Les Volvo à moteur à combustion interne doivent subir une « dernière mise à niveau » avant d’être remplacées par des voitures électriques. Combien y en aura-t-il encore ?

Les Volvo à moteur à combustion interne doivent subir une « dernière mise à niveau » avant d’être remplacées par des voitures électriques. Combien y en aura-t-il encore ?

/

Même en regardant les immatriculations tchèques de Volvo, nous ne croyons pas que les Suédois passeront réellement aux voitures électriques dans quelques années, elles ne se vendraient pratiquement pas ici. Alors soit la marque prend un risque insensé et incompréhensible, soit elle sait déjà qu’elle ment au public et à elle-même.

Volvo a vendu 113 419 voitures entièrement électriques l’année dernière, soit une augmentation de 70 % par rapport à l’année précédente. Cependant, il est important de se rappeler que toute médaille a deux faces, et dans ce cas, l’autre est cinq fois plus grande – les Suédois possèdent également 595 297 voitures à combustion interne.

Mais il s’agit là d’une vision globale qui brouille les pistes. En République tchèque, par exemple, le constructeur automobile a vendu 112 voitures électriques l’année dernière, soit une augmentation de 9 voitures par rapport à 2022. C’est presque rien et une augmentation de presque rien. Sur les 3 020 voitures vendues l’année dernière, cela ne représente même pas 4 % ; la détermination de l’entreprise à devenir un constructeur automobile entièrement électrique d’ici 2030 semble totalement absurde dans ce contexte. Et Volvo elle-même doit s’en rendre compte, après qu’une filiale appelée Polestar a heurté un iceberg appelé désintérêt – si elle n’est pas sauvée par la « mère » chinoise de Volvo avec son propre argent, elle sombrera sans pitié.

« La transition vers la mobilité électrique varie d’un endroit à l’autre. Mais la force de Volvo est d’avoir un portefeuille équilibré. Même si nous avons introduit l’EX90, nous avons toujours le XC90. Et je ne pense pas qu’il y ait une lutte fratricide entre eux. Dans le nord de l’Europe, nous vendons plus d’EX90, dans l’est, ce sont des XC90. Le centre des États-Unis est associé au XC90, l’ouest à l’EX90 », explique Bjorn Annwall, directeur général de la marque. En fait, il parle lui-même du fait que les VE ne sont pas une solution unique et que le marché appréciera un portefeuille de modèles varié plutôt qu’unifié. Pourtant, Volvo insiste sur l’électrification complète de la gamme en seulement cinq ans et 11 mois. Est-ce utopique ?

Nous ne pensons pas que Volvo puisse raisonnablement prendre une telle décision ; c’est probablement irréalisable sans sacrifier la plupart des ventes. Pour l’instant, la marque est donc à cheval sur la ligne, puisque les voitures à combustion existantes basées sur la plate-forme SPA1 vont encore être améliorées. On dit qu’il s’agit de la toute dernière.

Selon Annwall, « ce ne sera pas un gros investissement » car le lifting portera sur « le design extérieur et intérieur et le multimédia ». Mais cela suffira-t-il ? Il n’est pas facile de répondre à cette question. Cependant, au vu de l’intérêt de moins en moins marqué pour les voitures électriques, on a l’impression que les Suédois prennent un risque incroyable. Rappelons que le XC90 a été la première voiture à utiliser la plateforme SPA, en 2014, et que le break V60 a été le dernier à arriver en 2018.

À moins que Volvo ne procède à une mise à niveau beaucoup plus importante, qui inclurait également des technologies clés, la lutte avec la concurrence sera de plus en plus difficile pour les Suédois. Et moins ils vendent de voitures à combustion interne, moins ils peuvent investir dans les véhicules électriques, ce qui risque de les rendre moins compétitifs. En outre, la motorisation à batterie de la marque se développe surtout en Europe (même si elle se développe, c’est surtout grâce aux subventions sur des marchés partiels ; nous avons résumé les ventes en République tchèque), alors qu’aux États-Unis ou même en Chine, elle est tout à fait marginale – dans l’Empire du Milieu, seules 3 281 voitures électriques ont été vendues l’année dernière, à côté de 166 810 voitures à moteur à combustion. En pourcentage, c’est encore pire qu’en République tchèque…

Mais les données de décembre constituent peut-être un avertissement encore plus important, car le déclin de l’intérêt est évident dans tous les domaines. Dans un pays où une voiture neuve sur quatre est lentement équipée d’une batterie, Volvo n’a réussi à vendre que 249 voitures électriques en 31 jours, soit moins de dix par jour. Pourtant, les Suédois ne veulent plus rien vendre d’ici six ans ? C’est vrai ?

On se demande vraiment si le constructeur automobile ne voit pas la réalité, s’il ne veut pas la voir ou s’il espère pouvoir l’infléchir d’une manière ou d’une autre. Mais on ne peut pas vraiment parier sur ce dernier point, on peut plutôt s’attendre au même retournement d’opinion que celui qui s’est produit il y a quelques années avec le programme Vision Zéro. En effet, les Suédois ont affirmé que pas une seule personne ne mourrait dans leur voiture d’ici à 2020. Mais ce qui devait être à l’origine un engagement clair est rapidement devenu une simple vision, que le constructeur automobile s’efforce toujours de concrétiser aujourd’hui. La mobilité entièrement électrique reste elle aussi une vision, n’est-ce pas ? Nous pensons donc que nous verrons encore quelques « dernières mises à jour » de la part de Volvo.

Les Volvo à moteur à combustion interne vont bénéficier d'une Les Volvo à moteur à combustion interne vont faire l'objet d'une Les Volvo à moteur à combustion interne vont subir une
Le XC90 est un modèle très important pour la marque, surtout en ce qui concerne les marges. Un nombre important de personnes le veulent avec un moteur diesel, mais les Suédois prévoient de ne plus le proposer du tout. Le SUV, introduit en 2014, sera donc proposé pendant encore six ans. Mais à qui ? Photo : Volvo

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.