Les temps sont durs lorsque les concessionnaires vendent fictivement des voitures neuves en tant que voitures d’occasion et font attendre les acheteurs de ces mêmes voitures neuves.

Les temps sont durs lorsque les concessionnaires vendent fictivement des voitures neuves comme des voitures d’occasion et font attendre les acheteurs des mêmes voitures neuves.

/

Le marché de l’automobile présente encore de nombreux déséquilibres que divers acteurs exploitent à leur avantage. Dans le cas des vendeurs de voitures neuves, de nombreux constructeurs automobiles limitent les prix auxquels ils peuvent les vendre, mais que se passe-t-il s’ils les font passer pour des voitures d’occasion ? Dans ce cas, il n’y a pas de limite à l’augmentation des prix, ce qui a des conséquences bizarres.

Avant l’apparition du coronavirus, l’industrie automobile était clairement engagée dans une voie sans issue. Si vous vouliez une nouvelle voiture, il vous suffisait de vous rendre chez le concessionnaire où vous commandiez le modèle. Pour la production courante, il n’était donc pas déraisonnable de s’attendre à une remise notable par rapport au prix catalogue et à ce que la commande soit traitée dans un délai de deux mois. Après des années d’attente ou de paiement d’un supplément pour une livraison anticipée, de telles pratiques n’étaient associées qu’à des biens vraiment exceptionnels.

Ces dernières années, cependant, le monde a été bouleversé. Rares sont les secteurs où l’on trouve aujourd’hui un marché qui n’a pas été faussé par des machinations politiques ou par le comportement peu correct des producteurs et des vendeurs. Prenons l’exemple de l’Australie, où les acheteurs se plaignent actuellement du comportement des concessionnaires Toyota. Ceux-ci ne remettent pas les voitures neuves aux clients qui les ont commandées. Au lieu de cela, ils les transforment en voitures d’occasion en papier, qu’ils revendent ensuite à prix d’or à quelqu’un d’autre.

Cette stratégie est principalement associée à certaines versions du RAV4, de la Corolla Cross et de la Camry, qui sont très demandées. À tel point que les délais d’attente ont atteint deux ans. C’est déjà une période considérable, à l’issue de laquelle un grand nombre d’intéressés commencent à se demander s’ils ne feraient pas mieux d’opter pour une voiture d’occasion. Et qui dit demande, dit offre : si les voitures d’occasion sont rares, les voitures neuves sont très faciles à créer sur le papier. Si l’on ajoute à cela le fait que certains constructeurs automobiles n’apprécient pas que les concessionnaires vendent leurs voitures neuves à des prix supérieurs à ceux de la liste, on obtient une combinaison presque parfaite. Le prix auquel les concessionnaires vendent leurs voitures d’occasion est leur affaire.

La situation est telle qu’une Toyota Corolla Corss GXL Hybrid neuve devrait coûter 47 541 dollars australiens (environ 678 000 dollars canadiens), mais nos collègues de Drivu ont découvert qu’un exemplaire avec 6 kilomètres au compteur est proposé comme voiture d’occasion pour 53 990 dollars australiens (environ 770 000 dollars canadiens), tandis qu’un autre avec 33 kilomètres au compteur est à vendre pour 53 888 dollars australiens (environ 769 000 dollars canadiens). Ainsi, même si les SUV sont proposés d’occasion, leur prix est majoré de 13 % par rapport au prix de catalogue officiel. Cela s’explique par le fait que les véhicules sont disponibles dès maintenant.

Des collègues ont été informés de cette pratique par un acheteur frustré de voitures neuves dont la commande n’avait toujours pas été traitée. Les concessionnaires préfèrent donc retarder la livraison de voitures véritablement neuves à des clients en attente au prix catalogue afin de les transformer en voitures d’occasion et de les vendre à un prix plus élevé. Le concessionnaire australien a donc du beurre sur la planche, mais il n’a pas l’intention de mettre fin immédiatement à cette pratique. Il a déclaré que « si un client commande une voiture neuve, mais n’en veut plus et la revend au concessionnaire, la voiture est considérée comme une voiture d’occasion ». C’est vrai, bien sûr, mais c’est relativement rare, et le commerce de voitures neuves prétendument d’occasion est beaucoup plus répandu. Le concessionnaire Toyota se refuse toutefois à tout autre commentaire.

À première vue, Honda et Mercedes-Benz semblent donc aller dans la bonne direction en mettant en œuvre une stratégie de prix fixes en Australie. Cependant, cela a en fait entraîné une augmentation des prix pour l’ensemble du portefeuille, officiellement seulement, tandis que pour Toyota, il s’agit d’une décision controversée de quelques concessionnaires, que le concessionnaire local tolère, et il n’y a pas encore de mécontentement de la part du siège social japonais. En outre, l’étoile à trois branches a suscité la colère des concessionnaires qui l’attaquent en justice.

En fin de compte, tout ce que l’on peut dire, c’est que le monde a bel et bien changé en quelques années, et malheureusement pas pour le meilleur. Les constructeurs automobiles devraient se rendre compte qu’en se comportant de la sorte ou en le tolérant, ils irritent le serpent aux pieds nus, qui peut facilement les mordre douloureusement à tout moment. Le fait qu’ils n’y prêtent pas attention n’est malheureusement pas nouveau, et il ne faut donc pas s’attendre à ce que les choses s’améliorent de sitôt.

Les temps sont durs quand les concessionnaires vendent fictivement des voitures neuves comme étant d'occasion et font attendre les acheteurs de ces mêmes voitures neuves - 1 - Toyota Corolla Cross 2021 EU version first set 03Les temps sont durs quand les concessionnaires vendent fictivement des voitures neuves comme étant d'occasion et font attendre les acheteurs des mêmes voitures neuves - 2 - Toyota Corolla Cross 2021 EU version first set 05Les temps sont durs quand les concessionnaires vendent fictivement des voitures neuves comme étant d'occasion et font attendre les acheteurs des mêmes voitures neuves - 3 - Toyota Corolla Cross 2021 EU version first set 11
Le petit SUV Corolla Cross est disponible sur le marché australien en version hybride pour 678 300 dollars canadiens, mais en tant que voiture d’occasion, il se vend jusqu’à cent mille dollars de plus sur le marché de l’occasion. Et ce, chez des concessionnaires dont les clients attendent en vain la livraison de voitures neuves moins chères répondant aux mêmes spécifications. Photo : Toyota

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.