Le plus grand parti du Parlement européen souhaite déjà ouvertement lever l’interdiction des voitures à combustion interne dans l’UE.

C’est allé vite, le plus grand parti du Parlement européen veut déjà ouvertement lever l’interdiction des voitures à combustion interne dans l’UE.

/

C’est aussi absurde que l’interdiction elle-même peu après son adoption, mais réjouissons-nous, il y aura des élections et les politiciens penseront au moins à ce que les gens veulent pendant un certain temps. Le PPE a déjà découvert qu’il ne s’agit pas d’interdictions de choses sensées.

« C’est ainsi que s’achève notre comédie, les mauvais perdent et les bonnes vivent », pourrions-nous nous dire un beau jour. Nous ne sommes pas sûrs que les paroles de ce classique n’aient pas besoin d’être modifiées – la comédie appelée « l’approche de l’Union européenne en matière de technologie de propulsion automobile » s’est progressivement transformée en une tragédie aux conséquences désagréables pour la vie de beaucoup d’entre nous.

Pourtant, la situation est aussi simple qu’une gifle : en tant que responsable politique, vous ne pouvez pas déterminer la solution technique de quoi que ce soit des décennies à l’avance, ce n’est tout simplement pas raisonnablement possible. Nous ne voulons pas répéter ce qui a été dit des centaines de fois, mais imaginez un homme politique en 2001 déterminant la solution technique pour les communications mobiles en 2011. Cela semble être un moment dans le temps, mais dans le contexte de l’histoire de ce monde, c’est un gros « pet » dans le temps. Pourtant, en 2001, le téléphone portable le plus vendu dans le monde était le Nokia 3310, la brique et le serpent. En 2011, c’était l’iPhone 4S.

Je vois déjà un homme politique avant-gardiste dire en 2001 : « Je vois un grand iPhone, dont la gloire touche les étoiles », et ordonner l’introduction de smartphones à écran tactile sans clavier, avec jusqu’à 64 Go de mémoire et des débits de données HSPAP à la limite de la 4G. Non, c’est de l’utopie, il commanderait un serpent coloré et une demi-brique, c’est comme ça. On ne peut pas imposer le développement, il faut le laisser se faire naturellement et obtenir les meilleurs résultats possibles en tenant compte de tous les aspects imaginables.

Tous les petits enfants le savent, et pourtant quelqu’un essaie de contrôler cette chose. L’UE envisage sérieusement d’imposer la vente de nouvelles voitures électriques dans tous les pays de l’UE à partir de 2035, à quelques exceptions près. Mais il s’agit plutôt d’un pandering, d’un « ne pas dire », l’objectif étant une voiture électrique à batterie et presque rien d’autre. Akio Toyoda résume bien l’absurdité de la situation : « La technologie de conduite est quelque chose que les clients et le marché décident, et non une réglementation ou un pouvoir politique. La mission de Toyota est de réduire les émissions de CO2, pas nécessairement de passer aux véhicules électriques ». C’est très simple.

Bien que nous soyons convaincus que les projets de l’UE ne pourront pas se concrétiser en raison de leur infaisabilité technique et économique, nous pensons que les politiciens feront beaucoup pour les maintenir en vie le plus longtemps possible. En fin de compte, cependant, cela pourrait ne pas se produire, parce que… même l’enfer gèle parfois.

Le chef du PPE, le plus grand « parti » (il s’agit plutôt d’un groupement, d’une faction, etc.) du Parlement européen, Manfred Weber, a déclaré à ce sujet qu’il souhaitait revenir sur l’interdiction des moteurs à combustion interne prévue pour 2035. « Si mon groupe parvient à obtenir la majorité après les élections européennes, nous abrogerons l’interdiction des moteurs à combustion interne approuvée par le Parlement européen », a déclaré M. Weber sans tergiverser. Et il ne s’accommodera pas de l’exemption précédemment convenue qui permet de continuer à vendre des moteurs à combustion interne tant qu’ils peuvent fonctionner de manière « neutre en CO2 », c’est-à-dire avec des carburants synthétiques. En fait, l’UE a prédéterminé une révision des plans en place en 2026, que M. Weber souhaite utiliser pour « corriger cette décision des rouges et des verts qui conduit à des désavantages compétitifs massifs pour l’UE ».

Le PPE s’est précédemment opposé à l’interdiction des moteurs à combustion interne et a critiqué l' »idéologie des interdictions » de la Commission européenne. L’expert du groupe sur la question, Jens Gieseke, a longtemps mis en garde contre la décision d’interdire les voitures à moteur à combustion interne et prédit l’arrivée d’un « second Cuba », où les gens conserveront leurs vieilles voitures dotées d’une technologie conforme plutôt que de passer à une solution non désirée et très restrictive.

M. Weber et ses collègues défendent donc une approche « ouverte sur le plan technologique » et veulent empêcher l’UE de « sélectionner des technologies spécifiques » telles que les véhicules électriques. Le PPE dit maintenant explicitement qu’il veut « réexaminer cette question dès que possible », donc peut-être même avant deux ans. Le retour du bon sens ? Nous préférons ne pas nous faire d’illusions, mais les élections du Parlement européen de cette année pourraient bien faire la différence.

C'est allé vite, le plus grand parti du Parlement européen veut déjà ouvertement lever l'interdiction des voitures à combustion interne dans l'UE - 1 - Manfred Weber presse 01
Le président du PPE a un programme, celui de lever l’interdiction des moteurs à combustion interne dans l’UE. Espérons qu’il ne tombe pas par la fenêtre avant les élections… Photo : Manfred Weber, documents de presse

Automobilwoche, Euractiv

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.