Ironie du sort : VW réduit la production de voitures électriques et met en place des équipes supplémentaires pour les voitures à combustion, dans le cadre de la poursuite du rêve électrique.

Ironie du sort : dans sa quête du rêve électrique, VW réduit la production de véhicules électriques et introduit des équipes supplémentaires pour les voitures à combustion interne.

/

Sauf miracle technique extrêmement improbable, il semble inévitable depuis plusieurs années que la tentative d’électrification « forcée » du transport automobile n’aboutisse pas. Et elle n’aboutira pas, mais une sorte de catharsis sur le chemin du retour à la normale sera évidemment très douloureuse.

Il n’y a pas de progrès sans essais et sans les inévitables erreurs qui les accompagnent. En tant que personne de la décennie travaillant principalement dans un domaine extrêmement dynamique (l’informatique) où il faut être prêt en permanence à inventer et à changer les choses sous peine de perdre très rapidement sa pertinence, je n’ai absolument aucun problème à accepter un tel état d’esprit malgré mon conservatisme inhérent. Je n’ai pas non plus de problème avec le fait que quelqu’un (depuis combien de fois ?) a pensé que l’avenir des voitures était électrique. Et qu’il ait commencé à y travailler. Le seul problème est qu’au moment opportun, il n’a pas été capable de reconnaître qu’il s’agissait d’une erreur, même dans l’état actuel de la technique, qui pourrait nous coûter très cher sans nous mener nulle part.

Cela dit, on ne peut pas dire que les « guerriers de l’avenir électrique » n’ont pas évolué depuis l’époque où les vieux routiniers de l’automobile les prévenaient de ce qui allait arriver et de ce que cela allait faire. Pas plus tard que l’automne dernier, il était courant dans mon deuxième pays d’origine, les Pays-Bas, de nier l’existence d’un transfert de clientèle au détriment des voitures électriques, en arguant de la poursuite de la croissance dans le contexte des chiffres annuels, etc. jusqu’à ce que des coups comme l’effondrement apparent des ventes en Allemagne ne permettent plus d’admettre la vérité.

Les ventes sont maintenant « officiellement » évaluées, mais il s’agit toujours de ce fait, c’est-à-dire de la reconnaissance du fait que les VE ont un problème de vente, rien de plus. Il y a maintenant un débat intense sur qui est à blâmer, alors qu’admettre que c’est la non-compétitivité interne profonde de ce type de voiture n’est toujours pas dans les cartes. Les « coupables » sont désignés chaque jour, de manière absurde – dernièrement, même « Mr. Bean » a été inclus. Le fait que des activistes parfois un peu puérils refusent d’admettre la vérité n’est pas si surprenant ; ce qui est fascinant, c’est que de nombreux constructeurs automobiles n’ont toujours pas atteint le stade de la catharsis.

VW, qui est peut-être le plus grand promoteur de l’électromobilité, est l’un d’entre eux. Il doit être particulièrement clair pour les Allemands qu’ils n’y arrivent pas avec les voitures électriques, que le rapport entre le potentiel investi dans ces voitures et ce qu’elles produisent est totalement disproportionné. Ils n’ont pratiquement aucun grand marché pour marquer des points avec eux – des ventes peu convaincantes les ont pénalisés dans leur pays d’origine, l’Allemagne, dans la plus grande Chine et peut-être aux États-Unis, où ils sont si désireux de réussir. Pourtant, ils s’accrochent dogmatiquement à la première ligue électrique, aussi fort qu’ils le peuvent.

Plus récemment, le directeur de la concession américaine de VW a révélé à Reuters que VW s’en tiendrait à son plan de lancement de 25 nouveaux modèles électriques aux États-Unis d’ici 2030, malgré la baisse des ventes. Qui les attend ? Probablement pas grand monde, compte tenu de la situation actuelle en Europe, qui est beaucoup plus favorable aux VE.

Comme le rapportent nos collègues de Auto, Motor und Sport, et comme le précise le Braunschweiger Zeitung, un peu plus local, le constructeur automobile a reçu un signal clair de la part de ses clients : les voitures électriques ne sont pas sur la bonne voie, tandis que les modèles à combustion interne reviennent sur le devant de la scène.

En réponse, la ligne de production d’Emden s’est arrêtée non seulement pour l’ancienne Passat, mais aussi pour la ID.7 purement électrique, tandis que les usines pour les modèles à combustion ne produisent pas assez. La nouvelle génération de Passat produite à Bratislava et les modèles Tiguan et Golf produits à Wolfsburg ont des carnets de commande tellement remplis que les constructeurs automobiles doivent mettre en place des équipes supplémentaires.

Cela signifie que l’usine principale de VW fonctionnera à nouveau à plein régime les week-ends. Même le Touran négligé est soudainement si demandé que le constructeur automobile augmente déjà la production de la Golf, de la Golf Variant, du Tiguan, du Touran et de la Tarraco (Seat) (série T) de deux équipes tous les samedis et dimanches à partir du week-end prochain. Cette mesure devrait durer au moins jusqu’à la mi-mars. Le contraste est saisissant avec la situation à Emden, où la fin de la production de la Passat sera suivie d’un arrêt de la production de son successeur électrique, l’ID.7. Selon AMS, la demande pour cette voiture « a tellement chuté que VW a dû arrêter la production pendant deux jours ».

Il n’est pas surprenant que cela soit tout à fait contraire aux attentes de VW. Mais qu’il y ait un contraste frappant avec ce que VW continue de planifier dans un avenir proche et lointain est tout à fait absurde. Que faut-il encore qu’il se passe pour que les amateurs de VE comprennent enfin que non seulement ces voitures ne se vendent pas aussi bien qu’ils l’espéraient, mais qu’elles ne peuvent même pas se vendre aussi bien. Et pas à cause des médias, des concessionnaires ou de M. Bean, mais à cause de ces voitures elles-mêmes ? La capacité à admettre que l’on a misé sur le mauvais cheval est inévitable dans toute tentative de progrès. Nous ne comprenons pas pourquoi tant de personnes, par ailleurs très éloquentes, sont incapables de le faire, encore et encore, et ne font qu’exacerber les problèmes qu’elles ont causés à l’origine. Le chemin du retour à la pensée rationnelle sera manifestement épineux.

Ironie du sort : VW, en pleine poursuite du rêve électrique, réduit la production de VE et met en place des équipes supplémentaires sur les voitures à combustion interne - 1 - VW Passat Emden wyroba 01Ironie du sort : VW réduit la production de voitures électriques et met en place des équipes supplémentaires pour les voitures à combustion interne, en pleine poursuite du rêve électrique - 2 - VW Passat Emden vyroba 02Ironie du sort : VW réduit la production de voitures électriques et introduit des équipes supplémentaires pour les voitures à combustion interne dans le cadre de la poursuite du rêve électrique - 3 - VW Passat Emden vyroba 03Ironie du sort : dans sa quête du rêve électrique, VW réduit la production de VE et introduit des équipes supplémentaires pour les voitures à combustion interne - 4 - VW Passat Emden vyroba 04Ironie du sort : dans sa quête du rêve électrique, VW freine la production de VE et introduit des équipes supplémentaires sur les voitures à combustion interne - 5 - VW Passat Emden vyroba 05Ironie du sort : dans sa quête du rêve électrique, VW freine la production de VE et introduit des équipes supplémentaires sur les voitures à combustion interne - 6 - VW Passat Emden vyroba 06
La production de la Volkswagen Passat B8 s’arrête à Emden, comme on pouvait s’y attendre, mais il est notable que la production de la ID.7 électrique qui était censée la remplacer si brillamment y soit également arrêtée. En revanche, la nouvelle Passat B9, produite à Bratislava, est à nouveau très demandée, tout comme la Golf, le Tiguan et d’autres modèles à combustion interne. Que faut-il encore qu’il se passe pour que VW comprenne ? Photo : Volkswagen

Auto, Motor und Sport, Braunschweiger Zeitung, Reuters

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.