Renault se rend compte qu’il s’est trompé avec la nouvelle Twingo et appelle à un soutien politique plus important pour ce type de voitures.

Renault a compris qu’elle s’était trompée avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures.

/

Il en ressort une offre absurde d’une citadine monofonctionnelle pour le prix d’une Skoda Octavia, qui nie complètement l’objectif initial de ce modèle et l’essence même de son succès d’antan. Renault l’a bien compris, mais ne reviendra pas sur son offre, appelant à un soutien politique.

Renault a présenté la nouvelle Twingo il y a deux semaines et nous avons immédiatement dit qu’elle n’était qu’un objet de dérision. En effet, la nouvelle voiture devrait arriver en production en 2026, à l’opposé de ce qui a fait sa réputation : au lieu d’être une petite voiture bon marché et très pratique, elle est censée être un supermini coûteux à l’utilité limitée.

Vous pouvez deviner pourquoi : le groupe motopropulseur à combustion interne sera abandonné au profit d’un groupe motopropulseur électrique. Les Français prennent un gros risque, mais qui achètera une voiture de 3,6 m à l’intérieur exigu et à l’autonomie très limitée pour un demi-million de couronnes ? Même à ce prix élevé, il ne faut pas s’attendre à obtenir plus qu’une batterie de 30 kWh, soit l’équivalent d’un réservoir diesel de 8 litres pour presque rien.

Les Français n’ont pas encore publié de spécifications plus précises, ils ont seulement indiqué que la consommation était censée être de 10 kWh/100 km. D’un côté, ce n’est pas si mal, mais on peut imaginer l’expérience de conduite avec l’équivalent de 2,5 litres de diesel aux 100 km. D’autre part, on peut se demander à quoi sert une voiture d’un demi-million de couronnes que l’on ne peut même pas ramener du chalet sans la recharger. Il n’est pas nécessaire de répondre, tout comme il n’est pas nécessaire de rappeler que la Twingo est conçue pour la conduite en ville et non comme une voiture familiale à part entière. Mais pour accepter une telle orientation, il faudrait un prix tout à fait différent. Les caractéristiques de base de la voiture ne sont donc pas du même ordre, c’est pourquoi nous ne prenons pas cette voiture au sérieux.

Renault a clairement commencé à prendre en compte ces commentaires. Que doit faire un homme d’affaires sensé dans un cas comme celui-ci ? Il repensera son offre et ne s’engagera pas dans un bras de fer. Que fera un homme d’affaires européen en 2023 ? Il commencera à demander des subventions ou d’autres avantages politiquement déterminés pour vendre ses produits. C’est exactement la voie suivie par le patron de Renault, Luca de Meo, qui est également à la tête de l’Association des constructeurs européens (ACEA) à l’époque. Alors pourquoi ne ferait-il pas du lobbying, n’est-ce pas ?

Depuis son second poste, De Meo a donc commencé à réclamer de nouveaux avantages artificiels que les politiciens associeraient à la propulsion électrique. Il aimerait voir l’introduction d’une catégorie de voitures similaire à celle que l’on appelle « kei cars » au Japon depuis une bonne vingtaine d’années. Au cours de cette période, ses règles ont été modifiées à plusieurs reprises pour mieux refléter les développements actuels. Alors qu’en 1949, les voitures mesuraient 2,8 mètres de long et avaient une cylindrée maximale de 0,15 litre, les constructeurs peuvent aujourd’hui mettre en circulation des voitures de 3,4 mètres de long, dont les roues sont entraînées par un moteur de 0,66 litre d’une puissance maximale de 64 chevaux.

C’est précisément en raison de leur taille et de leur faible consommation que ces voitures sont politiquement favorisées au Japon. C’est pourquoi M. de Meo demande la même chose aux législateurs européens. À la seule différence que les voitures kei destinées au vieux continent seraient – vous l’avez deviné – équipées d’un système de propulsion électrique. Les propriétaires paieraient ainsi moins de taxes et de péages routiers, et auraient plus facilement accès aux parkings publics, où le stationnement leur coûterait moins cher, voire pas du tout. Il s’agit en fait de la même chose que ce qui se passe ici depuis longtemps, sauf que les avantages ne concernent pas l’ensemble de l’UE, mais seulement certains pays, et qu’ils ne sont généralement pas limités par la taille ou la puissance de la voiture.

Il est clair que M. De Meo donne un coup de pied à la Twingo et aux autres voitures proposées par Renault, mais la question est de savoir si sa proposition peut même aboutir. Ces petites voitures électriques auraient par nature une facilité d’utilisation tragique, ce qui ne convient pas vraiment à l’Europe. Bien que M. De Meo ait appris, grâce aux données d’une filiale de Dacia, que le propriétaire moyen d’une Dacia Spring parcourt 30 kilomètres par jour à une vitesse moyenne de 26 km/h et qu’il n’a donc « pas besoin d’une batterie de 100 kWh, qui est de toute façon un désastre écologique », la question est de savoir s’il a envie de conduire comme cela. La question est de savoir s’il a envie de rouler ainsi. N’est-ce pas plutôt qu’il ne peut pas rouler autrement en raison de la mauvaise ergonomie de la voiture ?

Si moins de 20 kWh étaient associés aux voitures électriques kei européennes (de Meo suggère même que les politiques plafonneraient la capacité maximale), ces voitures ne seraient pas utilisables en dehors de la ville, même si elles resteraient chères. Bien entendu, cela signifie qu’elles seraient la deuxième ou la troisième voiture de la famille. Mais cela ne correspond pas du tout à l’écologie, car une seule voiture tous temps a finalement beaucoup moins d’impact écologique qu’une flotte entière que l’on ne fait pas rouler en même temps, mais qui vieillit en même temps.

Il s’agit donc d’un simple effet de coin électrique. Et on peut dire au patron de Renault que rien ne l’empêche de proposer des kei électriques aux Européens. Mais sans ces avantages fiscaux, il ne pourrait même pas envisager de réussir. Renault y a manifestement pensé avant et a apparemment découvert qu’il avait surestimé son potentiel. Vouloir résoudre ce problème en faussant davantage l’environnement du marché est, à notre avis, honteux.

Renault a déjà compris qu'il s'était trompé avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique accru pour ce type de véhicules - 1 - Renault Twingo Concept 2023 first set 01Renault a déjà réalisé qu'il s'était trompé avec la nouvelle Twingo, et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures - 2 - Renault Twingo Concept 2023 first kit 03Renault a compris qu'elle s'était trompée avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures - 3 - Renault Twingo Concept 2023 first set 04
Renault a compris qu'elle s'était trompée avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures - 4 - Renault Twingo Concept 2023 first set 05Renault a compris qu'elle s'était trompée avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures - 5 - Renault Twingo Concept 2023 first set 06Renault a compris qu'elle s'était trompée avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures - 6 - Renault Twingo Concept 2023 first set 07Renault a compris qu'elle s'était trompée avec la nouvelle Twingo et demande un soutien politique plus important pour ce type de voitures - 7 - Renault Twingo Concept 2023 first kit 08
Dévoilée il y a deux semaines, la Twingo concept devrait passer au tout électrique. Avec un prix de vente avoisinant le demi-million de couronnes, Luca de Meo, le patron de la marque, pressent déjà un flop important. C’est pourquoi il aimerait que les politiciens facilitent le transfert de l’argent des clients vers les caisses de l’entreprise. Photo de l’entreprise : Renault

Source : Autocar

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.