Le premier patron d’une entreprise automobile bien établie admet ouvertement que les Chinois ne constituent pas seulement une menace, mais qu’ils lui enlèvent déjà des clients.

Le premier patron d’une entreprise automobile bien établie admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu’ils lui prennent déjà des clients.

/

Nombreux sont ceux qui pensent que les voitures chinoises sont comme Godot, c’est-à-dire qu’elles arrivent, arrivent, mais n’arrivent jamais. C’est faux, elles sont là et c’est particulièrement évident sur le marché australien où il s’est déjà vendu plus de voitures chinoises que de voitures coréennes cette année. C’est le patron de Kia qui admet que le mal est déjà fait.

Le week-end dernier s’est déroulée la septième course de Formule 1 de l’année à Barcelone, en Espagne. Elle a été complètement dominée par Max Verstappen, qui a non seulement dominé toutes les séances d’essais, mais aussi les qualifications et le grand prix lui-même. Il a mené tous les tours de la course, y compris le plus rapide de tous les temps. Une telle performance démontre clairement les qualités de champion du pilote néerlandais, qui est en passe de remporter son troisième titre consécutif à la fin de la saison. Mais si sa performance en Espagne a été magistrale, la suite a été encore plus impressionnante.

« Verstappen est d’un niveau complètement différent. Cela m’ennuie de devoir dire quelque chose comme ça, mais c’est comme ça », a déclaré Toto Wolff, le patron de la Mercedes rivale. Et d’ajouter que l’étoile à trois branches devra faire de gros efforts pour rattraper les Red Bull. Après tout, Red Bull possède également l’arrêt le plus rapide de l’année après l’Espagne, avec des mécaniciens capables de dépasser Sergio Perez après seulement 2,07 secondes. En outre, l’écurie autrichienne a remporté les sept courses, tandis que les Allemands n’ont pris que deux secondes places et une troisième.

Cependant, la déclaration de Wolff n’est pas la seule surprise de ce classement, des mots similaires ont également été publiés dans l’éther par Damien Meredith, chef de la représentation australienne de Kia. Cependant, il n’a pas fait l’éloge de Verstappen, mais a été le premier à admettre que les constructeurs automobiles chinois sont déjà ce qu’ils voulaient être depuis des années. En effet, leur portée sur le plus petit continent s’est incroyablement élargie en quelques années seulement. En effet, en 2016, les constructeurs automobiles de l’Empire du Milieu n’ont vendu que 2 927 nouvelles voitures sur le marché australien. Un an plus tard, c’était 4 689 unités, puis 10 489 et 17 957 voitures.

Une petite percée a eu lieu en 2020, lorsque, malgré la pandémie de coronavirus, la barre des 30 000 immatriculations a été franchie pour la première fois. L’année suivante, les Chinois avaient déjà vendu 76 262 voitures, et l’année dernière, le chiffre était même de 122 845. Mais ce n’est rien comparé aux cinq premiers mois de cette année. Par rapport à la même période de l’année dernière, les immatriculations ont augmenté de 78,6 % pour atteindre 72 619 voitures. Pour la première fois dans l’histoire, les constructeurs automobiles chinois ont surpassé leurs concurrents sud-coréens.

C’est pourquoi les propos de Meredith sont aussi surprenants que ceux de Wolff. « Leur croissance est vraiment remarquable, d’autant plus qu’ils l’ont réalisée avec un nombre limité de voitures et de concessionnaires », a déclaré le directeur de Kia en Australie, ajoutant que les marques établies doivent s’attendre à « une concurrence encore plus forte » à l’avenir. En fait, a-t-il dit, les Chinois sont arrivés, ont vu les places vides sur le marché, les ont occupées et ont donc logiquement gagné. Il n’est pas possible de les concurrencer sur le plan des prix en raison de leurs coûts inférieurs.

Nous le soulignons depuis longtemps, mais surtout dans le contexte des réalités européennes. Les Chinois sont peut-être un peu moins visibles sur le vieux continent qu’en Australie, mais ce n’est qu’une question de temps avant que le jeu ne se stabilise. Paradoxalement, les efforts déployés par l’Europe pour électrifier les voitures ne peuvent qu’accélérer le processus ; les Chinois ont plus d’atouts dans leur manche sur ce front.

Le premier patron d'une entreprise automobile bien établie admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu'ils lui prennent déjà des clients - 1 - MG7 2022 first kit 01Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu'ils lui prennent déjà des clients - 2 - MG7 2022 first kit 02La première patronne d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu'ils lui prennent déjà ses clients - 3 - MG7 2022 first set 03Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu'ils lui prennent déjà ses clients - 4 - MG7 2022 first set 04Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu'ils lui prennent déjà ses clients - 5 - MG7 2022 first set 05Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, ils lui prennent déjà ses clients - 6 - MG7 2022 first kit 06Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, mais qu'ils lui prennent déjà ses clients - 7 - MG7 2022 first kit 07Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, ils lui prennent déjà ses clients - 8 - MG 7 2023 nove dalsi 07Le premier patron d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, ils lui prennent déjà ses clients - 9 - MG7 2022 first set 10La première patronne d'un constructeur automobile reconnu admet ouvertement que les Chinois ne sont pas seulement une menace, ils lui prennent déjà ses clients - 10 - MG7 2022 first set 14
Comme ici, MG est la marque chinoise dominante en Australie. En effet, l’année dernière, elle a vendu 49 582 voitures sur le plus petit continent, ce qui la place au septième rang. Pourtant, en 2018, en troisième position, elle n’a enregistré que 3 007 immatriculations. D’ailleurs, les résultats de cette année constitueront à nouveau un record. Photo : MG Motor

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.