Le Premier ministre britannique annulera l’interdiction des ventes de voitures à combustion interne dans le pays à partir de 2030 dans le courant de la semaine, ce qui est surprenant.

Le Premier ministre britannique va annuler l’interdiction de vendre des voitures à combustion interne dans le pays à partir de 2030 dans le courant de la semaine.

/

La comédie électrique britannique entre dans son prochain, mais non dernier, acte. Alors qu’à la mi-juillet encore, un ministre britannique qualifiait d' »immuable » la date de l’interdiction des voitures à essence et diesel, voilà qu’elle commence à changer. Quoi, que ce ne sera pas la dernière fois ?

Nous ne cessons de nous interroger sur l’ampleur du déficit d’intelligence, d’érudition technique et de sens des réalités dont doit souffrir une personne pour ne serait-ce que penser à fixer une date dans 7, 10 ou 12 ans pour une solution technique juridique unique à quoi que ce soit. Ce serait risible, à moins que quelqu’un ne le veuille vraiment. Les hommes politiques, surtout en Europe, sont sérieux, ce qui ne prête pas à rire. Il est d’autant plus triste de constater qu’ils ne font qu’embrouiller les constructeurs automobiles et leurs clients, parce qu’ils ne sont pas en mesure de réaliser quoi que ce soit de ce genre en consentant des sacrifices acceptables.

Ces tentatives passeront inévitablement des tests de faisabilité, dans lesquels elles échoueront tout aussi inévitablement, à moins que quelqu’un ne veuille les faire passer à tout prix. Le « Motor Pope » ne doute pas qu’elles finiront par être abrogées, mais même si elles le sont, elles seront d’abord modulées, retardées ou modifiées d’une autre manière, car personne ne se ridiculise du premier coup. Encore moins les politiciens vaniteux.

En ce qui concerne le pays que nous allons examiner aujourd’hui, on est tenté de dire « chaque chose en son temps », car le Royaume-Uni a décidé de prendre un véritable virage à gauche et d’interdire la vente de voitures à combustion interne dès 2030. C’est-à-dire plus tôt que n’importe quel autre pays de taille et d’importance comparables dans le monde. Cet objectif a été critiqué dès le départ comme étant irréalisable, mais jusqu’à l’année dernière, les Britanniques y croyaient. Cet été, des nuages ont commencé à apparaître, même si, à la mi-juillet encore, le secrétaire d’État britannique Michael Gove a qualifié d' »immuable » le délai fixé pour l’interdiction des voitures à combustion interne. Mais ces dernières semaines, les voix critiques se sont multipliées et il semble maintenant que tout soit fini.

Citant la BBC et ses sources, Reuters rapporte que le Premier ministre britannique prononcera dans le courant de la semaine un discours reportant l’interdiction des nouvelles voitures à essence et diesel jusqu’en 2035, du moins pour l’instant. Cette éventualité est suggérée par l’annonce très inhabituelle faite hier en fin de soirée, selon laquelle le gouvernement « prévoit de revenir sur certaines politiques vertes essentielles » lorsqu’il publiera cette semaine « d’importantes décisions à long terme » qui rendront « les réponses au changement climatique plus proportionnées ».

Sunaka a déclaré que rien ne changera les engagements du pays à l’horizon 2050, mais qu’ils seront réalisés d’une « manière meilleure et plus proportionnée ». Ce sont des mots tirés de certains écrits d’Orwell, et la question est de savoir s’il faut s’en réjouir ou continuer à les pleurer. D’une part, il est bon que les hommes politiques reviennent à la raison, mais fondamentalement, ils sont toujours dans l’erreur. Tout terme de ce type est absurde, la seule voie rationnelle est celle de l' »absence de terme ». Simplement : « Nous ferons de notre mieux compte tenu de l’état actuel du développement technique et de la situation économique ». Est-ce si difficile à dire ? Il n’était pas nécessaire, il n’est pas nécessaire et il ne sera pas nécessaire d’en faire plus.

Le Premier ministre britannique annulera l'interdiction de vendre des voitures à combustion interne dans le pays à partir de 2030 dans le courant de la semaine, joue la surprise - 1 - Skoda Octavia IV 20 TDI test CT ilu 15Le Premier ministre britannique va annuler l'interdiction de vendre des voitures à combustion interne dans le pays à partir de 2030 dans le courant de la semaine, jouez la surprise - 2 - Skoda Karoq 2021 facelift first set 26
Les moteurs à combustion interne ne seront pas interdits en Grande-Bretagne en 2030, c’est désormais presque certain. Et nous doutons qu’ils finissent par s’engager à faire de même en 2035. Ce ne sont que deux formes d’un même non-sens. Illustration : Skoda Auto

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.