures elles-mêmes, qui sont à peu près similaires, et vous arrivez à des totaux de ventes de 92 290 euros (environ 2,33 millions) pour la version à transmission manuelle et de 108 800 euros (environ 2,75 millions) pour le modèle équipé d’une transmission automatique. C’est bizarre, qui va acheter une Yaris pour une telle somme ? Toyota pense qu’il y a quelques fous, et a donc alloué 300 voitures au marché français. Même s’ils ont raison, tout cela montre à quel point nous vivons une époque absurde.

Ce qui se passe est exactement ce que l’ancien chef de l’ingénierie de Ford a décrit avant de mourir. Les voitures électriques ne deviendront pas beaucoup moins chères, on ne sait ni comment ni où, mais elles peuvent être redistribuées presque indéfiniment. Les voitures conventionnelles seront donc artificiellement rendues plus chères jusqu’à ce qu’elles soient artificiellement rendues chères et invendables. Et pourtant, si quelqu’un les achète, il paiera la voiture électrique de quelqu’un d’autre. Avons-nous donc une solution ? Pas vraiment, car même à cette extrémité, avec une partie de l’argent supplémentaire provenant de ces amendes pour subventionner davantage les voitures électriques en France, l’année dernière, la part de marché des voitures électriques – roulement de tambour – n’était que de 18,5 %. Tout simplement, 81,5 % des gens ont encore opté pour des voitures à moteur à combustion, même si certaines d’entre elles sont, bien sûr, hybrides.

Tout cela est tellement stupide, inutile et destructeur. Après tout, combien de fois l’histoire nous a-t-elle montré que ce genre de chose, tout effort visant à favoriser artificiellement des solutions généralement inférieures, conduit à un fonctionnement moins efficace de la société dans son ensemble ? Et en fin de compte, personne n’en a jamais profité, à l’exception d’une poignée de privilégiés qui ont bien vécu de cette usurpation du reste de la société. Certains ont compris depuis longtemps qu’il fallait en rester là. D’autres vont connaître une douloureuse révélation…

Nous vivons une époque absurde, une petite Toyota Yaris trois cylindres coûte jusqu'à 2,75 millions en France à cause de la taxe sur les voitures thermiques - 1 - Toyota GR Yaris prix France 2024 officiel 01Nous vivons une époque absurde, la petite Toyota Yaris trois cylindres coûte jusqu'à 2,75 millions de CZK en raison de la taxation des voitures à combustion interne en France - 2 - Toyota GR Yaris prix France 2024 oficialni 02Nous vivons une époque absurde, la petite Toyota Yaris trois cylindres coûte jusqu'à 2,75 millions de CZK en raison de la taxation des voitures à combustion interne en France - 3 - Toyota GR Yaris prix France 2024 oficialni 03Nous vivons une époque absurde, la minuscule Toyota Yaris trois cylindres coûte jusqu'à 2,75 millions de Kč en raison de la taxation des voitures à combustion interne en France - 4 - Toyota GR Yaris prix France 2024 oficialni 04.Nous vivons une époque absurde, la minuscule Toyota Yaris trois cylindres coûte jusqu'à 2,75 millions de CZK en raison de la taxation des voitures à combustion interne en France - 5 - Toyota GR Yaris prix France 2024 oficialni 05.Nous vivons une époque absurde, la petite Toyota Yaris trois cylindres coûte jusqu'à 2,75 millions de CZK en raison de la taxation des voitures à combustion interne en France - 6 - Toyota GR Yaris prix France 2024 oficialni 06
La Toyota GR Yaris a beau être un modèle haut de gamme, elle n’en reste pas moins une minuscule voiture à essence à trois cylindres. Pourtant, en France, elle est considérée comme le mal absolu et frappée d’une amende maximale pour les émissions de CO2. Résultat : la voiture peut coûter jusqu’à près de 3 millions de couronnes tchèques, tout cela au nom du développement de l’électromobilité à tout prix. N’est-ce pas absurde ? Photo : Toyota

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.