VW a ordonné un audit de son usine chinoise à la suite d’allégations de travail forcé. Le résultat ? « Les gens prennent beaucoup d’argent et n’ont pratiquement rien à faire.

VW a commandé un audit de son usine chinoise à la suite d’allégations de travail forcé. Le résultat ? « Les gens gagnent beaucoup d’argent et n’ont pratiquement rien à faire.

/

Nous ne disons pas le contraire, mais cela semble un peu ridicule. Une entreprise gérée par les Allemands en partenariat avec le SAIC dans une province où les Ouïghours sont opprimés semble soudain être le paradis sur terre. C’est peut-être le cas, mais c’est peut-être l’exception qui confirme une autre règle.

Si vous commencez à feuilleter la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies, vous tomberez peut-être sur les mots « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » dans le tout premier article. C’est bien beau, mais la réalité est souvent bien en deçà de ces belles phrases. Le Conseil des droits de l’homme, que l’ONU présente comme son principal organe de défense des droits de l’homme, est censé veiller à leur respect. Cependant, comme l’a noté le groupe de réflexion Freedom House, seuls 30 % des 47 pays qui composent le Conseil peuvent actuellement être qualifiés de libres.

Où se situe le problème ? Tout simplement dans les règles qui ont été fixées. Tout pays placé sous l’égide de l’ONU peut se porter candidat au Conseil, puis une élection est organisée, qui détermine l’évolution de la situation au cours des trois prochaines années. Le problème, cependant, c’est que sur les 193 pays de l’ONU, l’Occident n’est pas majoritaire, de sorte que les pays où des violations des droits de l’homme sont ou pourraient être commises siègent également au Conseil. L’un d’entre eux est la Chine, qui s’est notamment rendue coupable de crimes contre l’humanité. Elle exerce également une grande influence sur une grande partie de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique latine.

La situation des droits de l’homme dans la province du Xinjiang, où vit la minorité opprimée des Ouïghours, a fait l’objet d’un vote à l’ONU l’année dernière. Mais la Chine a obtenu suffisamment de voix pour apparaître, sur le papier, plus propre qu’un lys aux yeux du monde. Le groupe VW, qui a été accusé d’être complice de l’oppression et du travail forcé dans ses usines partiellement contrôlées, a également obtenu un nouveau glissement. Mais un audit réalisé par le cabinet allemand Loening Human Rights and Responsible Business affirme désormais qu’il n’y a pas d’esclavage moderne ou quoi que ce soit d’autre dans l’usine de Volkswagen, qui est gérée conjointement avec la société chinoise SAIC.

Le résultat de l’audit est basé sur des entretiens avec certains employés, ainsi que sur l’examen des contrats et des fiches de paie des 197 personnes qui travaillent pour SAIC-VW. Le résultat de l’audit est qu’il n’y a pas de problème, et ses conclusions sont que « les employés perçoivent des salaires supérieurs à la moyenne et manquent peu à peu de travail ». Cela confirme ce que le patron du groupe, Herbert Diess, avait déjà affirmé, à savoir que le constructeur automobile allemand ne fait qu’améliorer la situation des habitants de la région. « Comme partout ailleurs dans le monde, nous voulons nous assurer que nos normes de travail sont en place et que les différences culturelles et religieuses sont respectées », avait-il déclaré à l’époque.

Nous ajouterons seulement que deux avocats chinois ont également supervisé l’exactitude de l’ensemble. Et qu’il n’y a vraiment pas beaucoup de travail dans cette usine, comme en témoigne le nombre d’employés. Il y en avait autrefois beaucoup plus, mais ils ont pour la plupart été licenciés après que les ventes de Volkswagen en Chine ont chuté de manière significative et que ses activités dans ce pays ont été réduites. Dans ces circonstances, vous pouvez lire les conclusions de l’audit.

VW a commandé un audit de son usine chinoise à la suite d'allégations de travail forcé. Le résultat ?
Les Allemands exploitent plusieurs usines en Chine, mais celle de la province de Xinjiang en particulier a été critiquée pour son oppression répétée des Ouïgours. Selon un audit, l’activité du constructeur automobile est pourtant limpide. Photo : Volkswagen-SAIC

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de l’équipe éditoriale ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de manière similaire par des tiers.