Le patron de Dacia a été interrogé sur la date du passage au tout électrique. Il a simplement répondu : « Je ne sais pas ».

On a demandé au patron de Dacia quand il passerait au tout électrique. Il répond simplement : « Je ne sais pas ».

/

Comment une réponse simple, apparemment stupide, peut s’avérer la plus intelligente possible. Après tout, qui peut savoir à l’avance quelle technologie de propulsion sera la meilleure possible dans les années à venir ? Ce qui est stupide dans ce cas, c’est de « savoir », et non d’admettre ouvertement le contraire.

Pouvez-vous imaginer qu’en l’an 2000, quelqu’un ait pu déterminer la forme future des téléphones portables 11 ans à l’avance ? À l’époque, par exemple, Siemens a sorti le C35, relativement révolutionnaire, et beaucoup de gens ont pu dire que c’était ça : un bel écran noir et blanc de 101×54 pixels, le GPRS, le WAP… Et ce python, qu’est-ce qu’on pourrait trouver de mieux ? Disons simplement qu’au début de la prochaine décennie, la loi imposera des téléphones de ce type. Fini les Nokia 3210, c’est l’avenir.

Si quelqu’un avait réellement fait cela, cela aurait pu être l’avenir, sauf qu’à ce moment-là, Apple n’avait pas sorti le premier iPhone en 2007 et n’avait pas déclenché l’avalanche qui se poursuit encore aujourd’hui. Il n’est tout simplement pas possible de prédire l’avenir des industries technologiques autrement qu’en arrêtant le développement à un moment donné et en ne le faisant pas avancer comme le pensent les auteurs de ces réglementations. Essayer d’imposer la conception de voitures pour 2035 à la fin de 2023 est, en principe, exactement la même chose.

Par conséquent, si vous demandez aujourd’hui à un patron d’entreprise automobile qui fait preuve de discernement ce qu’il proposera dans 5, 10, 15 ou 20 ans, il devra vous répondre qu’il n’en sait rien parce qu’il ne peut tout simplement pas le savoir. Et il ne devrait pas se préoccuper de ce que les politiciens essaient de prescrire, parce que – bien qu’on ne puisse pas l’ignorer complètement – ce ne seront jamais eux qui détermineront la forme de l’avenir. Comme l’a dit récemment le chef de Stellantis, il suffit d’une élection pour tout changer. Pourtant, les uns après les autres, ils font la course pour décider quand les entreprises qu’ils contrôlent ne proposeront que des voitures électriques – 2026, 2029, 2032… Faites votre choix. Mais il y a toujours des exceptions.

Après le lancement du nouveau Duster, AutoCar a demandé au patron de Dacia quand le véhicule passerait à l’électricité pure. La réponse de Denis Le Vot a été simple : « Je ne sais pas ». C’est l’une des rares réponses intelligentes, même avec l’explication que « de telles décisions sont encore loin ». Le nouveau Duster, par exemple, restera environ 8 ans en vente, dit-il, et ce n’est peut-être pas fini. M. Le Vot pense qu’il y aura « beaucoup de place » sur le marché pour maintenir les groupes motopropulseurs à combustion interne en vente jusqu’à cette date et au-delà.

Le patron de Dacia affirme que Renault mise tout sur l’électrification, mais que la marque roumaine est prête à « offrir une alternative à n’importe quel moment du marché ». Et ce n’est pas pour rien que les moteurs à combustion interne sont le « pain et le sel » de Dacia et que la marque elle-même est une « bouée de sauvetage » pour le groupe Renault « dans l’environnement incertain d’aujourd’hui ». Cela ressemble à une stratégie rationnelle que nous avons plus d’une fois « présentée » au groupe VW – il aurait pu faire un « gilet de sauvetage » similaire avec Skoda ou Seat, mais en fin de compte, il se lance à fond dans la mobilité électrique avec tout ce qu’il peut.

« Il ne s’agit pas d’une course pour savoir qui passera le plus vite à l’électrique. Je pourrais presque dire que c’est l’inverse », déclare M. Le Vot avec sagesse. « Bien sûr, il ne s’agit pas de ne rien faire parce que ce n’est pas possible. Nous décarbonisons pas à pas, en commençant par le GPL – 10 % de carbone en moins – puis nous passerons aux hybrides », ajoute-t-il. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il puisse se permettre à l’avenir de faire de la marque une autre marque purement électrique.

« Personne ne peut imaginer lancer en Europe une voiture à moteur à combustion interne qui vivrait entre 2028 et 2034, n’est-ce pas ? Mais il affirme que c’est évidemment possible, parce qu’une telle voiture serait alors en vente en dehors de l’Europe – « nous avons la Turquie, le Maroc et l’Afrique du Nord, l’Amérique latine et l’Inde », dit-il, concluant en disant : « Nous avons le temps. Bref, l’avenir est encore indécis, loin s’en faut.

Le patron de Dacia a été interrogé sur la date du passage à l'électrique. Il répond simplement : On demande au patron de Dacia quand il passera au tout électrique. Il répond simplement : On demande au patron de Dacia quand il passera au tout électrique. Il répond simplement : On demande au patron de Dacia quand il passera au tout électrique. Il répond simplement : On demande au patron de Dacia quand il passera au tout électrique. Il répond simplement : On demande au patron de Dacia quand il passera au tout électrique. Il répond simplement :
Dacia ne se lance pas dans l’électrification, elle ne peut pas savoir quand elle proposera des voitures tout électriques. Le nouveau Duster devrait être commercialisé jusqu’en 2031, et même là, il pourrait être à combustion. Photo : Dacia

Source : Autocar

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.