La grève européenne contre Tesla prend une forme de plus en plus absurde, l’entreprise est soumise au chantage de personnes qui n’ont aucun problème avec leur emploi

La grève européenne contre Tesla prend une forme de plus en plus absurde, l’entreprise est soumise au chantage de personnes qui n’ont aucun problème avec leur travail.

/

D’une manière générale, nous ne sommes pas favorables aux grèves, mais nous les respectons en tant que moyen extrême de faire aboutir les revendications légitimes des travailleurs. Mais pourquoi des personnes qui n’ont aucun problème avec leurs propres conditions de travail se mettent-elles en grève maintenant ? De plus, interfèrent-ils avec les activités de la seule entreprise qui ne les emploie même pas ?

Le droit de grève est également garanti dans notre pays par la Charte des droits et libertés fondamentaux et, à ce titre, nous le respectons. En effet, dans le passé, nous avons vu plus d’une fois que ce n’était que ce moyen extrême qui forçait quelqu’un à cesser d’agir en contradiction apparente avec les intérêts de la population. Dans notre pays, les grèves sont réduites au minimum, et nous pensons que les Tchèques utilisent cet instrument de manière raisonnable, mais dans certains pays, des grèves sont organisées pour chaque chose stupide que les gens revendiquent juste parce qu’ils le peuvent. La France en est un exemple.

Mais on peut toujours considérer, au moins techniquement, qu’il s’agit d’une grève légitime si quelqu’un cesse de travailler pour l’entreprise qui l’emploie dans l’espoir d’obtenir de meilleures conditions pour lui-même et pour ses collègues. On peut parler de coercition légale, mais ce qui s’est élevé contre Tesla en Scandinavie s’apparente davantage à du chantage et à de l’intimidation à l’égard d’une entité particulière par des personnes qui n’ont aucune relation de travail avec elle.

Au départ, 130 mécaniciens ont exigé que le constructeur automobile signe une convention collective avec le syndicat censé les représenter. Tesla a longtemps refusé de le faire, et pas seulement en Suède, mais dans le monde entier. Cependant, ce pays est très socialiste, avec environ 90 % des employés appartenant à un syndicat. Nous ne sommes pas obligés d’être d’accord avec cela, mais il s’agissait d’une demande pertinente et la grève d’un moyen pertinent. La suite des événements a été qualifiée de « folle » par Elon Musk. Et, exceptionnellement, nous le comprenons tout à fait.

Car ces mécaniciens ont été progressivement rejoints par des nettoyeurs dans les showrooms de la marque, des électriciens réparant le réseau de Superchargeurs, et des dockers déchargeant et chargeant les voitures. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour Elon Musk, c’est l’implication des facteurs, qui a fait que Tesla ne recevait plus les plaques d’immatriculation et les documents nécessaires à l’enregistrement des voitures. Le problème est qu’aucune de ces personnes ne travaille pour Tesla, et qu’elles se sont mises en « grève » dans le cadre de leur emploi auprès d’une entreprise complètement différente qui a un contrat avec Tesla pour ceci ou cela, et contre une seule entreprise. Nous sommes surpris que cela soit même légalement possible, mais la Suède est la Suède.

Néanmoins, cette pratique ayant ses limites, le constructeur automobile a fait appel à des avocats pour se battre et a au moins obtenu devant le tribunal que les autorités assurent la livraison des étiquettes, même si les facteurs ne coopèrent pas. D’autres actions en justice allaient suivre et, pendant un certain temps, Tesla a semblé sorti d’affaire. Entre autres, parce qu’elle avait réagi à la grève avec beaucoup de souplesse et qu’elle avait contourné les ports suédois remplis de grévistes avec l’aide d’autres ports, notamment danois. Mais voilà que le constructeur automobile est à nouveau acculé au pied du mur.

Le syndicat danois 3F a en effet annoncé qu’il cesserait de décharger les Teslas destinées au marché suédois dans deux semaines. Là encore, il s’agirait d’une mesure de solidarité, mais cette fois-ci, elle ne concerne pas seulement une autre entreprise, mais aussi un autre pays. Cela semble tout à fait déplacé – quel problème les travailleurs portuaires danois ont-ils avec leur emploi ? Tesla ne les emploie pas, et le travail qu’ils effectuent pour elle contribue indirectement à leurs salaires. C’est à vomir.

« Même si vous êtes l’une des personnes les plus riches du monde, vous ne pouvez pas établir vos propres règles. Ici, dans le Nord, nous avons conclu certains accords en matière de relations professionnelles et si vous voulez faire des affaires ici, vous devez les respecter », a déclaré Jan Villadsen, le dirigeant du syndicat 3F, d’un ton gentiment syndicaliste. Mais même ses paroles frôlent le chantage. Une fois de plus, les Danois n’ont aucun problème avec leurs conditions de travail et ne travaillent pas pour Tesla. Pourtant, ils refusent de faire le travail auquel ils sont contractuellement obligés par leur employeur, qui les rémunère en fonction de leurs idées. Ne serait-ce que pour cette raison, nous nous attendons à d’autres actions en justice et, bien entendu, à des pressions sur ces entrepreneurs.

Il est impossible de deviner à ce stade qui aura le dernier mot. Toutefois, le fait est que l’humeur de la société s’est généralement dégradée. Cette situation est en grande partie imputable aux hommes politiques, qui ont fondamentalement faussé le fonctionnement classique du marché et ont surtout touché la classe moyenne par leurs actions. Il ne reste plus qu’une poignée de personnes très riches et des masses de personnes plus pauvres. Le fossé qui sépare ces deux camps suscite un mécontentement croissant chez certains d’entre eux. Et pour tenter de se sentir au moins mieux, ils se tournent vers des environnements qui, à notre avis, se situent en dessous du niveau minimum de correction acceptable.

La grève européenne contre Tesla prend une forme de plus en plus absurde, l'entreprise étant soumise au chantage de personnes qui n'ont aucun problème avec leur travail - 1 - Tesla Gigafactory Berlin 2022 nova set 01La grève européenne contre Tesla prend une forme de plus en plus absurde, l'entreprise est soumise au chantage de personnes qui n'ont aucun problème avec leur travail - 2 - Tesla Gigafactory Berlin 2022 nova set 02La grève européenne contre Tesla prend une forme de plus en plus absurde, l'entreprise est soumise au chantage de personnes qui n'ont aucun problème avec leur travail - 3 - Tesla Gigafactory Berlin 2022 nova set 03La grève européenne contre Tesla prend une forme de plus en plus absurde, l'entreprise est soumise au chantage de personnes qui n'ont aucun problème avec leur travail - 4 - Tesla Gigafactory Berlin 2022 nova set 04
La grève contre Tesla a été lancée par 130 mécaniciens en Suède. Mais ils ont été progressivement rejoints par neuf syndicats, et la protestation a maintenant franchi la frontière du Danemark voisin. Mais ces personnes ne travaillent pas pour Tesla et n’ont aucun problème avec leurs conditions de travail, c’est un peu la prise de tête. Photo : Tesla

Source : Auto News

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.