Le propriétaire d’une voiture de sport dotée d’un V8 de cinq litres a parcouru plus de 300 000 km sans aucun défaut en 4 ans. Les légendes sur la durabilité des Japonais ne mentent pas non plus

Le propriétaire d’une voiture de sport dotée d’un V8 de cinq litres a parcouru plus de 300 000 km en 4 ans sans aucun défaut, les légendes sur l’endurance des Japonais ne mentent pas ici

/

On n’attend pas grand-chose des voitures japonaises après tout le bla-bla sur leur durabilité, mais c’est une chose d’avoir un SUV Toyota et une autre d’avoir une voiture de sport Lexus. On ne s’attend pas vraiment à ce qu’une voiture comme celle-ci soit adaptée à la conduite sur des centaines de milliers de kilomètres, mais comme vous pouvez le voir, même avec la LC 500, vous y parviendrez.

À l’aube du nouveau millénaire, Lexus a décidé de prouver au monde qu’il pouvait fabriquer des voitures non seulement fiables, mais aussi attrayantes. Le Japonais a donc commencé à développer le tout premier modèle autonome de la division F, qui devait être le porte-étendard de la marque. Pour cette raison, la marque n’a pas accepté le moindre compromis et a même été prête à repartir de zéro à plusieurs reprises. En fait, lorsqu’elle a présenté son deuxième concept en 2007, elle avait déjà remplacé la carrosserie en aluminium par une carrosserie en carbone. La version de production de la LFA est venue avec.

Le constructeur automobile n’a produit que 500 exemplaires du modèle entre 2010 et 2012, dont aucun n’a contribué aux bénéfices de l’entreprise. Au contraire, Lexus a fait des bénéfices sur ces modèles, même si le prix de départ était astronomique. Mais l’opération s’est avérée payante pour le Japonais, car la LFA a été un formidable vecteur d’image qui peut encore faire dresser les cheveux sur la tête des gens comme Jeremy Clarkson. Non pas parce qu’elle était une voiture diablement rapide, mais surtout en raison de la sonorité de son moteur à dix cylindres. Elle peut tout au plus rivaliser avec la Porsche Carrera GT, une autre supercar propulsée par un V10.

Il semblerait que la LFA n’ait aucun défaut, mais Clarkson en a souligné un crucial à plusieurs reprises. Elle n’avait pas de porte-gobelet à l’intérieur, ce qui est peut-être un peu étrange, mais quand on y pense, cela résume un point fondamental : on veut aussi du pratique dans une supercar. De toute évidence, Lexus s’en est rendu compte par la suite et n’a pas commis la même erreur avec d’autres voitures. Après tout, un tel coupé, le LC 500, n’est pas directement lié à la LFA. Cependant, il est certain qu’il n’aurait jamais vu le jour sans l’expérience précédente de la marque.

En effet, la marque a commencé à travailler sur le programme au nom de code 950A en 2011. Cependant, le premier exemplaire de production n’est entré en production qu’en avril 2017. Entre-temps, les clients pouvaient choisir entre les versions 500 et 500h, la première étant équipée d’un V8 atmosphérique de cinq litres, tandis que la seconde associait un V6 de 3,5 litres à la technologie hybride. Cependant, cette dernière ne disposait « que » de 359 chevaux, tandis que la première pouvait compter sur 477 chevaux uniquement grâce au V8 de cinq litres.

C’est une Lexus LC 500 à essence pure que Matt Pridemore a achetée en 2019. Et comme elle ne manquait pas de porte-gobelets ou d’autres gadgets pratiques, il en a fait sa voiture de tous les jours. Une chose que nous ne pouvons qu’envier, mais avec un pouce en l’air – car Matt a réussi à parcourir 100 000 miles (160 000 km) au cours de sa première année de possession du coupé huit cylindres. Puis, en mars dernier, il a atteint 150 000 miles (241 350 km), et maintenant il a dépassé la barre des 300 000 miles, avec la barre des 200 000 miles (321 800 km) qui devrait tomber dans quelques mois. C’est un chiffre respectable en soi, et la voiture le gère avec aplomb.

Matt n’a pris livraison de sa voiture qu’à la fin de l’année 2019, ce qui signifie qu’il n’a parcouru que quatre ans dans son périple de 300 000 km. Quelque chose comme cela ne serait probablement pas surprenant dans une Toyota Camry, mais c’est un exploit impressionnant dans une voiture de sport. Il convient toutefois de préciser que le sigle LC signifie Luxury Coupe. Le proche parent du coupé deux portes est la limousine LS. Plutôt qu’une machine à faire des économies, voici donc une voiture qui n’a aucun mal à parcourir de longues distances en peu de temps. Et elle ne présente aucun problème, sinon son propriétaire ne serait même pas capable de la conduire régulièrement avec le sourire.

Comme nous l’avons déjà laissé entendre, Matt n’a eu jusqu’à présent pratiquement aucune raison de se plaindre, à l’exception d’une chose liée à la circulation fréquente. En effet, la peinture de la proue était relativement vite abîmée par des pierres volantes. Le LC a été recouvert d’un film protecteur qui lui donne un meilleur aspect. Le prix de 6 000 dollars (environ 134 000 couronnes tchèques) n’est pas très élevé, surtout si on le compare au prix de l’essence. Selon les estimations de l’EPA, Matt devrait payer environ 12 000 dollars (environ 270 000 couronnes tchèques) par an pour le carburant en fonction de son kilométrage.

Le propriétaire d'une voiture de sport dotée d'un V8 de cinq litres a parcouru plus de 300 000 km en 4 ans sans aucune défaillance, les légendes sur l'endurance des Japonais ne mentent pas non plus - 1 - Lexus LC 2017 nova set 04Le propriétaire d'une voiture de sport dotée d'un V8 de cinq litres a parcouru plus de 300 000 km en 4 ans sans aucune défaillance, les légendes sur l'endurance des Japonais ne s'arrêtent pas là - 2 - Lexus LC 2017 nova set 08Le propriétaire d'une voiture de sport avec un V8 de cinq litres a parcouru plus de 300 000 km sans aucun défaut en 4 ans, les légendes sur l'endurance japonaise ne mentent pas - 3 - Lexus LC 2017 nova set 14Le propriétaire d'une voiture de sport avec un V8 de 5 litres a parcouru plus de 300 000 km sans aucun défaut en 4 ans, les légendes sur l'endurance japonaise ne mentent pas - 4 - Lexus LC 2017 nova set 19Le propriétaire d'une voiture de sport avec un V8 de 5 litres a parcouru plus de 300 000 km en 4 ans sans aucun défaut, les légendes sur l'endurance japonaise ne mentent pas - 5 - Lexus LC 2017 nova set 20Le propriétaire d'une voiture de sport avec un V8 de cinq litres a parcouru plus de 300 000 km en 4 ans sans aucun défaut, les légendes sur l'endurance japonaise ne mentent pas non plus - 6 - Lexus LC 2017 nova set 33
Pour une LC dont les formes sont essentiellement les mêmes que celles du concept de 2011, le coupé japonais est encore très séduisant aujourd’hui. Et non seulement il est beau et techniquement intéressant, mais c’est aussi un support décent qui n’est pas hostile à un usage quotidien. L’un de ses propriétaires a parcouru plus de 300’000 miles en quatre ans sans la moindre défaillance technique sérieuse. Photo : Lexus

Source : Lexus LC 500 Club via Carscoops

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.