Les Allemands avertissent que l’Europe est en train de devenir un deuxième Cuba dans le domaine du transport routier. La nouvelle taxe rendra tout plus cher et même pire.

Les Allemands avertissent que l’Europe est en train de devenir un deuxième Cuba dans le domaine du camionnage, une nouvelle taxe rendra tout plus cher et encore plus dommageable.

/

Il y a quelques années, on ne pouvait parler que de l' »effet Havava » ou d’un « second Cuba », mais les efforts à courte vue visant à imposer la propulsion électrique dans tous les domaines du transport nous rapprochent de plus en plus d’un tel phénomène. Le transport routier ne fait pas exception à la règle.

L’une de mes phrases préférées dans les films est la suivante : « Et à qui cela va-t-il profiter ? « Et à qui ça va profiter, hein ? », tirée du légendaire film Les Misérables. Je me pose de plus en plus cette question depuis quelques années, notamment en réponse à toutes sortes d’idées censées conduire à la protection de l’environnement. Si vous les examinez, vous constaterez que, pour la plupart, elles sont motivées par l’hystérie et l’idéologie, et non par une tentative de résoudre quoi que ce soit de manière constructive. L’électrification de l’ensemble de l’industrie automobile en est un exemple. En fin de compte, elle ne va pas seulement à l’encontre des voitures, des personnes et de l’économie, mais aussi de la nature.

Il est clair pour moi que les activistes deviendront verts de rage après avoir lu la phrase précédente. Mais ce faisant, ils ne font que démontrer qu’ils ne veulent pas voir les contre-arguments et comprendre la situation dans son ensemble. Nous pouvons le voir dans la nouvelle selon laquelle l’industrie automobile allemande souligne les effets purement négatifs de cette mesure. Elle aussi est censée aider la nature, mais c’est finalement le contraire qui se produit, avec une série d’autres effets secondaires négatifs.

Il s’agit d’une taxe que les conducteurs de camions diesel devront payer à partir de décembre de cette année s’ils veulent continuer à circuler sur les autoroutes allemandes. Ils peuvent l’éviter en achetant un camion électrique, mais celui-ci coûte environ 2,5 fois plus cher qu’un camion diesel et son utilisation est fractionnée. Selon l’Association fédérale des transporteurs (BGL), cela signifie une augmentation des coûts de 150 000 à 200 000 euros (3,6 millions à 4,9 millions de couronnes tchèques) pour un seul tracteur. Une telle mesure à grande échelle n’est pas acceptée par les petites et les grandes entreprises, elles ne peuvent pas l’accepter.

BGL estime que les transitaires préfèreront donc s’en tenir presque exclusivement aux classiques, mais cela augmentera aussi leurs coûts. Ceux-ci seront répercutés sur les entreprises clientes, qui les répercuteront à leur tour sur les acheteurs finaux de n’importe quoi. En conséquence, BGL estime que le coût de la vie pour une famille moyenne de quatre personnes augmentera de 300 euros (environ 7 400 couronnes tchèques) par an.

Si les entreprises misent sur l’électricité, elles craignent une augmentation encore plus importante. Jusqu’à présent, les transporteurs ne disposent pas de suffisamment de données pour au moins suggérer qu’il ne s’agira pas d’un fiasco économique total. Après tout, les camions diesel peuvent fonctionner pendant de nombreuses années, au cours desquelles ils parcourent des centaines de milliers de kilomètres. Les camions électriques peuvent-ils en faire autant ? Et quand les batteries se dégraderont-elles à un point tel qu’elles ne suffiront plus et qu’il faudra en acheter de nouvelles ? Combien coûteront alors ces batteries ? Seront-elles même disponibles ?

Ce sont des questions auxquelles personne n’a de réponse claire à l’heure actuelle. En outre, les fabricants n’offrent pas un grand choix de tracteurs, et la plupart des camions électriques actuels ne conviennent que pour les trajets courts ou moyens, et non pour les longs trajets. Les transporteurs sont donc poussés vers quelque chose qui n’est pas du tout une alternative pour eux aujourd’hui et ils ne peuvent que risquer leur propre existence avec cela. Mais quelle que soit la voie qu’ils choisissent, ils augmenteront leurs coûts. Et même s’ils font de leur mieux pour les répercuter, ils subiront une pression économique. Cela privera encore davantage les entreprises de la possibilité d’innover, du moins en ce qui concerne les camions diesel, ce qui ne profitera en fin de compte à personne : les plus anciens émettront davantage et le parc automobile allemand continuera de vieillir.

Ceci est confirmé par les données de l’association, selon lesquelles la nouvelle taxe ne sera pas liée à l’exploitation de seulement 475 semi-remorques ou grandes camionnettes sur les 800 000 camions qui circulent en Allemagne. Il ne s’agit donc que de 0,059 % (en fait 0,59 %, presque rien) des camions. Le gouvernement peut donc s’attendre à des recettes considérables grâce aux redevances supplémentaires – elles devraient enrichir les caisses de l’État de 30 milliards d’euros (735,42 milliards de couronnes) d’ici à 2028. Le gouvernement devrait-il donc au moins prendre cet argent et l’investir dans l’extension de l’infrastructure de recharge afin que quelqu’un passe progressivement à ces tracteurs électriques ? Faux. Les politiciens ne vont pas investir cet argent dans de nouvelles stations de recharge, mais dans les chemins de fer.

Comme le souligne l’industrie automobile allemande, même dans le secteur du transport de marchandises, l’Europe est en train de devenir un deuxième Cuba sous la pression d’idées comme celle-ci, où tout le monde essaie de maintenir les vieilles voitures en vie. « L’industrie du transport se mettra en grève à cause de la pression électrique et s’accrochera à ses camions à combustion interne. Dans ce cas, cela créera ce que l’on appelle l’effet Havane, c’est-à-dire que nous aurons un parc automobile archaïque », déclare Alexander Vlaskamp de BGL. Ses propos ne font que confirmer que les transporteurs ne passeront même pas aux nouveaux modèles diesel, ils n’en auront pas le courage dans ces circonstances, du moins, mais probablement pas l’argent non plus.

À partir de décembre, il faut s’attendre à une nouvelle hausse du prix d’absolument tout ce qui doit être transporté par la route. Et à quoi cela servira-t-il en fin de compte ? Certainement pas à la « propreté » du transport de marchandises, nous l’avons déjà dit, mais cela affectera finalement le pouvoir d’achat des gens ordinaires, qui auront encore plus de mal à s’offrir une nouvelle voiture, qu’elle soit électrique ou à combustion interne plus moderne. Il s’agit en fait d’une succession de mesures négatives sans aucun effet positif. N’est-ce pas le cas de presque toutes les idées « vertes » similaires ?

Les Allemands avertissent que l'Europe est en train de devenir un deuxième Cuba dans le domaine du camionnage, la nouvelle taxe rendra tout plus cher et pire - 1 - Scania S 730 2020 ilu 01Les Allemands avertissent que l'Europe est en train de devenir un deuxième Cuba dans le domaine du camionnage, la nouvelle taxe rendra tout plus cher et pire - 2 - Scania S 730 2020 ilu 02Les Allemands avertissent que l'Europe est en train de devenir un deuxième Cuba dans le domaine du camionnage, la nouvelle taxe rendra tout plus cher et pire - 3 - Scania S 730 2020 ilu 03
Les opérateurs de camions diesel en Allemagne devront faire face à une nouvelle taxe à partir de décembre qui rapprochera une fois de plus l’Europe de Cuba. Est-il si difficile de ne pas le voir ? L’industrie allemande le voit très clairement. Photo d’illustration : Scania

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.