Les ventes de voitures électriques en République tchèque restent quasiment au plus bas, même avec des centaines de milliers de subventions. Qui croit encore à leur essor ?

Les ventes de voitures électriques en République tchèque restent au plus bas, même avec des centaines de milliers de subventions, qui croit encore à leur essor ?

/

Le niveau de déconnexion de certaines personnes par rapport à la réalité est incroyable. S’il ne s’agissait que d’activistes et de politiciens comme eux, on pourrait encore comprendre, mais les portes électriques fermées sont martelées encore et encore par les constructeurs automobiles, les médias, les organisations professionnelles et d’autres qui doivent savoir qu’ils jouent à un jeu à somme nulle. Ils l’ont sous les yeux.

Il n’est probablement pas nécessaire de mentionner que les voitures électriques n’ont pas vraiment connu une période faste au cours des derniers mois. Un certain nombre de facteurs se sont conjugués, depuis l’épuisement d’une grande partie du potentiel naturel du marché jusqu’aux restrictions des subventions, en passant par une certaine prise de conscience de groupes de clients importants qui ont appris à leurs dépens que ce n’était pas la voie à suivre – du point de vue de l’utilisateur, de l’économie, de l’environnement, etc.

Ne cherchons pas de théorie du complot ; cette évolution n’est pas due au lobby pétrolier, à des scribes malveillants ou à de « vieilles » entreprises automobiles qui ne veulent pas renoncer à leurs profits. C’est tout le contraire, le soutien absurde, rationnellement injustifié, la réalité technique et économique et les besoins des clients ignorés pour les voitures électriques sont venus de pratiquement tous les côtés.

Pendant des années, on nous a dit que les voitures électriques étaient le seul avenir possible, pendant des années, les mécanismes du marché ont été détournés en leur faveur, pendant des années, les constructeurs automobiles nous ont dit qu’ils ne produiraient rien d’autre, pendant des années, les hommes politiques ont promis d’interdire tout le reste, pendant des années, nous avons vu des campagnes de publicité pour des voitures presque exclusivement électriques, pendant des années, nous les avons vues au premier rang des salles d’exposition, pendant des années, nous avons vu des concessionnaires presser machinalement du miel électrique autour de notre bouche, et – pour l’amour du ciel – pendant des années, elles ont remporté une tonne de sondages sur la voiture de l’année, votés par des jurys de professionnels du secteur, sans que ces voitures aient la moindre chance d’avoir du succès auprès des clients. Pensez à la Jaguar I-Pace, c’était peut-être la plus grande absurdité de l’histoire.

En fait, c’est quand même positif, quelqu’un essaie toujours de faire quelque chose de constructif pour faire passer ces voitures. Mais ça ne s’arrête pas là, le monde de l’automobile a été un environnement totalement toxique pendant toutes ces années, plein de ressentiment irrationnel envers tous ceux qui refusent de participer à ce faux jeu de l’avenir électrique. Vous ne pouvez pas imaginer combien de pressions personnelles, commerciales ou politiques nous avons subies depuis tout ce temps où nous soulignons le simple fait que l’empereur sans vêtements est nu.

Mais se battre pour et contre tout cela est un gaspillage de leur propre potentiel pour les défenseurs des VE – le problème ici est le produit lui-même. Les VE n’offrent pas assez et ils veulent beaucoup en retour, c’est tout. Et jusqu’à ce qu’il en soit autrement, personne ne s’y opposera – la manipulation, les subventions et les autres formes d’altération de la réalité peuvent fonctionner pendant un certain temps, mais rien de tout cela n’habillera l’empereur. Hier, un lecteur désespéré m’a écrit : « J’ai fait le plein à vide sur l’autoroute aujourd’hui, quatre minutes même en payant à la pompe à partir de l’application, 600 miles d’autonomie supplémentaire et 170mph ont filé. Quel genre de VE est-ce là ? » Qu’avez-vous à répondre à cela ?

Au fil du temps, de plus en plus de gens s’en rendent compte, mais l’industrie continue d’avoir pratiquement la même atmosphère – protection de l’invendable d’une part et réduction au silence de l’inconfortable d’autre part. Hier, nous avons ri des ventes de Volkswagen ID électriques, mais VW elle-même ne bougera pas d’un pouce et nous frappera joyeusement sur la tête jour après jour, comme ils frappent maintenant les chats dans les vidéos Instagram, espérons-le jusqu’à l’autodestruction. Le fait que les voitures électriques ne se vendent pas est toujours la faute des « autres » – personne ne dira jamais que le problème vient des voitures elles-mêmes. Et il est triste de constater à quel point les médias, directement ou indirectement, l’encouragent.

Ces derniers jours, je suis tombé sur un certain nombre d’articles qui mériteraient chacun leur propre commentaire parce qu’ils renversent la réalité, mais je ne les mentionnerai qu’en quelques phrases. Autocar écrit que tout cela est dû à des signaux peu clairs de la part du gouvernement et à la désinformation des médias, à un moment où le gouvernement local impose les VE et où la grande majorité des médias se font l’écho de ce qui précède. Auto Evolution dit que c’est la faute des concessionnaires, alors qu’eux aussi poussent les gens à acheter des VE en gros (le plus souvent en vain), et Auto Express réclame des subventions alors que les VE sont arrosés d’argent de la part de tous ceux qui n’en veulent pas. C’est une absurdité après l’autre, mais les constructeurs automobiles sont clairs – une fois de plus, Autocar est heureux de faire connaître la détermination de Volvo, entre autres, à sauter tête baissée dans la cuve des VE, quoi qu’il arrive.

Désolé, mais la raison pour laquelle l’intérêt pour les VE est bien moindre que prévu est toujours la même : le produit n’est pas assez compétitif. Les théories sur toute autre chose sont absurdes dès le départ. Peu de clients sont « racistes », peu ont un attachement émotionnel aux voitures à combustion interne, ce sont tous des facteurs marginaux. La seule chose qui compte est le rapport qualité-prix. Et à cet égard, les voitures électriques sont particulièrement mauvaises.

C’est ce que montrent les ventes de voitures électriques en République tchèque au mois de janvier. Dans l’atmosphère actuelle d’un « brillant avenir électrique », où « rien d’autre ne sera vendu bientôt », « tout le reste sera de toute façon interdit », et où presque rien d’autre n’est évoqué et presque rien d’autre n’est promu, on pourrait s’attendre à ce qu’au moins la tendance des ventes de ces voitures soit positive. Enfin, nous avons les nouvelles subventions tchèques de 200 000 euros – bien que leur design soit étrange, cela devrait aussi aider. Mais rien de tout cela n’a stimulé les ventes.

Selon les données de la SDA, en janvier dernier, la part de marché des VE était de 2,5 %, cette année de 2,32 %. Cette année, elle est de 2,32 %. Même des produits marginaux comme le GPL se portent mieux, sa part de marché passant de 1,38 % à 1,65 %, tout comme le GNC (0,68 % au lieu de 0,08 %). Les hybrides, pour la plupart sans intérêt, ont également pris du plomb dans l’aile (1,99 % au lieu de 2,66 %), tandis que les voitures à combustion interne ont renforcé leur position (92,71 % cette année au lieu de 91,01 % l’année dernière). Il n’y a rien à redire, surtout que l’écart entre l’attention portée à certains produits et le nombre de véhicules vendus est flagrant.

Ne serait-il pas temps de regarder la vérité en face, d’abandonner les effets positifs déplacés, de jeter le fouet du mensonge et d’admettre simplement que le temps de la révolution électrique dans les transports n’est pas venu cette fois-ci non plus ? Ils peuvent remplir le rôle d’accessoire sans problème, ils ne sont simplement pas techniquement prêts à jouer le rôle de solution unique pour tous les véhicules électriques. Ce qui est remarquable, c’est que les « gens normaux » le voient, mais que beaucoup de « ceux qui sont au sommet » (à d’honorables exceptions près) refusent de l’accepter.

Les ventes de VE en République tchèque restent au plus bas, même avec des centaines de milliers de subventions, qui croit encore à leur essor ? - 1 - Skoda Enyaq losi test 2021 video 01Même avec des centaines de milliers de subventions, les ventes de voitures électriques en République tchèque restent au plus bas, qui croit encore à leur essor ? - 2 - Skoda Enyaq losi test 2021 video 02Même avec des centaines de milliers de subventions, les ventes de voitures électriques en République tchèque restent au plus bas, qui croit encore à leur essor ? - 3 - Skoda Enyaq losi test 2021 video 03
Une Skoda Enyaq comme celle-ci est une proposition désespérée dans l’optique de la grande majorité des clients tchèques. Nous ne comprenons pas pourquoi Skoda voit un avenir dans de telles voitures et en fait la première et dernière à être vue par ceux qui ne sont pas très doués pour percevoir la réalité. Photo : Škoda Auto

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.