Ford s’est retranché, avec d’autres, pour réclamer de manière hystérique le maintien de l’interdiction des voitures à combustion interne en Grande-Bretagne.

Ford s’est retranché, avec d’autres, a commencé à appeler de façon hystérique au maintien de l’interdiction des voitures à combustion interne en Grande-Bretagne

/

De manière réaliste, les meilleures solutions techniques n’ont pas besoin de l’interdiction de leurs prédécesseurs pour réussir. C’est aussi simple que cela. Ford et d’autres constructeurs automobiles admettent maintenant ouvertement qu’ils ont parié sur quelque chose de pire, et ils travaillent bec et ongles pour s’assurer qu’il ne leur reste rien d’autre que des yeux pour pleurer. Personne ne leur interdit de ne vendre que des voitures électriques si elles sont si bonnes.

Le Royaume-Uni a fait sensation dans le monde de l’automobile, alors qu’il n’a fait que ce qu’il aurait dû faire depuis longtemps. Et il est fort probable qu’il ne le fasse pas pour la dernière fois. Il s’agit de reporter de cinq ans l’interdiction de vente des nouvelles voitures à combustion, puisque celle prévue pour 2030 s’est déjà révélée économiquement non viable, notamment en 2023.

Nous ne sommes pas vraiment surpris qu’une telle mesure soit prise, nous le disons depuis plusieurs années. Nous ne nous en réjouissons pas non plus, car au lieu d’un non-sens, un autre s’annonce – 2027, 2030, 2035, 2040… Peu importe, c’est la même connerie que l’autre, imposer politiquement une solution technique spécifique à quoi que ce soit X années à l’avance est tout simplement absurde. Et ce n’est jamais qu’une question de temps avant que tout le monde ne s’en aperçoive.

Néanmoins, les constructeurs automobiles pourraient être satisfaits, car cela leur libère les mains. Ils peuvent continuer à être guidés principalement par les souhaits de leurs clients, et ne pas penser à ce qu’ils feront dans 7 ans lorsqu’il ne leur restera plus que des produits non désirés et que tous les autres auront été interdits par « quelqu’un ». Certains aiment être, comme Toyota, qui réclame depuis longtemps de la variété et non de l’uniformité. Mais la plupart sont heureux de ne pas l’être, et le plus absurde, c’est que Ford s’est mis à leur place.

La réaction de Ford et d’autres constructeurs et associations montre à quel point nous vivons à une époque perverse. De nombreuses entreprises montrent à quel point elles ne sont pas compétitives et, en fait, ne veulent pas l’être. Elles ne veulent plus se battre, elles ne veulent pas s’adapter aux évolutions techniques et aux demandes changeantes des clients. Ils veulent planifier leur avenir en fonction des diktats politiques, ils veulent faire la seule chose possible et ne tenir compte de rien d’autre. Nous le savons depuis longtemps, mais le pire, c’est qu’en fin de compte, ils n’en ont pas le moins du monde honte.

En effet, à la tête de cette foule honteuse se trouve Ford, qui, en tant que fabricant de gros flops, a parié sur un flop encore plus gros. D’un point de vue purement rationnel, il n’était pas logique d’abandonner des modèles recherchés comme la Fiesta, la Focus et la Mondeo et de se concentrer sur des absurdités électriques dont personne ou presque ne veut. Et ce n’est pas une hyperbole : si l’on examine les ventes de Ford en République tchèque pour les huit premiers mois de l’année, on constate que 2 646 voitures à essence et 1 186 voitures diesel ont été vendues sur les 4 046 commercialisées par l’ovale bleu. Il y a également 138 hybrides, 36 voitures non classées et seulement 40 voitures électriques. C’est un chiffre qui ne vaut même pas la peine d’être évoqué, et pourtant c’est tout ce que Ford veut offrir dans quelques années ?

Cela n’aurait absolument aucun sens si les dirigeants ne pariaient pas sur le fait que les hommes politiques ouvrent la voie à la vente de ces seules voitures. On peut parler de spéculation, mais maintenant que les Britanniques s’apprêtent à retarder de cinq ans l’interdiction des voitures à combustion interne, Ford dénonce immédiatement un énorme problème. Pour qui ? Seulement pour lui, cela ne peut nuire à personne d’autre. Pourtant, la responsable de la division britannique, Lisa Brankin, laisse échapper cette absurdité : « Notre entreprise a besoin de trois choses de la part du gouvernement britannique : de l’ambition, de l’engagement et de la cohérence. Mais ce retard compromet ces trois éléments ».

J’espère que ce n’est même pas vrai. Ford peut être aussi ambitieux, engagé et cohérent qu’il le souhaite. S’il pense que les voitures électriques sont si géniales, rien ne l’empêche de commencer à les vendre dès demain. Alors pourquoi ne le fait-il pas ? Et pourquoi critique-t-il la simple suggestion d’une plus grande liberté sur le marché ? Parce qu’il sait qu’il a misé sur un cheval mort et qu’il veut que nous galopions avec lui, même si nous ne le voulons pas. Les solutions techniques réellement supérieures n’ont pas besoin de l’interdiction de leurs prédécesseurs pour réussir. Et si Ford les réclame, c’est qu’il sait qu’il n’a rien de mieux en main. Il le savait depuis longtemps, mais il a misé sur un cheval mort. Et maintenant, il se demande s’il ne devrait pas en descendre ?

Et ne vous laissez pas abuser par les « cris verts », même en ce qui concerne l’environnement, tout retard ou toute abrogation de ces réglementations est bénéfique. En effet, les clients ont bénéficié de cinq années supplémentaires pour remplacer leur vieille voiture à combustion interne par une nouvelle voiture abordable et plus propre qui leur durera des décennies. Mais de nombreux chefs d’entreprise ne sont pas en mesure de comprendre cela. Par exemple, Mike Hawes, représentant de la SMMT, l’association britannique des constructeurs et des concessionnaires, estime que cette mesure ne fera pas de la Grande-Bretagne un leader dans le domaine des transports à zéro émission. « Pour que les clients soient prêts à changer de véhicule, le gouvernement doit envoyer un message clair et proposer des subventions et des infrastructures attrayantes auxquelles on peut faire confiance », déclare-t-il.

Comment un tel projet peut-il être durable ? De toute évidence, les entreprises ne voient ici que la disparition de l’argent de « l’autre », ce que confirme Adrian Keen, le patron d’InstaVolt. Il considère que le retard est un problème parce que les politiciens seront désormais réticents à investir plus d’argent dans la construction de stations de recharge suffisamment tôt. Pourquoi ne pas trouver un modèle économique sensé qui s’en passerait, M. Keen n’y a-t-il pas pensé ? La définition de l’esprit d’entreprise n’est pas de « proposer des absurdités, la main tendue, à ceux qui n’en veulent pas ».

Il convient également de noter la réponse de Kia selon laquelle la décision actuelle causera des problèmes dans le domaine de l’approvisionnement en composants. Et comment cela se fait-il ? D’une part, nous ne croyons pas que quiconque commande quoi que ce soit avec une précision absolue pour 2030, il s’agira toujours d’estimations progressivement affinées. Mais même si c’est le cas, où est le problème ? Si les Coréens, comme Ford, croient implicitement à l’électromobilité, rien ne les empêche de signer déjà des contrats pour 2030 à 2035 pour des métaux précieux ou autre chose. Ils n’ont pas besoin d’aide politique pour faire une telle chose, et le retard est dans le seul pays où Kia a vendu 3,45 % de sa production mondiale l’année dernière. Les lamentations actuelles ne peuvent donc être considérées que comme un faux cri d’un très mauvais acteur dans une très mauvaise pièce.

Les constructeurs automobiles ne veulent tout simplement pas prendre de risque, ils ne veulent pas jouer le même jeu que pratiquement tous les autres. Les fabricants de vêtements savent-ils ce qui sera porté en 2030 ? Les fabricants de pâtisseries savent-ils ce que les gens aimeront à cette époque ? Les fabricants de téléphones portables savent-ils quelle technologie sera « à la mode » dans 7 ou 12 ans ? Personne ne sait rien. Tout le monde fait des recherches et tire le meilleur parti possible, tout en sachant qu’il est possible de passer à côté des goûts ou des besoins actuels du client et d’échouer. Les constructeurs automobiles font cela depuis plus de 100 ans et cela leur pose un problème aujourd’hui ? Ils devraient cesser de se plaindre, parier sur ce qu’il y a de mieux en fonction de leurs connaissances et de leur expérience et cesser d’appeler de leurs vœux une politique de réglage minutieux à l’avenir. Que les voitures électriques ne soient pas la solution, c’est ce qu’ils savent le mieux. Qu’ils arrêtent donc de nous les imposer, cela nuit à tout le monde, y compris à eux-mêmes.

Ford s'est retranché, avec d'autres, et a commencé à réclamer de manière hystérique le maintien de l'interdiction des voitures à combustion interne en Grande-Bretagne - 1 - Ford Mustang Mach-E GT Autobahn video illusion 01Ford s'est retranché, et avec d'autres, a commencé à réclamer hystériquement le maintien de l'interdiction des voitures à combustion interne en Grande-Bretagne - 2 - Ford Mustang Mach-E GT Autobahn video ilu 02Ford a abandonné, et avec d'autres, a commencé à appeler hystériquement au maintien de l'interdiction des voitures à combustion interne en Grande-Bretagne - 3 - Ford Mustang Mach-E GT Autobahn video ilu 03
En huit mois cette année, l’ovale bleu a vendu ici 40 Mustang Mach-E, soit pas moins de 4 006 voitures de la marque dotées d’une motorisation autre qu’électrique. Le constructeur voit donc bien qu’il a misé sur un cheval mort, mais au lieu de descendre, il veut que les politiques empêchent la vente d’autre chose. C’est absurde. Photo : Ford

Ford, Reuters, SMMT, SDA

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.