Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Électrique ? Non, elle a un bon vieux moteur V6 sous le capot.

Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Électrique ? Non, elle a un bon vieux moteur V6 sous le capot.

/

Nous sommes habitués à réagir avec prudence aux performances extrêmes, souvent historiquement les plus élevées, des innovations automobiles, car elles sont souvent couplées à des motorisations électriques qui rendent les performances difficiles à utiliser. Mais la nouveauté roumaine n’a pas de problème avec cela, elle veut réussir le Dakar même avec Maître Loeb au volant.

Le Rallye Dakar de cette année, qui n’a rien à voir avec le Dakar, s’est terminé il y a deux semaines. Martin Macík a remporté la catégorie camion pour la première fois de son histoire, ramenant le championnat en République tchèque après vingt-trois ans. Mais l’attention s’est également portée sur Carlos Sainz, car le pilote espagnol fêtera ses 62 ans en avril. À cet âge, certaines personnes ont du mal à monter les escaliers de leur maison, mais le légendaire Espagnol a remporté la catégorie automobile pour la quatrième fois. Chaque fois, il l’a fait avec une voiture différente.

Cette année a également été particulière à cet égard, car Sainz a été mené aux lauriers d’or par l’Audi RS Q e-tron hybrid. Trois moteurs électriques à aimant permanent MGU05 se sont chargés de faire tourner les roues, mais sans le moteur à essence de deux litres comme générateur d’énergie, la voiture n’aurait été nulle part. Il s’est donc contenté d’une batterie relativement petite d’une capacité de 52 kWh. Il est intéressant de noter que Sainz n’a remporté aucune étape, mais que ses performances régulières lui ont permis de se hisser en tête du classement.

On peut se demander si le coureur espagnol reviendra sur les lieux du crime l’année prochaine. Pas nécessairement en raison de son âge, mais à la lumière des spéculations selon lesquelles Audi a l’intention de quitter le sport également. Mais même si nous ne le voyons pas au volant d’une voiture d’une autre équipe, il y aura une raison de regarder la course. Car Dacia sera de la partie, et elle ne pense pas à autre chose qu’à une victoire immédiate dès ses débuts. C’est pourquoi elle s’est adjoint les services du quintuple vainqueur du Dakar, Nasser Al-Attiyah, et du nonuple champion du monde des rallyes, Sébastien Loeb.

Le duo sera rejoint par Cristina Gutiérrez, qui a déjà rencontré Loeb dans le championnat Extreme E et qui possède également une certaine expérience du rallye Dakar. La Dacia la plus puissante de tous les temps, le prototype Sandrider, deviendra alors un outil de travail pour elle et les deux légendes précitées. Mais ne vous attendez pas à un groupe motopropulseur électrique comme celui d’Audi dans son cas ; à la place, un moteur six cylindres biturbo de trois litres développant 360 ch a été installé sous la carrosserie en carbone, dans un cadre tubulaire.

Bien sûr, comparé à la RS Q e-tron, ce n’est qu’une « théière », car bien que ce moteur à essence de deux litres produise un maximum de 272 ch en position générateur, les deux moteurs électriques ont été réglés pour atteindre 392 ch. Quant au troisième, il était censé produire 272 chevaux. Il n’est pas surprenant que les conducteurs aient trouvé cette spéciale brutale en raison de son accélération. Mais comme nous l’avons déjà mentionné, malgré cet avantage, Sainz n’a pas remporté une seule spéciale. La Dacia, équipée d’une nouvelle séquence à six rapports et d’une transmission intégrale, a donc toutes les chances de s’imposer lors de la dernière épreuve.

Nous pouvons également mentionner que la voiture est équipée de pneus BF Goodrich montés sur des jantes en fonte de 17 pouces. Leurs boulons ne devraient pas se perdre dans le sable, grâce à des plaques magnétiques intégrées dans la carrosserie. Les années d’expérience des coureurs susmentionnés sont à l’origine de cette astuce. Malgré cette mesure, les ingénieurs de Dacia ont veillé à limiter le poids de cette voiture de 4 140 millimètres de long, censée être plus légère d’une quinzaine de kilos par rapport à la concurrence.

À l’intérieur, le conducteur trouvera des sièges Sabelt recouverts d’un tissu spécial antibactérien censé réguler spontanément l’humidité. Un tel dispositif sera certainement très utile dans les dunes de sable chaudes. Mais les informations dont nous disposons s’arrêtent là, il ne nous reste plus qu’à évoquer les débuts de la voiture en compétition, qui auront lieu en octobre lors du Rallye du Maroc. Comme pour le prochain Dakar, le Sandrider brûlera du carburant synthétique lors de cette épreuve, pour éviter que quelqu’un ne dise que ce n’est pas « durable ».

Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Électrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 1 - Dacia Sandrider 2024 première photo 01Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 2 - Dacia Sandrider 2024 première photo 02Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 3 - Dacia Sandrider 2024 première photo 03Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 4 - Dacia Sandrider 2024 première photo 04Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 5 - Dacia Sandrider 2024 première photo 05Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 6 - Dacia Sandrider 2024 première photo 06Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se cache un bon vieux moteur V6 - 7 - Dacia Sandrider 2024 première photo 07Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se trouve un bon vieux V6 - 8 - Dacia Sandrider 2024 première photo 08Dacia a dévoilé la voiture la plus puissante de son histoire. Electrique ? Non, sous le capot se trouve un bon vieux moteur V6 - 9 - Dacia Sandrider 2024 première photo 09
Le Sandrider est un prototype vraiment extrême, propulsé par un moteur six cylindres de trois litres à double turbocompresseur. C’est une solution remarquable à notre époque. Photo : Dacia

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.