L’UE continue de s’en prendre aux permis de conduire des citoyens, en interdisant de conduire dans toute l’Europe pour des infractions mineures commises dans n’importe quel pays, même pour le stationnement.

L’UE continue de s’en prendre aux conducteurs et veut interdire la conduite en Europe pour des infractions mineures dans n’importe quel pays, même pour le stationnement.

/

Même le club automobile allemand prévient que l’UE est entrée dans une « spirale d’interdictions » dont rien de bon ne peut sortir. Est-il difficile de comprendre que chaque pays a ses propres spécificités et qu’un transfert universel des sanctions de l’un d’entre eux à l’ensemble de l’Union n’a aucune chance de porter ses fruits ?

Mes collègues et moi-même avons parcouru des millions de kilomètres au volant de centaines de voitures différentes. Nous avons visité d’innombrables pays au cours de nos voyages, et nous savons que les gens se comportent différemment dans chacun d’entre eux. Ainsi, alors qu’en Géorgie, par exemple, vous pouvez croiser une voiture en sens inverse dans un virage dégagé et ne pas vous soucier de son conducteur, en France, le propriétaire d’une voiture roulant à 70 se met à vous klaxonner lors d’un dépassement, alors que la vitesse est limitée à 90 et que vous ne la dépassez pas. Et les Suisses n’hésiteront pas à faire appel à la police s’ils estiment que votre voiture est trop bruyante, ce qui rend la possession d’une telle supercar très délicate, quelle que soit la façon dont vous la conduisez.

En fait, l’adage « à région différente, morale différente » s’applique. C’est pourquoi il est normal que chaque pays ait sa propre législation et ses propres sanctions. En conséquence, si vous perdez votre permis dans un pays de l’Union européenne autre que celui où il a été délivré, la sanction n’est liée qu’au pays où l’infraction a été commise. En pratique, cela signifie que si les autorités vous retirent votre permis en Espagne, par exemple, vous pouvez toujours conduire ici. Il en va de même en Allemagne, en Italie ou en France. Bref, partout sauf en Espagne, vous avez enfreint les règles dans ce pays, vous avez été pris par la police dans ce pays, la législation de ce pays considère qu’il s’agit d’un « délit de fuite » et vous y purgerez votre peine.

Cela nous semble juste, mais Bruxelles n’est pas du même avis. En effet, l’UE vient de présenter une proposition visant à s’attaquer aux permis de conduire comme jamais auparavant. Il suffirait de commettre une infraction grave dans l’un des États membres de l’Union pour perdre son permis de conduire. Ainsi, il suffirait désormais de rouler à 30 km/h au-dessus de la limite de vitesse dans le « bon » pays (dans notre pays, il s’agit « seulement » d’une infraction entraînant 3 points de pénalité), de franchir la ligne complète (un problème minoritaire dans notre pays) ou de commettre un « stationnement dangereux » (quelque chose que notre législation ne connaît pas) pour se voir retirer son permis de conduire en République tchèque. Et ce n’est pas que la République tchèque soit douce et que d’autres pays soient plus durs, c’est plutôt le contraire – par exemple, même en Allemagne, le franchissement de la ligne complète est sanctionné par une amende de 10 euros, soit 250 couronnes, sauf en cas d’accident. Mais si vous êtes en tort, vous payez quand même 35 euros (900 CZK). Ici, vous pouvez recevoir une amende de 2 000 CZK sur le champ.

Ainsi, alors que votre dangerosité sociale est pratiquement nulle dans de nombreux pays, vous vous retrouvez soudain dans la même situation qu’une personne qui conduit sous l’influence de l’alcool ou qui commet un accident mortel en République tchèque ? C’est absurde ! De plus, il ne s’agit pas d’une fin de plaisir, il peut s’agir du travail, au sens figuré, de la coexistence familiale pacifique, bref, d’un grand coup porté à la vie. Et pour quoi faire ? Pour une simple unification ? De plus, Bruxelles veut que l’information sur l’interdiction de conduire dans le pays de l’infraction soit connue des autres membres dans les 10 jours, vous n’aurez donc même pas le temps de regarder autour de vous.

L’UE souhaite donc serrer la vis à fond. Jusqu’à présent, elle a même fait un pas dans cette direction, puisque le projet de règles a été adopté par le Parlement européen en première lecture. Mais la suite dépendra de la nouvelle représentation politique de l’Union, dont la forme sera principalement déterminée par les élections de juin prochain.

Comme Michael Haberland, président du club automobile Mobil in Deutschland, nous pensons que l’UE est quelque peu coincée dans une « spirale d’interdictions » qui, en fin de compte, n’apporte rien de bon. Comme le dit Haberland : « La normalisation des règles ne devrait pas conduire à des interdictions de conduire, même pour des infractions anodines telles que les infractions au stationnement ou le franchissement de lignes continues, car il s’agit d’un gagne-pain professionnel ». Qu’est-ce que je peux dire ? Peut-être seulement : Bruxelles est-elle capable de comprendre quelque chose comme cela aujourd’hui ?

L'UE continue de s'en prendre aux permis de conduire des citoyens, elle veut interdire la conduite dans toute l'Europe, même pour des infractions mineures dans n'importe quel pays, même pour le stationnement - 1 - Ridicsky prukaz ilustracni foto 02
Si la proposition actuelle de l’Union européenne est adoptée, vous pourrez perdre votre permis de conduire dans toute l’Union européenne, même si vous avez commis des infractions relativement mineures. N’est-ce pas banal ? Photo : Ministère des transports de la République tchèque, CC0 Public Domain

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.