La subvention tchèque de 200 000 euros pour l’achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l’égard de tous les citoyens ordinaires en cette période d' »austérité »

La subvention tchèque de 200 000 euros pour l’achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l’égard de tous les citoyens ordinaires en période d' »économies ».

/

L’année prochaine, lorsque vous vous demanderez tristement où est passé tout l’argent que vous avez dû nouvellement payer sous forme d’innombrables taxes et autres prélèvements, la réponse sera simple : Peut-être sur la voiture électrique de l’entreprise de votre voisin, qui aurait probablement été vendue de toute façon.

Les finances publiques tchèques ne sont pas vraiment en forme, il n’y a pas lieu d’en discuter à une époque où les déficits budgétaires annuels de l’État s’élèvent à des centaines de milliards de dollars. Le gouvernement actuel a décidé d’y remédier en adoptant un train de mesures qu’il qualifie d' »austérité » mais qui, en réalité, consiste essentiellement à augmenter les prélèvements de l’État et à limiter les possibilités de réduction de certains prélèvements existants.

Il est pratiquement impossible de calculer l’impact concret de ces mesures sur le porte-monnaie de chacun étant donné l’ampleur des changements et des interventions en cours dans un certain nombre d’impôts directs et indirects, divers prélèvements fiscaux autrement nommés (assurance sociale et assurance maladie), des changements dans la fiscalité des entreprises et le caractère onéreux de certains postes pour les entreprises et les entrepreneurs individuels, des réductions de certaines aides, etc. Toutefois, les estimations de dizaines de milliers de couronnes par an dans le cas d’un « citoyen moyen » inexistant semblent réalistes.

Je ne souhaite pas évaluer la stratégie du gouvernement en détail à ce stade. Avec ma mentalité d’économiste et en regardant combien d’argent public est dépensé pour des bêtises diverses, combien il y a de « pensionnés d’invalidité » manifestement fictifs, combien de personnes se « rendent malades » ouvertement pour prolonger leurs vacances, combien de personnes ne déclarent pas leurs revenus réels et touchent des allocations pour ceci ou cela sans en avoir vraiment besoin, etc. Mais soit, l’augmentation des impôts est aussi un moyen légitime d’assainir les finances publiques, même s’il serait erroné de l’appeler par son nom. Toutefois, cette mesure devrait s’accompagner – surtout lorsqu’il s’agit de « mesures d’austérité » – d’une réduction des dépenses inutiles de l’argent public. Or, non seulement rien de tout cela n’est en train de se produire, mais la nouvelle redistribution de l’argent qui vous manquera l’année prochaine est une véritable gifle pour nous tous.

En effet, l’État lance actuellement des subventions très généreuses pour l’achat de voitures électriques. Franchement, étant donné les pressions exercées, notamment quelque part dans le Nord-Ouest, il fallait s’y attendre, mais cela ne change rien à l’absurdité de cette décision à l’heure actuelle. Dans l’état actuel des choses, il s’agit d’une incroyable moquerie à l’égard de tous les citoyens ordinaires qui subissent déjà des années de baisse constante de leur niveau de vie. À partir de janvier 2024, ils subiront un nouveau coup dur et, ce faisant, ils devront voir leur argent servir à soutenir la vente de voitures hors de prix que personne ne voulait, que personne n’achetait naturellement et qui coûtent cher ? Si l’on veut assainir les finances publiques, il faut commencer par les utiliser efficacement. Quel est le rapport avec l’efficacité ?

Pour être plus précis, les entreprises – et seulement les entreprises – pourront acheter une voiture électrique grâce à un prêt garanti par la Banque nationale de développement à un coût (même ici, la construction n’est pas encore totalement comprise) compris entre 0,5 et 1,5 million de couronnes tchèques environ, pour lequel elles recevront une subvention pouvant aller jusqu’à 200 000 couronnes tchèques. Il s’agit d’une somme énorme, même si l’on considère les subventions existantes pour les voitures électriques au sein de l’UE, qui sont toujours de l’ordre de dizaines de pour cent du prix d’achat.

Je ne comprends absolument pas pourquoi, en période d' »austérité », nous devrions prendre l’argent de tous ceux qui ne veulent pas de ces voitures et l’investir dans l’achat inefficace de voitures similaires. Il faut dire qu’en fait, le programme est relativement modeste, puisqu’il prévoit un budget maximum de 1,65 milliard de couronnes tchèques, ce qui est censé suffire pour acheter 4 555 voitures. Toutefois, cela rend le programme encore plus insensé en fin de compte. Avec les ventes actuelles de voitures électriques dans ce pays, les statistiques de vente n’évoluent guère ; quelques milliers de voitures électriques sont vendues ici chaque année, et généralement à des entreprises qui les achètent de toute façon pour diverses raisons, le plus souvent irrationnelles. En résumé, c’est environ 1,65 milliard que quelqu’un vous prend et donne à quelqu’un d’autre pour acheter, disons, une Skoda Enyaq moins chère de 1,5 million qu’il aurait achetée sans cette aide. Sur le plan factuel, ce n’est peut-être pas essentiel, mais sur le plan symbolique, c’est extrêmement regrettable.

Certains se laisseront certainement convaincre qu’il s’agit d' »argent européen », mais cela n’a aucun sens. L’argent européen n’existe pas, l’UE ne génère pas d’argent, elle ne fait que redistribuer l’argent qu’elle a précédemment pris à chacun d’entre nous. Et s’il passe par toutes les institutions européennes, il est d’autant plus coûteux de le redistribuer. L’argent est fongible, et on ne peut pas dire que ceci va à ceci et que cela va à cela – en fait, il y a un « pot » auquel nous contribuons tous de différentes manières et dont certains d’entre nous profitent de différentes manières. Aujourd’hui, 1,65 milliard qui aurait pu être utilisé mille fois plus efficacement va disparaître. De plus, il convient d’ajouter qu’aucune subvention de l’UE n’est prévue à l’avance – nous financerons l’ensemble du programme nous-mêmes dans un premier temps, après quoi nous pourrons demander un remboursement à Bruxelles si certaines conditions sont remplies. Et même dans ce cas, nous ne recevrons que l’argent que nous avons déjà envoyé dans la même direction.

Marian Piecha, directeur principal de la section des fonds européens du ministère de l’industrie et du commerce, a tenté d’expliquer à E15 la raison d’être de ce programme. « Nous voyons deux raisons principales pour lesquelles les entreprises de la République tchèque achètent des voitures électriques. Elles sont motivées par les subventions, qui ne sont pas disponibles avant le lancement de ce programme, et surtout par la possibilité de se garer gratuitement n’importe où à Prague, mais la ville prévoit de supprimer cet avantage prochainement. » Cela vous fait-il tourner la tête, vous aussi ? Ou peut-être voyez-vous la raison principale du comportement particulier de quelqu’un dans quelque chose qui n’est « pas disponible avant le lancement » ? Cela ressemble déjà à « Je ne lui ai parlé qu’au téléphone et donc je ne sais pas et en me disant que cela ne me dérangeait pas de toute façon, je devrais céder. »

Comme on l’a déjà souligné, ce n’est pas grand-chose, compte tenu du gâchis des finances publiques. Mais les grandes économies font les petites économies, et le principe est toujours le même – si je dois économiser à la maison, je vais d’abord réduire les dépenses excessives. Comment cela se combine-t-il avec le fait de sortir 1,65 milliard de votre poche (ou plutôt beaucoup plus, car l’UE et les autorités tchèques ne travaillent pas gratuitement) via Bruxelles et Prague à une entreprise qui achète une voiture électrique simplement parce qu’elle s’est fixé l’objectif d’atteindre un certain pourcentage d’électrification de son propre parc automobile et qu’elle l’obtient ainsi moins cher à vos dépens, jugez-en par vous-même.

Une subvention tchèque de 200 000 euros pour l'achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l'égard de tous les citoyens ordinaires à l'ère de l'La subvention tchèque de 200 000 euros pour l'achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l'égard de tous les citoyens ordinaires à l'ère des La subvention tchèque de 200 000 euros pour l'achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l'égard de tous les citoyens ordinaires à l'ère des La subvention tchèque de 200 000 euros pour l'achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l'égard de tous les citoyens ordinaires à l'ère des La subvention tchèque de 200 000 euros pour l'achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l'égard de tous les citoyens ordinaires à l'ère des La subvention tchèque de 200 000 euros pour l'achat de voitures électriques coûteuses est une moquerie à l'égard de tous les citoyens ordinaires à l'ère des
Nous aimerions dire qu’au moins Skoda appréciera les nouvelles subventions et vendra plus de ses Enyaq, mais ce n’est probablement pas vrai non plus. Il s’agit avant tout d’un supplément pour ceux qui auraient acheté ces voitures de toute façon. Nous dirions que c’est du gaspillage pur et simple. Photo : Skoda Auto

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.