Le patron de Stellantis déclare que son entreprise est prête à revenir aux voitures à combustion interne, mais qu’une décision politique va tout changer.

Le patron de Stellantis déclare que l’entreprise est prête à revenir aux voitures à combustion interne, mais qu’une décision politique changera tout.

/

Certains pensent qu’une fois que l’avenir électrique des voitures a été décidé politiquement, il en sera ainsi et que rien ne pourra changer. C’est absurde. Même Carlos Tavares sait qu’il suffit d’une élection pour faire la différence, c’est pourquoi il a un plan B en réserve.

Au tournant du nouveau millénaire, les hommes politiques ont commencé à parler des moteurs diesel avec un tel enthousiasme et une telle ferveur qu’on aurait pu les confondre avec des vendeurs de voitures Volskwagen. Ensuite, sur la base d’émissions de CO2 inférieures à celles des voitures à essence, les législateurs ont proposé divers avantages fiscaux, ce qui n’a fait qu’alimenter le boom déjà rampant des « voitures diesel ». Leur part dans les ventes totales sur le vieux continent était de plus de la moitié, mais dans certains pays, elle atteignait 70 ou 80 %.

« Nous avons mal agi. Nous comprenons maintenant beaucoup mieux ce que nous avons décidé il y a quelques années et quels sont les effets des voitures diesel sur la santé. Elles tuent littéralement des gens, et il devient alors évident, avec le recul, que notre politique était mauvaise », a déclaré Lord Drayson, l’ancien ministre britannique de la science et de la recherche, quelques jours après l’éclatement du scandale des moteurs diesel de Volkswagen en 2015. Il a également appelé le gouvernement à introduire une taxe à la casse pour retirer ces diesels meurtriers de la circulation. Et il a suggéré que la vraie propreté réside dans les voitures électriques.

Aujourd’hui, la politique de la batterie est invoquée du matin au soir. De plus, en 2035, la vente de nouvelles voitures à combustion interne devrait être pratiquement interdite. Mais cette interdiction se concrétisera-t-elle vraiment ? Nombreux sont ceux qui pensent que si la loi a été promulguée, c’est qu’elle va se produire et qu’il est inutile de s’y opposer comme nous le faisons. Mais c’est une erreur. Tout comme on ne peut pas déterminer politiquement quand le soleil se lèvera, on ne peut pas non plus décider des développements techniques. Nous ne sommes donc pas les seuls à penser que l’interdiction des moteurs à combustion interne sera levée.

Mais il n’est pas nécessaire que la situation soit si « compliquée » que la voie choisie s’avère insatisfaisante pour quelque raison que ce soit. Les hommes politiques peuvent changer de cap en fonction des résultats des prochaines élections, comme ils l’ont fait autrefois avec les moteurs diesel ; ainsi, le vainqueur des élections législatives néerlandaises a inscrit à son programme la levée de l’interdiction locale de vente des moteurs à combustion interne. On peut compter sur des développements techniques rationnels pour anticiper l’avenir, mais des diktats politiques ? Là où vous vivez, c’est comme ça aujourd’hui et ce sera peut-être complètement différent demain. Et même les constructeurs automobiles qui poussent les VE le savent très bien.

C’est ce que prouvent les propos de Carlos Tavares, le patron de Stellantis, qui, tout en respectant les décisions politiques prises jusqu’à présent, sait qu’elles sont erronées et qu’elles pourraient facilement s’avérer insoutenables. Il y a quelques jours, il a visité l’usine Mirafiori à Turin, en Italie, où il a noté que l’avenir électrique des marques qu’il gère pourrait être loin d’être décidé si « l’opinion des politiciens et du public change pour moins de voitures électriques ». Dans ce cas, l’entreprise est prête à revenir aux voitures à combustion interne comme si de rien n’était.

« Il y a deux élections importantes l’année prochaine : les élections du Parlement européen en juin et les élections présidentielles aux États-Unis en novembre », a poursuivi M. Tavares. « L’environnement politique pourrait alors être différent. L’une de mes tâches consiste à préparer la société à de nouvelles conditions possibles. Nous avons mis en place des plans pour faire face à une telle éventualité », a-t-il ajouté.

Si l’on considère que jusqu’au début de l’année, le conglomérat Stellantis défendait la mobilité électrique avec presque autant de véhémence que les politiciens, avant de remettre en jeu les moteurs à combustion interne, il semble que M. Tavares ne soit plus en train d’ouvrir subtilement sa porte de derrière, mais qu’il l’ouvre littéralement à coups de pied. De par sa position, il en sait bien plus que nous, et ses paroles pourraient bien être le signe d’un changement à venir. Les récentes élections aux Pays-Bas en sont la preuve.

La lettre ouverte envoyée à l’actuel président américain Joe Biden par 3 882 concessionnaires automobiles locaux montre que l’atmosphère est en train de changer. Ce n’est pas un petit nombre. Ils déclarent que personne, c’est-à-dire aucun politicien, institut de sondage ou dirigeant d’entreprise automobile, ne connaît les acheteurs de voitures aussi bien qu’eux. La clientèle leur fait clairement savoir qu’elle ne veut pas de voitures électriques, ce qui, lorsqu’elle est courtisée du côté de l’offre, entraîne une surpopulation. En outre, ils ne parviennent pas à les vider, même à l’aide de remises considérables. Il est donc temps de relâcher la pression politique.

Pendant ce temps, Donald Trump, qui, contrairement à Biden, parle de conserver le moteur à combustion interne, a l’intention de se présenter à nouveau à l’élection présidentielle. Bien sûr, la question est de savoir ce qui se passera réellement, mais le fait qu’un opposant aux voitures électriques puisse se retrouver à la Maison Blanche soulève déjà des doutes sur la durabilité de la « One Direction ». Comme Tavares, nous suivrons donc de près ces deux questions.

Le patron de Stellantis déclare que l'entreprise est prête à revenir aux voitures à combustion interne, une décision politique va tout changer - 1 - Carlos Tavares 2023 nouvelle photo d'illustration
Carlos Tavares critique l’électromobilité depuis un certain temps. Aujourd’hui, il affirme que son avenir sera facilement décidé par une élection, et que l’entreprise agira en conséquence. Photo : Stellantis

Source : Automobilwoche

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.