Le propriétaire de la voiture électrique a intenté un procès à l’entreprise automobile en raison de la fausse autonomie. Il a gagné et devrait recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue.

Le propriétaire d’une voiture électrique a intenté un procès à l’entreprise automobile au sujet de la fausse autonomie. Il a gagné et devrait recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue.

/

L’une des grandes erreurs qui accompagnent les voitures électriques et qui, par conséquent, nuisent à leur réputation au lieu de la cultiver, est l’information sur l’autonomie qu’elles fournissent. Les propriétaires s’en aperçoivent généralement et gardent le silence, mais celui-ci n’allait pas se laisser faire.

L’un des principaux problèmes des voitures électriques est leur autonomie par charge. Ce n’est pas tant l’autonomie en soi qui pose problème, mais la combinaison d’une autonomie limitée et d’une capacité encore plus limitée à « restaurer » cette autonomie en la rechargeant. J’ai connu un certain nombre de voitures à combustion interne qui ne pouvaient raisonnablement pas parcourir plus de 200 à 300 km avec un seul plein (bien que de manière tout à fait différente de celle des voitures électriques, bien sûr), et cette autonomie était ridiculement faible. Cela restait néanmoins gérable si l’on pouvait s’arrêter à une station-service pendant cinq minutes. Vous n’avez pas cette possibilité avec une voiture électrique – vous conduisez comme un escargot, vous n’arrivez nulle part et vous attendez longtemps au chargeur. Voilà l’expérience désagréable dans son ensemble.

Il n’y a pas de solution factuelle à ce problème aujourd’hui. Il n’existe pas de batteries à plus forte densité énergétique qui permettraient d’intégrer dans les voitures électriques « normales » l’équivalent des réservoirs actuels de 50 à 60 litres des voitures à combustion interne. La capacité de les recharger avec des mégawatts d’énergie n’existe pas. Et cette quantité d’énergie électrique pour les stations de recharge, ne serait-ce que pour une seule voiture – et encore moins pour plusieurs en même temps – n’existe pas non plus. Les constructeurs automobiles « résolvent » donc le problème en augmentant au maximum l’autonomie revendiquée, afin d’améliorer, au moins visuellement, une situation factuellement problématique.

Il est évident que la même chose se produit en principe avec les voitures à combustion interne, mais les implications sont légèrement différentes. D’une part, tout le monde sait depuis longtemps qu’il ne conduira pas avec l’économie de carburant annoncée, et peut se forger des attentes réalistes sur la base de son expérience passée. Et même s’ils se trompent, la déception n’est pas si grande. La voiture consomme 8 litres d’essence aux 100 km au lieu de 6, et alors ? C’est un peu une perte d’argent, mais au lieu de parcourir 1 000 km par plein, vous en parcourez 750 et cinq minutes plus tard, vous reprenez la route. Cela ne va pas « assommer » qui que ce soit, la situation est différente avec les voitures électriques.

D’une part, il est plus facile de truquer, car la plupart des gens normaux n’ont pas connu les kilowattheures comme des litres de carburant et ne peuvent pas imaginer ce que signifie réellement un chiffre de capacité de batterie. D’autre part, il s’agit (pour les gens) d’une nouvelle technologie, ce qui, compte tenu de la myriade de demi-vérités qui lui sont associées, suscite des attentes irréalistes. Mais surtout, lorsqu’un constructeur automobile annonce 470 km et que vous parcourez en réalité près de 200 km de moins, cela pose de gros problèmes d’utilisation, car dans le cas d’une voiture électrique, vous ne faites pratiquement rien de l’autonomie de la voiture pendant ces cinq minutes d’immobilisation.

Depuis des années, nous essayons d’ouvrir les yeux des consommateurs avec une conversion simpliste mais parlante de kWh dans la batterie en litres de carburant dans le réservoir, qui dit qu’en tenant compte des différents rendements des deux groupes motopropulseurs, l’équivalent d’un litre de diesel est d’environ 3,9 kWh de capacité de la batterie. En ce sens, il suffit de prendre la capacité de la batterie d’une Jaguar I-Pace de 84,7 kWh, par exemple, pour constater que la voiture a l’équivalent d’un réservoir diesel de moins de 22 litres. Quelle est alors la consommation de carburant d’un SUV de 400 ch pesant 2 208 kg, soit 8 litres aux 100 lorsqu’il roule lentement ? Cela donnerait une autonomie d’environ 270 miles par charge. Mais le constructeur automobile – de manière tout à fait ridicule – revendique une autonomie de 470 km. Nous pensons que c’est théoriquement possible, mais cela n’a rien à voir avec la pratique ; cela signifierait rouler avec une consommation de carburant équivalente à 4,6 litres aux 100 km.

Malheureusement, les constructeurs automobiles ne se rendent pas compte qu’ils ne rendent pas service aux VE en citant des autonomies aussi fausses. Qu’est-ce qu’un tel écart entre la réalité et les attentes induites peut entraîner d’autre que la déception ? Beaucoup de gens finissent par s’en désintéresser et reviennent à une voiture de conception différente, mais un acheteur néerlandais d’une Jaguar I-Pace (oui, ces exemples n’ont pas été donnés au hasard) n’était pas prêt à laisser tomber, comme le rapporte De Telegraaf.

Lorsqu’il a acheté la voiture en 2018, Jaguar a annoncé une autonomie de pas moins de 480 kilomètres sur une seule charge. Le propriétaire a pris cela non pas comme un fait, peut-être, mais comme quelque chose dont la réalité pourrait être un tant soit peu proche, mais lorsqu’il a commencé à utiliser la voiture, il a constaté qu’il ne pouvait pas, de manière réaliste, conduire la voiture au-delà de 280 kilomètres. Il ne s’attendait pas à des miracles, mais 200 km de différence ? Bien sûr, il aurait pu la calculer de la manière décrite ci-dessus, mais il ne l’a pas fait et s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas utiliser de manière réaliste une voiture aussi « réparable » sur une base quotidienne. Il a donc contacté le concessionnaire Jaguar pour qu’il reprenne la voiture, mais celui-ci a refusé.

Le propriétaire a donc adopté une approche différente et très pragmatique. Il a vendu la voiture qu’il avait achetée pour 89 000 euros (2,2 millions de CZK) comme étant inutilisable pour lui, mais pourquoi la garder, n’est-ce pas ? Il en a tiré 65 000 euros (1,61 million de CZK) et a poursuivi Jaguar pour la différence, parce qu’il avait subi une telle perte de valeur simplement parce qu’il avait acheté quelque chose qu’il n’aurait pas acheté au concessionnaire en connaissant toutes les informations pertinentes. Le litige a duré plusieurs années, mais le client a fini par obtenir gain de cause.

Le tribunal a conclu que l’acheteur avait été intentionnellement induit en erreur lorsque le concessionnaire de la marque avait ignoré les directives internes et n’avait pas signalé à l’acheteur que l’autonomie pouvait chuter à 270 miles dans des conditions non optimales, ce qui aurait dû être communiqué aux clients. Aujourd’hui, même sur le site tchèque de Jaguar, une application rudimentaire indique que la limite inférieure de l’autonomie en conduite réglementaire est de 195 km. Les constructeurs automobiles le savent donc, ils connaissent très bien l’autonomie réelle possible en conduite lente, mais ils préfèrent taire cette information parce qu’elle ne sert pas leurs intérêts commerciaux.

Le tribunal n’a eu aucune sympathie pour un tel comportement et a accordé au client des dommages-intérêts de 19 000 euros, soit plus de 470 000 couronnes tchèques. En effet, selon le témoin expert, la voiture aurait pu être vendue pour 5 000 euros de plus et la perte totale n’a donc pas été compensée. Malgré cela, le propriétaire a eu la voiture pratiquement gratuitement. La décision n’est pas encore définitive, car la représentation de Jaguar a déposé un recours devant la Cour suprême, mais nous ne sommes pas sûrs qu’il ait une chance d’aboutir dans ces circonstances. Le procureur général s’est rangé du côté de l’entreprise et estime qu’une telle décision risque d’être considérée comme un précédent et de déclencher une vague de poursuites judiciaires. Mais de quel principe juridique s’agit-il ? Dans le cas présent, le client a été induit en erreur par la dissimulation délibérée d’informations qui auraient dû être diffusées ; en ce sens, nous semblons être dans notre bon droit.

Mais quelle que soit l’issue finale, cette affaire met en lumière les limites factuelles des voitures électriques et les faux-semblants que les constructeurs automobiles créent autour d’elles. Cela ne peut se faire qu’à leur propre détriment et au détriment de la réputation des voitures électriques. Il n’est tout simplement pas réaliste de parcourir 470 ou 480 km avec un « réservoir de 22 litres » dans un SUV de 2,2 tonnes et 400 chevaux. Promettre cela, c’est jouer avec le feu, cela ne fait que créer des attentes qui ne peuvent être satisfaites.

Un propriétaire de voiture électrique a poursuivi un constructeur automobile pour avoir menti sur l'autonomie. Et il a gagné, il devrait recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue - 1 - Jaguar I-Pace 2021 nove foto 01Le propriétaire d'une voiture électrique a poursuivi le constructeur automobile pour une fausse autonomie. Il a gagné et devrait recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue - 2 - Jaguar I-Pace 2021 nove foto 02Le propriétaire d'une voiture électrique a poursuivi le constructeur automobile pour fausse autonomie. Il a gagné et devrait recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue - 3 - Jaguar I-Pace 2021 nove foto 03Le propriétaire d'une voiture électrique a poursuivi le constructeur automobile pour fausse autonomie. Il a gagné, il est censé recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue - 4 - Jaguar I-Pace 2021 nove foto 04Le propriétaire d'une voiture électrique a poursuivi le constructeur automobile pour fausse autonomie. Il a gagné, il est censé recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue - 5 - Jaguar I-Pace 2021 nove foto 05Le propriétaire d'une voiture électrique a poursuivi le constructeur automobile pour fausse autonomie. Il a gagné, il est censé recevoir 470 000 CZK de la valeur perdue - 6 - Jaguar I-Pace 2021 nove foto 06
La Jaguar I-Pace ne peut pas rouler 470 ou 480 km en pratique et le constructeur automobile le sait. Alors pourquoi ne dit-elle pas toute la vérité à ses clients ? Aux Pays-Bas, elle s’est fait taper sur les doigts pour cela. Photo : Jaguar

Source : De Telegraaf

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.