La prétendue aversion des piétons pour les voitures est totalement artificielle ; selon l’enquête, les piétons sont au contraire gênés par les moyens de transport prototypés d’aujourd’hui

La prétendue aversion des piétons pour les voitures est totalement artificielle ; selon une enquête, les piétons sont au contraire gênés par les moyens de transport protégés d’aujourd’hui.

/

Cela nous rappelle une fois de plus à quel point la politique a perdu le contact avec la vie réelle. Alors que les politiciens cherchent à séparer le plus possible les voitures des piétons et à inciter les automobilistes à prendre le vélo pour le bien de tous, ce sont les vélos et les scooters qui gênent le plus les piétons.

Ces dernières années, les hommes politiques se sont plu à rappeler dans les médias que les villes sont faites pour les gens et non pour leurs voitures. C’est pourquoi il existe un certain nombre d’interventions qui affectent notre vie quotidienne. Des pistes cyclables sont construites avec l’argent du contribuable, souvent dans des endroits où les gens n’ont jamais vu de vélo auparavant. À cela s’ajoutent la réduction des voies de circulation, l’introduction de taxes pour entrer dans les centres et d’autres restrictions destinées à pousser les gens à quitter les taxis chauffés pour se réfugier dans les rues glaciales. Tout cela au profit de ceux qui se déplacent à pied.

Beaucoup pensent que c’est ce que veulent les gens, mais l’ADAC, l’association allemande des automobilistes, a constaté une situation bien différente dans sa dernière enquête. Et les « faiseurs de bien » ne vont pas s’en réjouir. En effet, seuls 31 % des piétons se sentent menacés par une voiture, ce qui semble beaucoup, mais c’est le taux le plus bas de tous les groupes interrogés. Les piétons considèrent que le problème est tout autre : 53 % d’entre eux estiment que les scooters électriques constituent la plus grande menace, 49 % les cyclistes et 34 % les autres piétons. Le problème est donc exactement ce qui est considéré comme la solution.

Et c’est le cas pratiquement partout. C’est ce que ressentent les habitants de Munich, qui a été désignée comme la ville allemande la plus sûre de tous les temps pour les piétons, et de Mayence, qui a été désignée comme la ville la moins sûre, où les coupables sont exactement les mêmes. Les utilisateurs de scooters électriques arrivent à nouveau en tête avec 56 %, les cyclistes en deuxième position avec 42 % et les autres piétons en troisième position avec 27 %.

Ce ne sont donc pas les voitures que les piétons craignent le plus dans les rues, loin de là. Les responsables politiques ont donc ciblé un groupe d’usagers de l’espace public qu’ils pensaient être un problème. Mais il s’avère que les conducteurs avertis, même dans leurs voitures de 1,5 tonne, sont moins gênants que les cyclistes apparemment moins avertis. De plus, il faut dire que les conducteurs, par le biais de toutes sortes de taxes et autres redevances, contribuent beaucoup plus au fonctionnement de l’infrastructure de transport que les piétons et les cyclistes. Pourtant, ils sont battus.

Michael Haberland, président d’un autre club automobile allemand, Mobil in Deutschland, confirme également que la menace qui pèse sur les piétons n’est pas due aux voitures, mais à quelque chose de complètement différent. En juin, un contrôle de la circulation a été effectué pendant douze heures à Munich, au cours desquelles 133 cyclistes – soit 6,4 % de l’ensemble des utilisateurs de ce moyen de transport – ont brûlé des feux rouges. Bien que certains conducteurs ne respectent pas à 100 % les feux de signalisation, il est loin d’être évident qu’un conducteur sur seize enfreigne les règles.

En outre, de nombreux piétons et cyclistes circulent dans les rues avec des écouteurs dans les oreilles ou un téléphone portable devant les yeux. « Ces personnes ne perçoivent leur environnement que de manière limitée, voire n’entendent absolument rien. En outre, elles ne suivent souvent que les règles qui leur semblent logiques. C’est pourquoi les piétons sont si frustrés », ajoute l’ADAC.

L'aversion supposée des piétons pour les voitures est totalement artificielle, la recherche montre que les piétons sont plutôt dérangés par les véhicules qu'ils fréquentent aujourd'hui - 1 - Restrictions sur la publicité pour les voitures France 2022 01La prétendue aversion des piétons pour les voitures est totalement artificielle, une étude montre que les piétons sont plutôt dérangés par les véhicules qu'ils utilisent aujourd'hui - 2 - Restriction de la publicité pour les voitures France 2022 02La prétendue aversion des piétons pour les voitures est totalement artificielle, une enquête montre que les piétons sont plutôt gênés par les véhicules qu'ils utilisent aujourd'hui - 3 - Publicité restreinte pour les voitures France 2022 03
Contrairement à ce que prétendent les politiciens, les piétons allemands n’ont pas si peur des voitures, le problème vient surtout des cyclistes et des scootéristes. Les groupes préférés aujourd’hui, quel sens cela a-t-il ? Photo d’illustration : Citroën

Sources : (https://www.focus.de/auto/ratgeber/unterwegs/autos-nicht-groesstes-problem-ueberraschendes-ergebnis-so-erkennen-sie-eine-fussgaenger-freundliche-stadt_id_251217169.html Focus), ADAC, Mobil in Deutschland

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.