Hyundai et Kia reviennent également en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions de la même manière que VW et Nissan

Même Hyundai et Kia reviennent en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions comme VW et Nissan.

/

Il semble que les constructeurs automobiles soient prêts à agir de la sorte depuis longtemps, attendant simplement de voir qui déclencherait l’avalanche. C’était VW et les autres n’ont apparemment aucun problème à se joindre à eux. Hyundai et Kia vont donc relancer la production et la vente des Solaris, Creta et Rio en Russie, mais elles porteront le logo GAC, qu’elles n’utilisent pas ailleurs.

Nous nous sommes exprimés à de nombreuses reprises sur le sujet des sanctions imposées par les puissances internationales à la Russie après son invasion de l’Ukraine. La plupart du temps sur un ton plutôt triste, car même si les sanctions ont techniquement fonctionné comme le souhaitaient leurs architectes, elles ne remplissent pas leur objectif. La Russie ne semble pas avoir été affectée par ces sanctions comme elle aurait dû l’être, simplement parce que trop peu de pays se sont joints à elles. Et les Russes ont réussi à s’adapter à la nouvelle situation – ils ont trouvé de nouveaux clients et de nouveaux fournisseurs qui ne sont pas nécessairement ravis de la guerre, mais qui acceptent volontiers les matières premières bon marché des Russes.

Par conséquent, nous pouvons nous demander si l’Occident, en particulier, ne s’est pas fait plus de mal à lui-même par certaines de ses mesures. Notre secteur d’activité est l’industrie automobile et, dans ce domaine, le bilan semble clairement négatif. De nombreuses entreprises automobiles ont dû quitter la Russie, y compris l’entreprise tchèque Skoda, pour laquelle la Russie était le deuxième plus grand marché au monde, mais les Russes peuvent toujours acheter à peu près n’importe quoi, au moins via la Chine. Les constructeurs eux-mêmes ont laissé faire pendant longtemps, mais il semble qu’ils soient désormais à bout de patience.

Après tout, les constructeurs automobiles avaient dès le départ un moyen technique de contourner les sanctions. Presque tout le monde fabrique en Chine, et la Chine travaille avec la Russie sans aucune pitié. Ce n’est donc pas un problème de prendre une Skoda chinoise et de la proposer en Russie, c’est possible. Mais les entreprises ont eu peur d’une réaction négative de la part du public ou des politiciens, alors elles ont attendu. Personne n’a osé revenir complètement sur le marché, mais de plus en plus d’entreprises se lancent dans une sorte de variante de Ford.

Nous avons écrit récemment que Volkswagen, puis Nissan, revenaient en Russie par la petite porte, avec leurs propres voitures portant des badges différents. Il ne s’agit pas d’une importation clandestine, mais d’une action officielle nécessairement sanctifiée par les constructeurs automobiles eux-mêmes. Dans le cas de VW, les Russes pourront acheter des Jetta, qui étaient jusqu’à présent essentiellement une affaire chinoise, tandis que Nissan a décidé que la Nissan Paladin vendue en Chine sous le nom de Dongfeng Oting serait proposée sur le marché russe sous le nom d’Oting Paladin.

Si VW et Nissan osent le faire, que peuvent faire les autres ? Les Coréens ont dans leur portefeuille les anciens best-sellers absolus du marché russe, à savoir les modèles Solaris, Creta et Rio, soutenus par les constructeurs automobiles Hyundai et Kia. Et même ces derniers n’ont probablement pas pu se contenter d’observer les développements actuels en silence et ont accepté de faire pratiquement la même chose. Ainsi, la chaîne Russkiy Avtomobil, habituellement bien informée, rapporte sur Telegram que les Coréens vont confier l’usine de Saint-Pétersbourg, d’une capacité de 220 000 voitures par an, à un consortium russo-chinois, qui y produira les voitures susmentionnées.

Il s’agit de la société russe AGR, qui fait partie du holding Avilon, et de la société automobile GAC. Avilon possède déjà l’ancienne usine VW de Kaluga, où était produite la Skoda Rapid. Il s’apprête maintenant à reprendre officiellement l’usine de Saint-Pétersbourg, qui est entièrement autonome – elle dispose également d’un atelier d’emboutissage ou de peinture. Le trio Solaris, Creta et Rio sera donc reconstruit sur le site, mais tout comme VW ne veut pas être comme VW en Russie et Nissan ne veut pas être comme Nissan en Russie, Hyundai et Kia n’opéreront pas non plus dans le pays sous leurs propres marques.

C’est là que la marque chinoise GAC entre en jeu avec son propre réseau de distribution. Son logo et sa marque spécifique doivent figurer sur les voitures. Ainsi, le loup se nourrira, car les voitures coréennes continueront d’être fabriquées et proposées dans le pays, tandis que la chèvre de leur image restera entière, car Hyundai et Kia ne le seront pas réellement – même si les voitures de ces marques, comme GAC, ne sont vendues nulle part ailleurs.

Nous ne serions donc pas surpris si, en réponse à cette initiative, ils déclaraient qu’il s’agit d’une initiative russe ou chinoise et qu’ils n’y sont pour rien, mais quelqu’un pense-t-il vraiment que d’autres entreprises pourront produire des voitures Hyundai et Kia avec des logos différents sans l’intervention des entreprises automobiles elles-mêmes ? Je ne pense pas que ce soit techniquement possible de nos jours. Au contraire, nous nous attendons à ce que d’autres constructeurs automobiles qui ont connu le succès en Russie s’engagent dans la même voie.

Bien sûr, il est possible que les entreprises sentent que le conflit en Ukraine se dirige vers une impasse et qu’elles veuillent être prêtes à se retirer de la Russie au cas où. Il sera plus facile de le faire avec des structures locales qui fonctionnent que de reconstruire à partir de zéro. Mais il ne s’agit là que de spéculations. Pour l’instant, il semble surtout que les constructeurs automobiles occidentaux ne veulent pas laisser les Chinois démanteler à mort l’ensemble du marché russe et qu’ils tirent simplement parti des options qui s’offrent à eux.

Même Hyundai et Kia reviennent en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions de la même manière que VW et Nissan - 1 - Hyundai Solaris 2020 first set 01Même Hyundai et Kia reviennent en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions comme VW et Nissan - 2 - Hyundai Solaris 2020 first set 02Même Hyundai et Kia reviennent en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions comme VW et Nissan - 3 - Hyundai Solaris 2020 first set 03Même Hyundai et Kia reviennent en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions comme VW et Nissan - 4 - Hyundai Solaris 2020 first set 04Même Hyundai et Kia reviennent en Russie, leurs voitures y seront même produites. Ils ont contourné les restrictions comme VW et Nissan - 5 - Hyundai Solaris 2020 first set 05
La Solaris, l’un des anciens best-sellers coréens en Russie, sera à nouveau produite et vendue l’année prochaine. Toutefois, l’emblème original sera remplacé par le logo GAC. Photo : Hyundai

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.